BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Dharma
Questions à Sa Sainteté Sakya Trizin - Sa Sainteté Sakya Trizin
Tourner la roue - Lama Thubten Yeshe
Le bouddhisme est-il une religion ? - Goenka
Les huit facultés dont dispose un grand homme - Hachi-Dainingaku - Maître Dogen
Le Dharma en deux mots - Dzongsar Khyentse Rinpoché
La pratique laïque - Michel Henri Dufour
Les douze principes du bouddhisme - Linhson
Théravada
Réflexions sur les Refuges - Ajahn Sumedho
L’attention aux choses ordinaires - Ajahn Sumedho
La vérité ne relève pas de la mémoire ni de la connaissance mais de la compréhension - Vénérable Walpola Rahula
La conscience ordinaire - Joseph Goldstein
La vie est une opportunité pour la pratique - Ajahn Sucitto
Espace Théravada - Espace Théravada
The Four Noble Truths - Amaravati Publications
Même rubrique

A l’écoute des pensées - Ajahn Sumedho
Oserais-je m’éveiller ? - Ajahn Sumedho
La méthode de cause à effet en sept points - Conseils de méditation pour vivre le bouddhisme - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Soi-même et les autres - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Tourner son esprit : Renoncer aux causes de la souffrance - Nyoshul Khen Rinpotché
Comment être utile aux mourants - Lama Zopa Rinpoché
Les quatre étapes de la relation entre le mentor et l’apprenti -
Autres textes
Pourquoi sommes nous ici ? - Ajahn Chah
Le message essentiel du Dalaï-lama pour le monde et les générations futures -
Le Futur est disponible maintenant - Thich Nhat Hanh
La cuisine indienne, entre plaisirs gustatifs et bienfaits énergétiques - Geneviève Maillant
Responsabilité universelle -
« Je m’appelle Dorjé Tseten » ou des hommes descendus du ciel pour me sauver - Sofia Stril-Rever
Apprendre à découvrir l’équilibre - Ajahn Chah
Ajahn Thiradhammo

Lâcher prise sur la souffrance par Ajahn Thiradhammo

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Vivre le Dhamma

Nous pouvons définir le Dhamma comme “la vérité des choses comme elles sont”

Par Ajahn Thiradhammo

Dans la vie courante aujourd’hui, une masse de choses sollicitent notre temps et notre énergie. Or ceux-ci ne sont pas illimités ! Pour quelques-uns, et peut-être pour nous tous à certains moments, le Dhamma peut aussi devenir l’une de ces choses qui se disputent notre temps et notre énergie. Nous voudrions méditer davantage, mais nous n’avons pas le temps. Nous voudrions rester plus longtemps assis en posture de méditation, mais nous n’en avons pas l’énergie.

Toutefois, si nous parvenons à ordonner correctement nos priorités, nous nous apercevons parfois que consacrer du temps et de l’énergie à certaines choses nous permet finalement de disposer de plus de temps et d’énergie. Par exemple, certaines personnes découvrent que, si elles sont disponibles pour une retraite de méditation, elles reprennent ensuite la vie courante avec plus de dynamisme pour les tâches qui les attendent et davantage de temps “libre” pour être plus ouvert aux événements qui se présentent.

Le terme Dhamma a de nombreuses significations. En général il signifie “Vérité” ou bien “l’Enseignement du Bouddha” (comme étant la Vérité), mais son sens premier c’est “élément”. En combinant ces deux significations nous pouvons définir le Dhamma comme “la vérité des choses comme elles sont”.

Alors, au lieu d’envisager le Dhamma comme juste un sujet ou une occupation de plus pour lesquels il nous faut trouver du temps et de l’énergie, nous comprenons que le Dhamma ce sont les événement et les conditions eux-mêmes, c’est à dire que le Dhamma est en fait toute chose, ou que toute chose est le Dhamma. Alors notre façon de pratiquer peut consister à transformer tout ce qui arrive, extérieurement et extérieurement, en Dhamma, tout peut devenir une leçon de Dhamma. Ainsi, au lieu d’essayer d’expédier d’abord les activités en cours, afin de pouvoir ensuite méditer, nous pouvons comprendre que ces activités mêmes sont des sujets de méditation. Il est alors possible de méditer en toutes circonstances.

Méditer ? Assurément ! Mais il s’agit là d’une forme de méditation différente de ce que nous entendons d’habitude par ce terme. Il nous faut une certaine dose de sagesse et de connaissance pour arriver à méditer sur tout au lieu d’être conquis, obsédé ou troublé, sinon par toutes les conditions du moins par certaines d’entre elles. C’est là l’essence de la pratique : apprendre à transformer les choses en sujets de méditation.

En pratique, nombreux sont parmi nous ceux qui pensent devoir se consacrer à certaines responsabilités : familiales, professionnelles, etc. Et ces responsabilités peuvent sembler très éloignées de la pratique du Dhamma. Toutefois, si nous apprenons à vivre le Dhamma en le considérant comme la vérité des choses telles qu’elles sont, alors tout devient partie intégrante de la pratique du Dhamma. Même quand nous devons nous consacrer à d’autres responsabilités, nous pouvons nous souvenir que ces responsabilités font aussi partie du Dhamma. Vivre le Dhamma, c’est parvenir à voir en toutes choses leur vérité.


http://mhd-abt.club.fr/vivekarama/accueil.htm





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling