BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Les Quatre Nobles Vérités - Vénérable Thich Huyen-Vi
Même le Bouddha fut confronté à des épreuves - Ajahn Sundara
J’ai eu beaucoup de chance d’avoir rencontré de nombreux maîtres tibétains - Tulku Pema Wangyal Rinpotche
Conseil à un vannier pére de famille - Jigmé Khyentsé Rinpotché
Médecine L’alchimie de la souffrance - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Les dix étapes de la Voie du Boddhisattva - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
Conte d’amitié : Le Vent et la Lune - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Autres textes
Bernie Glassman : Zen et Action sociale - Vénérable Kunzang
Qu’est-ce que la réalité ? - Lama Thubten Yeshe
La vie est une opportunité pour la pratique - Ajahn Sucitto
Générer la Divinité - Gyatrul Rinpotché
Comment faire face à la peur ? - Lama Tsoknyi Rinpoche
L’amour bienveillant et la Compassion - Mingyur Rinpoché
Nourrir la pratique - Michel Henri Dufour
Ajahn Jayasaro

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Une éducation bouddhiste

Par Ajahn Jayasaro

Extraits du site www.thawsischool.com

Traduit par Jeanne Schut
http://www.dhammadelaforet.org/

Il existe en Thaïlande un mouvement pour introduire les valeurs enseignées par le Bouddha non seulement dans le programme scolaire mais aussi dans la pédagogie — de sorte qu’enseignants, enfants et parents bénéficient de cette initiative aussi révolutionnaire que traditionnelle …

Question : Qu’est-ce qu’une éducation bouddhiste ?

Ajahn Jayasaro : Les êtres humains sont, de toute évidence, différents de la plupart des créatures de ce monde. Nous pouvons constater que de nombreux animaux sont capables de se débrouiller seuls et de survivre quelques jours, quelques heures ou même quelques minutes après leur naissance. De leur côté, les êtres humains sont totalement dépendants et vulnérables pendant plusieurs années. Ils doivent vivre près de leurs parents — ou de personnes qui s’occupent d’eux — et doivent apprendre beaucoup de choses qui, pour d’autres créatures, sont instinctives.

En tant qu’êtres humains, nous sommes donc désavantagés sur le plan instinctuel mais nous avons cette merveilleuse faculté d’apprendre, d’absorber de nouvelles informations et de les mettre en œuvre. Nous sommes donc des créatures « apprenantes ». Certains peuvent penser qu’apprendre est quelque chose que l’on fait quand on est enfant ou encore à l’école et à l’université. Mais selon la conception bouddhique, on est censé souhaiter apprendre tout au long de sa vie. On voit la vie comme un processus d’apprentissage.

Le bouddhisme est une religion tout à fait particulière. Elle diffère des religions qui sont nées au Moyen-Orient car celles-ci sont essentiellement des systèmes de croyance basés sur la foi dans des dogmes écrits dans leurs livres sacrés. Le bouddhisme n’est pas un système de croyance mais un système d’éducation basé sur le principe que les êtres humains ont en eux le potentiel de se libérer complètement de toute souffrance grâce à une compréhension claire et pénétrante de « ce qui est réellement ».

Nous voyons donc que le plus grand obstacle au véritable bonheur dans la vie est l’ignorance. Or les enseignements du Bouddha sont là pour nous apprendre à transcender l’ignorance, ce qui montre qu’il s’agit clairement d’éducation. Je dirais donc que le bouddhisme est une religion unique en ce qu’elle s’applique aux systèmes d’éducation conventionnels que nous avons parce que c’est une éducation « par excellence », c’est la forme complète ou parfaite d’éducation.

Qu’est-ce donc qu’une « éducation bouddhiste » ? Ce serait une éducation qui remplisse les conditions nécessaires d’excellence dans l’enseignement — connaissance et maîtrise de tout ce qu’il faut savoir, comme s’y emploient tous les systèmes d’éducation — mais qui ne voie pas l’éducation simplement comme une préparation à vivre dans le système capitaliste, gagner sa vie, etc. Cette éducation offerte aux enfants par les écoles serait en harmonie avec les principes plus vastes du système d’éducation bouddhiste que nous appelons parfois l’Octuple Sentier ou « l’entraînement en trois temps », c’est-à-dire l’éducation à sila, samadhi et pañña.

En conséquence, dans l’éducation que nous essayons de développer — que nous appelons « éducation bouddhiste » — nous adaptons les principes de développement bouddhiste au processus d’éducation. Ceci implique apprendre à l’enfant à se relier au monde physique dans lequel il vit, à développer une relation sage avec la société qui l’entoure et qui l’entourera en tant qu’adulte. Il saura faire face à ses émotions de manière constructive, trouver des moyens sages et intelligents de gérer les émotions négatives comme la peur, l’anxiété, l’avidité, la colère ou la dépression. Il apprendra aussi à développer des qualités positives comme la patience, la persévérance, l’effort, la gentillesse, l’attention, la paix intérieure ou l’intégrité.

Mais, plus important encore, comme le joyau au milieu de la couronne du bouddhisme, sera l’accent mis sur la sagesse et sur les techniques pratiques permettant de développer et de nourrir cette faculté de sagesse que nous avons tous en nous pour qu’elle puisse s’exprimer et être mise en œuvre dans notre vie.

Il s’agit donc d’un système d’éducation qui ne néglige pas les données traditionnelles mais qui les ajoute ou les incorpore dans une perspective d’éducation plus vaste, plus globale telle qu’elle nous est donnée par les enseignements bouddhistes.

Le sens de la sagesse dans l’éducation bouddhiste

Plutôt qu’un système d’éducation conçu pour tester les gens, les mettre en compétition et les préparer à un métier, l’éducation bouddhiste enseigne aux enfants comment apprendre, comment aimer apprendre et comment aimer la sagesse pour elle-même. Elle leur enseigne la maturité émotionnelle qui leur permet d’utiliser leurs connaissances pour créer des circonstances heureuses dans leur vie comme dans celle de leur famille, et de contribuer positivement à la société dans laquelle ils vivent. Elle ne compromet en rien la tâche qui consiste à préparer les enfants à bien gagner leur vie mais elle leur permet de voir que la vie est plus profonde et plus riche que travailler pour consommer.

Il semble que, de nos jours, de plus en plus d’employeurs ne cherchent plus tant des spécialistes qualifiés que des personnes intelligentes et ouvertes qui savent apprendre de nouvelles choses et sont capables de s’adapter aux changements dans les technologies modernes comme dans la société. La raison en est que nombre des choses qui sont enseignées à l’école sont déjà périmées le jour où les jeunes gens commencent à travailler, et aussi parce que, dans une économie basée sur la connaissance, la fraîcheur du regard, la créativité et l’innovation sont d’immenses atouts.

Pour s’épanouir dans le monde, il ne s’agit donc pas tant de se contenter d’accumuler un corpus de connaissances que de développer un esprit fort mais souple ainsi qu’un savoir-faire et un talent au niveau de la communication et du travail en équipe. Il faut également développer des qualités de patience et d’endurance (savoir repartir après une déception) ; savoir gérer ses mouvements d’humeur et savoir se protéger de l’orgueil, de l’arrogance, de l’avidité, de la haine, de la dépression, de l’angoisse et de la panique. Toutes ces vertus sont de plus en plus reconnues comme étant, à long terme, plus utiles et nécessaires à une vie professionnelle réussie qu’un diplôme universitaire dans la poche.

C’est pourquoi l’éducation bouddhiste n’est pas du tout idéaliste. Elle ne vise pas à produire des gens qui soient hors du monde, vertueux mais incapables de faire face au « monde réel ». Au contraire, elle est basée sur la conviction que le processus de développement bouddhiste dont la plénitude peut conduire à l’Eveil, peut, à un niveau plus modeste, apporter la meilleure forme d’éducation qui soit aux gens comme vous et moi.

Le Dhamma de la Forêt


http://www.dhammadelaforet.org/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling