BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Textes racines
Le Sermon sur l’Inférieur social - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Kâlâma Soûtra ou l’Accès aux libres examens - Vénérable Shinjin
Les vingt huit Bouddhas -
Mâha-Prajñâ-Pâramitâ Hridaya Soûtra - Vénérable Shinjin
Sin Sin Ming - Vénérable Shinjin
Le Sutra du Coeur de la Grande Perfection de Sagesse - Nagarjuna
Le discours sur l’Amour -
Même rubrique

Jîvaka Sutta - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Prière de l’entraînement de l’esprit en sept points - Jamyang Khyentsé Wangpo
Identité et non-identité - Paul Carus
Metta Suta -
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Metta Sutta -
Les sept formes de l’orgueil - Nagarjuna
Autres textes
Tibet, reconstruire, préserver, partager... - Matthieu Ricard
La crise de l’école - Philippe Meirieu
Formation au coaching d’entreprise - Benoit Gros
Le moine Théravada : vers la perfection du don - Michel Henri Dufour
Se reconnaître particulier - Xavier Nicolas
Les aliments n’ont pas tous la même vitalité - Jeanne Dumont
Les douze principes du bouddhisme - Linhson
Nagarjuna

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Textes racine


Le Sutra du Coeur de la Grande Perfection de Connaissance Transcendante

Un des textes de base les plus récités dans les monastères mahayanistes

Par Nagarjuna

LE SUTRA COEUR DE LA GRANDE PERFECTION DE

CONNAISSANCE TRANSCENDANTE

Om hommage à l’Arya, la Bhagavat, la Perfection de Connaissance transcendante

L’Arya Bodhisattva Avalokitesvara se mouvait dans le cours profond de la Perfection de Connaissance transcendante ; il regarda attentivement : il vit cinq agrégats, vides dans leur nature propre.

Voici Sariputra, forme est vacuité et vacuité est forme ; forme n’est autre que vacuité, vacuité n’est autre que forme ; là où il y a forme, il y a vacuité, là où il y a vacuité, il y a forme ; ainsi en est-il des sensations, des notions, des samskara et de la connaissance discriminative.

Voici, Sariputra, tous les Dharma ont pour caractéristique la vacuité ; ils sont sans naissance et sans annihilation, sans souillures et sans pureté, sans déficience et sans plénitude.

C’est pourquoi, Sariputra, dans la vacuité, il n’y a ni forme, ni sensations, ni notions, ni samskara, ni connaissance discriminative ; ni oeil, ni oreille, ni nez, ni langue, ni corps, ni mental ; ni formes, ni sons, ni odeurs, ni goûts, ni objets tangibles, ni objets mentaux ; ni élément de la vue jusqu’à ni élément de la connaissance mentale ni absence de Vue, ni cessation de l’absence de Vue jusqu’à ni déclin et mort, ni cessation du déclin et mort ; ni malheur, ni origine, ni extinction, ni Sentier ; ni connaissance, ni obtention, ni absence d’obtention.

C’est pourquoi, Sariputra, le Bodhisattva, par sa qualité de "sans obtention", prenant appui sur la Perfection de Connaissance Transcendante, demeure la psyché libre d’obnubilations. N’ayant pas d’obnubilations de la psyché, il ne tremble plus, il a surmonté les méprises et il atteint finalement Nirvana.

Tous les Bouddhas qui se tiennent dans les trois périodes de temps, prenant appui sur la Perfection de Connaissance Transcendante, se sont pleinement Eveillés du Parfait et Complet Eveil.

C’est pourquoi on doit connaître la Perfection de Connaissance Transcendante comme le grand mantra, le mantra de grande Vue, le mantra ultime, le mantra sans égal, celui qui soulage de tout malheur, vrai, sans erreur. Par la perfection de Connaissance Transcendante ce mantra a été proclamé, le voici :

OM GATE GATE PARAGATE PARASAMGATE BODHI SVAHA

("Allée, Allée, Allée au-delà, Allée complètement au-delà, Bodhi, Svaha").

Telle est la conclusion du Coeur de la perfection de la Connaissance transcendante.

Traduit du Sanskrit par l’Anagarika Prajnananda (René Joly).








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling