BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Poème
Conte : L’arbre qui se comportait comme un chasseur - Centre Bouddhique International
Le Moine Joyeux : détaché des richesses et du pouvoir, le bonheur s’accroît - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le garçon et les clous : un conte sur l’importance des amis - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Il n’y a rien à faire pour la recherche du bonheur - Lama Guendune Rinpoché
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
Conte d’amitié : Le Vent et la Lune - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le sourire - Jean-Pierre Maradan
Même rubrique

Vesak - Michel Henri Dufour
Les rendez-vous du Larzac... - Germaine Brocchiero
De la légitimité des organisations sociales - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur - Michel Henri Dufour
Les anciens manuscrits indiens du bouddhisme -
Le Buddha clarifie sa position quant à la consommation de chair animale - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Une histoire de banque d’ovule - Jack Kornfield
Autres textes
En Occident, nous n’avons pas le temps parce que nous le perdons - Sogyal Rinpoché
L’amour - Thich Tri Sieu
Acuité de la vision et capacité collective d’exécution -
La regle d’or : interdépendance et responsabilité - Lama Denys
L’établissement de l’attention. Signification, méthode et but - Vénérable Nyanaponika Maha Thera
Conseil à un vannier pére de famille - Jigmé Khyentsé Rinpotché
Dharma et nourriture - Jean-François Gantois
Fondation bouddhiste Vihara Lemanique

Conte : Les Démons dans le Désert par Fondation bouddhiste Vihara Lemanique

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Trouver une nouvelle source

N’abandonnez pas trop facilement ... essayez encore et encore jusqu’à ce que vous atteignez votre but.

Par Fondation bouddhiste Vihara Lemanique

Cette histoire se déroule il y a très longtemps. C’est l’histoire d’un marchand qui décida de former une caravane et de partir en voyage pour vendre sa marchandise dans un pays lointain. Au cours du voyage, nos voyageurs arrivèrent à la limite d’un désert brûlant. En se renseignant auprès des habitants de la région, on leurs expliqua que, pendant la journée, le soleil était si fort que le sable devenait brûlant comme des braises et qu’il était impossible de traverser les dunes – mêmes pour les chevaux et les chameaux ! Alors notre marchand décida d’engager un guide capable de faire traverser le désert la nuit, en se servant des étoiles. Et à la nuit tombée, ils commencèrent leur dangereuse traversée.

Après plusieurs nuits, le guide, qui conduisait le premier chariot, réalisa qu’ils étaient bientôt arrivés. Mais ayant trop mangé ce soir-là, il finit par s’endormir sur son chariot. Les chevaux et les chameaux, qui bien évidemment ne savaient pas lire les étoiles, finirent pas tourner ici à gauche, puis là à droite et finalement, au petit matin, nos voyageurs réalisèrent qu’ils étaient revenus au même endroit que la veille ! Découragés et fatigués, certains commencèrent à se plaindre. Normalement le voyage devait être terminé mais ils n’avaient plus assez d’eau pour boire et faire à manger. Que faire sans eau ? Ils étaient condamnés à mourir dans ce désert.

Alors le marchand réfléchit et se dit : « Si moi aussi je me met à perdre espoir, à pleurer sur mon sort, nous allons tous mourir ici. Je dois à tout prix trouver une solution !

Et à ce moment-là, du coin de l’œil, il remarqua une touffe d’herbe au beau milieu du désert. Il se dit : « Sans eau, aucune plante ne peut survivre dans ce désert. » Il appella alors les plus costauds d’entre eux et leurs expliqua de creuser exactement à cet endroit. Ainsi, nos amis creusèrent et creusèrent et creusèrent encore jusqu’à ce qu’il tombent sur un gros rocher. Aussitôt ils arrêtèrent de creuser : « Il n’y a pas la moindre goutte d’eau ! C’est juste un rocher. On a fait tout ça pour rien. Que va-t-on faire maintenant ? »

Le marchand se pencha alors, colla son oreille sur le rocher et arriva à percevoir le d’une source ruisselant sous le rocher. Immédiatement, il demanda qu’on lui amène une pioche et, au moment où la pioche brisa le rocher, de l’eau jaillit vers le ciel ! Tous nos amis explosèrent de joie. Alors ils à boire, à laver leurs animaux et à remplir tous les barils vides.

Avant de partir, ils fabriquèrent un grand drapeau de manière que les voyageurs traversant ce désert puissent trouver facilement cette nouvelle source. Ensuite, ils se reprirent la route et terminèrent leur voyage.

Moralité : N’abandonnez pas trop facilement – essayez encore et encore jusqu’à ce que vous atteignez votre but.

Mars 2001

Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Grande Rue 8 - 1110 Morges Suisse
Tél : +41 21-802 42 64 - Fax : +41 21-802 42 74






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling