BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Pratique de la méditation
Face à la douleur - Ajahn Mahā Boowa
Entraînement aux Dix Merveilleux Mouvements à la Pleine Conscience - Thich Nhat Hanh
Sutra du Kesa - Jean-Marc Tenryu Bazy
Oserais-je m’éveiller ? - Ajahn Sumedho
Touche : Relaxation - Jean Pelissier
La méditation - Gueshe Thupten Tenpa
La pleine conscience à l’aube de la COP 21 : notre santé et la santé de la planète en inter-relation - Guylène Deligny
Même rubrique

La liberté intérieure - Lama Zopa Rinpoché
Yeshe Tsogyal, Reine De L’espace -
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident - Michel Henri Dufour
Les Cinq Entraînements - Thich Nhat Hanh
La méditation bouddhique - Lama Thubten Yeshe
La méditation de l’étreinte - Thich Nhat Hanh
Autres textes
Réflexions sur le bonheur et l’esprit - Matthieu Ricard
Pour un humanisme générique - Jean Chesneaux
Identité et non-identité - Paul Carus
Samatha et Vipassana - Lama Seunam Ouangmo
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
Etre libre là où vous êtes - Thich Nhat Hanh
Discours de Lama Zopa Rimpoche le 1er mai 2001 au centre Kalachakra - Lama Zopa Rinpoché
Christophe Humblot

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


La Méditation

Par Christophe Humblot

On l’appelle en sanskrit bhavana, et gôm en tibétain, ce qui donne l’idée de cultiver l’esprit, de l’habituer ou de le familiariser avec des états toujours plus détendus, ouverts, spacieux et chaleureux, comme un ciel d’été.

Il existe de nombreux types de méditation, et les différentes formes de yoga en font partie, c’est pourquoi on peut établir deux grands groupes : la pacification mentale ou la concentration en un point (shamatha), et la méditation analytique, appelée encore vision pénétrante (vipashyana).
Alors pourquoi ces deux ?

La première permet de poser un peu les valises et de voir à quel point notre esprit part dans tous les sens ; ce qui peut nous permettre d’adopter une certaine forme de recul ou de second degré par rapport à nos concepts. Notre esprit pouvant ainsi se concentrer sur différents types de support (le corps, les sensations, la conscience elle-même, diverses émotions bienfaisantes comme la bienveillance, la compassion etc…) aura l’occasion d’acquérir plus de stabilité et d’acuité.

La seconde repose sur les bases de la concentration car, de même qu’un cracheur de feu ne se brûlera pas s’il s’est rendu maître des flammes, nous avons d’abord besoin d’acquérir un certain contrôle sur les concepts pour les utiliser à bon escient. Dans quel but ? Afin de faire naître une véritable compréhension suscitant par exemple certains types de feeling, comme la bienveillance ou encore la compassion ; des états d’esprit orientés vers les autres et qui du même coup apportent une grande paix à ceux qui les cultivent. Les raisonnements peuvent aussi nous permettre de comprendre ce qui demeure au-delà de nos cinq facultés sensorielles ; même si ultimement les concepts eux-mêmes seront consumés dans la clarté de la sagesse même qu’ils auront avivée.



Pèndé Tcheuling


http://club-naropa.wix.com/pendetcheuling





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling