BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Dalaï Lama

Autres textes
Les Sens du Zen à Paris (5 - 12 nov.) -
Retraite de Sangye Menla (5 - 8 nov.) - Eric
Vivre la paix intérieure avec Phakyab Rinpoche - retraite de Shamata le calme mental (1-4 mai) - Eric
Méditation Vipassana, cours de dix jours, Canton de Berne (Suisse) (21 déc. - 1 jan.) -
S’éveiller à l’amour inconditionnel, enseignement d’expérience de Phakyab Rinpoché (7 avril ) - Eric
Programme du festival des Nouveaux Mondes à Cassis (19 au 26 juillet) -
Enseignement du Maître bön-dzogchen Tenzin Wangyal Rinpoche (31 mars - 8 avril) -
Retraite de méditation avec Ajahn Sucitto Bhikkhu (4 - 10 oct.) - Eric
L’art d’être humain, Niveau 1 de l’apprentissage Shambhala les (25-26 oct.) -
Les enseignements de Sa Sainteté le Dalaï Lama à Nantes accessibles en ligne -
Retraite de shamatha de guérison (niveaux 1 et 2) (11 - 13 nov.) - Eric

IMPRIMER

Une journée de dialogue et d’échange multiconfessionnels sur le thème "Accompagnement spirituel soin et besoin" (13 juin)

On pourrait définir la transversalité [dans notre spécificité] comme une création de passerelles entre des acteurs, où la mutualisation du savoir et des compétences prend tout son sens, dans un objectif commun et particulièrement celui de la prise en compte globale de l’individu dans ses valeurs spirituelles. Cette idée rejoint la notion d’ouverture vers l’autre qui nous diffère. Pour nous, la transversalité devrait être le souci de toute institution spirituelle tant en son sein mais aussi au sein de la société dans laquelle elle existe. Cette transversalité est devenue nécessaire dans toute recherche d’une nouvelle cohérence durable et solidaire compatible dans un monde pluriel.

“Les Transversales | Genève” est un service de la Sôtô Zen Association [Suisse] qui organise une journée de rencontre multiconfessionnelle par an sur des thèmes d’actualité. Le but est de passer au-delà de la simple juxtaposition de langages propres à des univers différents, et au-delà de la simple appropriation d’outils, de modes de pensée et de méthodologies. C’est reconnaître la spécificité et l’intégrité de l’autre en acceptant qu’il puisse aussi faire partie de notre environnement de recherche et d’application, le comprendre sans jamais se substituer à lui et lui donner sa juste place.

Le 13 juin 2009 de 9h à17h

Une journée de dialogue et d’échange multiconfessionnels
sur le thème

Accompagnement spirituel soin et besoin

L’idée de spiritualité prend son origine dans un cadre “religieux“ sous la forme de réalisation qui, selon les sensibilités, porte soit le nom de salut, de libération ou d’illumination. Aujourd’hui il est difficile d’ignorer, qu’il y a divorce entre ce qui est pointé comme religieux et l’émergence d’une approche plus enclin au refus de l’institution comme la seule détentrice du sens, qu’un nombre grandissant de personnes cherche des voies dites spirituelles en dehors des structures institutionnelles, convaincues qu’elles peuvent se construire une religiosité alternative. L’approche spirituelle au sein d’un courant religieux deviendrait-elle marginale ?

Notre but lors de cette deuxième édition est, dans un premier temps, d’écouter puis d’interroger ceux qui ont vécu ce besoin spirituel et qui ont fait le choix de cheminer au sein de courants religieux occidentaux et orientaux, alors qu’aujourd’hui tout semble vouloir se régler par l’individualisation et le refus de l’institution. Est-ce un ensemble de pratiques à retrouver, un programme structuré et éprouvé à s’offrir lorsque que l’on est en crise ou est-ce un système qui prend sens sur le long terme dans sa vie quotidienne ? On se posera aussi la question à savoir s’il est possible d’avoir une spiritualité areligieuse [laïque] et comment s’exprime-t-elle hors du cadre religieux ? Une spiritualité areligieuse est-elle foncièrement sans cadre ?

Dans un deuxième temps, nous prendrons connaissance de ce qu’est cette demande du spirituel dans certaines unités de soin, un lieu où se côtoient dans la souffrance, différentes cultures et croyances religieuses ou areligieuses. Pourquoi ? Pour s’appuyer sur l’expérience de celles et ceux qui sont proches de ces personnes, car il semblerait que l’humain ressente plus fortement ce désir du spirituel lorsque se pose la question du sens à donner à sa vie. Le spirituel est- il clairement définissable dans une relation entre le soigné et le soignant ? Comment appréhender ce besoin, autant sur le plan religieux que laïc ? Est-ce un ensemble de techniques, un programme de plus ou est-ce une profonde reconsidération positive de l’individu en faiblesse ? Quel sens prend un accompagnement lorsqu’il ne s’inscrit pas sous la forme d’une relation “soignant-soigné“ ?

Pour les informations complémentaires à télécharger au format Pdf

Dossier de presse complet en français : http://tr.im/jcXZ
Site Internet : http://lestransversales.zen-geneve.ch




Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling