BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Enfants du Tibet
Chamdon et Dolma, 17 et 13 ans, contraintes de rentrer au Tibet - Takho
Entre Tibet et Népal, en hiver le passage de la frontière - Takho
Témoignages tibétains -
Stérilisation forcée des femmes tibétaines - Jacques Peret
Merci de tout ce que vous faites pour changer notre maison, la terre - Takho
Pourquoi j’ai dû quitter le Tibet à dix ans… - Tsering Dolkar
Le XIè Panchen Lama, le plus jeune prisonnier politique du monde - Association Solidarité Tibet
Même rubrique

Aller à Lhassa, oui, mais certainement pas en otage de la Chine - Sofia Stril-Rever
Paroles de jeunes tibétains - Takho
Des parlementaires français pour le Tibet - Groupe d’information sur le Tibet
De coeur à coeur avec soeur Emmanuelle - Sofia Stril-Rever
Manifeste 2000 des parlementaires français pour le Tibet - Groupe d’information sur le Tibet
Danses tibétaines interdites à Katmandou par les Chinois - Sofia Stril-Rever
Tibet, reconstruire, préserver, partager... - Matthieu Ricard
Autres textes
Naissance et développement de l’esprit d’éveil - Roland Rech
La compassion, une énergie de guérison - Sofia Stril-Rever
Formation au coaching d’entreprise - Benoit Gros
Nonnes zen japonaises au XXe siècle - Jade Reidy
L’éco-logis... - Insite
Silence, calme, vastitude - Tenzin Wangyal Rinpoche
La Méditation Vipassana - Bhante Henepola Gunaratana

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Tibet


Témoignages tibétains (2)

Un Français qui a voulu rester anonyme pour protéger les Tibétains qui l’ont accueillis, nous envoie ces témoignages. Le souhait de ces témoins est de diffuser largement leur point de vue de Tibétains vivant au Tibet pour une meilleure compréhension de la situation vécue de l’intérieur par le peuple tibétain.

Témoignage homme, Tibet automne 2000

Question : Qu’elles sont les mesures prises par les autorités chinoises en matière de restriction des libertés religieuses ?

- Il y a de nombreuses raisons..... Tout d’abord ,il y a un quota de moines et une fois que ceci est fait, ils appellent les moines et les nonnes et leur font exprimer leurs opinions

Ceux qui se soumettent au gouvernement chinois sont autorisés à rester, mais ceux qui s’opposent sont mis en prison ou renvoyés du monastère.

Pour ce qui est des Tibétains ordinaires, des laïcs, ils n’ont pas le droit d’avoir un autel dans leur maison. Ils n’ont pas le droit dans le sens ou ils subissent des pression : en excluant leurs enfants de l’école , en les expulsant de leur travail, en les privant de traitement médical. S’ils résistent, ils sont mis en prison.

Tout cela ,afin de décourager les Tibétains de pratiquer leur culture ou leur religion. Les chinois fouillent également les maisons et confisquent tous les articles religieux, en particulier les photos de SS le Dalai Lama.

Question : Qu’elles sont les conditions de vie des tibétains au Tibet, sur le plan social, santé , éducation ?

- Il y a une minorité de Tibétains qui ont une vie agréable, par exemple, ceux qui suivent la ligne du gouvernement chinois ou ayant de bons postes officiels, ou encore qui ont des proches travaillant pour les Chinois .

Ces personnes, étant donnée leur situation ,peuvent avoir de grosses affaires, économiser de l’argent.

Puisque la politique du gouvernement chinois actuel est basée sur l’économie, il est logique que les riches deviennent plus riches. Mais la majorité des gens ont énormément de mal à joindre les deux bouts.

Ils ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école : Un salaire mensuel est autour de 600 yuans ( environ 600frs) . Les frais de scolarité sont de 400 yuans. Comment vivre avec 200 yuans ?... Ceci est un premier exemple.

Un deuxième exemple, l’hôpital : Si vous souhaitez obtenir une pilule, un médicament, vous devez en premier lieu laisser 2000 yuans , environ 2000frs en dépôt ; après quoi vous pouvez consulter le docteur.

Même pour une petite maladie insignifiante, le docteur vous dira que vous devrez être hospitalisé. Une fois que les 2000 yuans auront été épuisés, ils vous renverront de l’hôpital même si votre maladie n’a pas été traitée.

C’est pourquoi les gens ne peuvent se permettre d’aller à l’hôpital et c’est pour cette raison que les personnes âgées ces temps-ci à Lhasa, prient pour que leur mort soit soudaine plutôt que d’aller à l’hôpital.

Même s’ils sont malades, ils ne vont pas à l’hôpital. et ils souhaitent mourir le plus vite possible..... Ils sont démunis et n’ont pas d’autre choix.

Dans notre communauté entre les personnes âgées mourant petit à petit et la jeune génération avec la nouvelle idéologie il y a des différences d’opinions, même au sein d’une même famille.... Avec le temps qui s’écoule très vite, la richesse morale et culturelle se dégrade comme du beurre au soleil.

Question : Qu’elles sont les relations entre les tibétains et les chinois ?

Je m’appelle Tsering ,et j’ai 30 ans....( ce n’est pas, évidement, son vrai nom, ni son âge)

Pour nous, tibétains vivant au Tibet, nous n’avons que peu de relations avec l es chinois qui sont de plus en plus nombreux à Lhassa et dans tout le pays.

- En général on les rencontre au marché. Il n’y a aucune possibilité de les éviter.

A part cela, nous ne gardons pas contacts avec eux.

Dans nos cœurs, nous avons un fort sentiment d’antipathie parce que nous savons qu’ils viennent avec de mauvaises intentions , non pour nous aider ,mais pour bénéficier de la situation. C’est pourquoi les relations sont de moins en moins fréquentes.... Par exemple, nous n’avons aucune confiance.

Par le passé, dans les années 50 et 60, il y avait des mariages mixtes entre Tibétains et Chinois, mais à présent il y en a de moins en moins car ils commencent à réaliser qu’il y une énorme différence culturelle en termes de traditions ,de religion , d’habitudes … et qu’il est très difficile de vivre ensemble.... La seule raison pour laquelle nous restons ensemble est d’ordre politique.

Au niveau politique nous ne sommes pas supposés appeler les Chinois ‘les chinois’ (Gyanak). Nous devons dire ‘la race chinoise’ (gya rik) ; mais nous les appelons Gya nak de par notre haine et notre colère. En résumé, au fond de notre cœur, nos sentiments envers eux sont très froids .

Question : Savez vous comment sont financées les constructions réalisées par les chinois. Les chinois venant au Tibet ont ils des avantages financiers , fiscaux etc...?

- Cela fait désormais 10-15 ans que le gouvernement chinois a adopté cette politique, et c’est toujours la politique actuelle.

En ce qui concerne l’économie tibétaine, il n’y a aucun développement. Dans le passé, Lhasa était une petite ville ....

Une fois que les chinois se sont mis à installer des bureaux à Lhasa, ils ont commencé à acquérir des terrains . Ensuite le gouvernement chinois leur donne de l’argent , pour construire des établissements commerciaux et ainsi pour gagner de l’argent.

Une fois construits, ces bâtiments sont vides. Alors ils envoient des Chinois de Chine pour occuper ces maisons et les encouragent à démarrer des commerces, restaurants, cafés , bordels etc..

S’ils construisaient des maisons pour loger directement des colons chinois, le gouvernement sait qu’il serait critiqué. Donc ils donnent de l’argent à différents départements qui à leur tour le distribuent aux colons. Donc, indirectement, c’est un projet à dimension politique.....

Ils veulent faire venir le plus de Chinois possible au Tibet afin que nous soyons influencé par leur culture et que nos traditions disparaissent progressivement. C’est très efficace et très sournois.

Question : Connaissez vous le nombre de prisonniers politiques actuellement incarcères au Tibet ?

- Sur cela, comment dire..... De toute façon ,vous qui habitez à l’extérieur en savez plus que nous qui vivons au Tibet. Il y un assez grand nombre de prisonniers politiques.... Je ne sais pas grand-chose à ce sujet. De mon point de vue autour de 400... Il y a différentes catégories de prisonniers et puis il y a ceux qui sont emprisonnés à vie , car ils pensent que s’ils les libèrent ,ils seront incontrôlables... Mais je ne sais pas grand-chose sur les prisonniers.

Question : Qu’elle est la méthode employée par les chinois pour détruire la culture tibétaine ?

- En général les Chinois ne nous tuent pas si nous restons tranquilles , s’ils le faisaient, ils savent qu’ils seraient critiqués par le monde entier. Donc, afin de détruire notre culture, ils disent que notre foi et nos traditions ne sont pas en accord avec la doctrine communiste.

D’un autre côté ils disent que nous devons avoir des idées nouvelles car nous sommes très vieux jeu., arriérés.

Ils imposent leur doctrine en ne nous permettant pas de prier, d’aller faire les circumambulations autour des temples et d’apprendre le tibétain. Ils veulent , de cette facon , détruire la culture tibétaine et ses traditions dans son ensemble.

Dans le futur il y aura les Tibétains en tant que race,... mais quel genre de race ? : Des Tibétains qui ne connaîtront rien de leur culture.

Il y a un grand danger que d’ici 50 ou 100 ans il ne restera rien de la culture tibétaine et qu’elle ne restera que dans l’histoire.

Les Chinois, lors d’un décès dans une famille, ont le droit de conserver les cendres du défunt dans la maison après la crémation. Ceci n’est pas considéré comme étant de la superstition , ou allant contre la doctrine communiste.

Les Tibétains, lors d’un décès, donnent le corps aux rapaces puis font une thangka et la garde dans la famille en mémoire du défunt.

Bien qu’il n’y ait aucune différence entre conserver des cendres et une thangka à la maison, le gouvernement chinois dit que , dans notre cas, il s’agit de superstition et donc il nous est interdit de le faire. ..... La vraie raison derrière tout cela, est qu’ils ne peuvent tolérer que les Tibétains conservent leurs traditions.

Ils pensent qu’une fois que la tradition sera exterminée, alors tout deviendra plus facile pour eux, car il n’y aura plus de différences, tout le monde fera la même chose.

Question : Au Tibet, avez vous des informations du reste du monde ?

- Les Chinois font disparaître tout ce que nous ne sommes pas supposés voir. Sauf pour la télévisions locale chinoise et sa section tibétaine en langue chinoise, ils censurent toutes les autres nouvelles de l’étranger.

Il y a très peu de Tibétains qui parlent anglais. Ainsi, si même nous recevons quelques nouvelles de l’étranger nous ne comprenons rien du tout.

Des radios tibétaines installées à l’étranger essaient d’émettre vers le Tibet.

Au début on entendait un peu, mais maintenant à Lhasa on n’entend plus rien. Les Chinois s’efforcent d’arrêter la transmission de ces émissions et donc quand on les écoute, on entend un bruit désagréable et l’on ne peut rien distinguer.

Mais nous avons appris, que dans certains villages éloignés, ils captent un peu. Alors on fait circuler les nouvelles. Et en fin de compte on arrive à avoir de vagues informations sur des événements politiques, comme lorsque le gouvernement chinois est critiqué, lorsqu’il y a des manifestations... Nous tachons de rester bien informés.

Question : Y a-t-il des tibétains qui collaborent avec les chinois, et pourquoi ?

- C’est difficile à dire.... C’est très difficile à dire.....

La nature humaine est telle, que l’on veut avoir une bonne vie et être heureux. Au contraire, il est difficile de trouver une personne qui est prête à mourir s’il le faut.

D’un autre côté, si nous résistons et essayons de mener une sorte de guerre, nous serions peut-être capable de manifester ou de mener une résistance active, mais le résultat est très clair dans le cœur de tous :

En termes de population, ils sont environ 2000 fois plus nombreux que nous, nous n’avons aucune arme, ils sont bien armés et détiennent le pouvoir politique. Alors, bien que nous pensons à de telles activités, elles sont extrêmement difficiles à réaliser dans de telles circonstances.

Par ailleurs, on doit prendre soins de nos parents et des membres de notre famille. C’est pourquoi dans le passé les moines et les nonnes ont joué un rôle capital dans ces activités , c’est en effet c’est plus facile pour eux, puisqu’ils sont seuls et sans problèmes de famille.

Question : Pensez vous qu’il y a un espoir d’amélioration de la situation ?

- D’un côté nous nous disons que la situation pourrait s’améliorer et d’un autre côté nous avons beaucoup d’espoir en direction des nations étrangères.

Nous avons le Dalaï Lama et les Tibétains en exil qui font tous ce qu’ils peuvent pour obtenir le soutien des pays étrangers, et nous ne pensons pas que cela restera inutile. Nous avons l’espoir que les gens dans le monde vont nous aider et nous soutenir.... Nous les Tibétains, sommes connus pour nos aptitudes à l’espérance.

Question : Quelles langues sont enseignées dans les écoles ?

Ces temps-ci il y a beaucoup d’histoires dans les écoles.

Nous connaissons clairement la politique chinoise : Destruction, destruction de la culture.

Les écoles jouent un rôle majeur dans ce processus.

Dans des grandes villes comme Shigatse, Lhasa, Lhoka, Chamdo .. pour l’enseignement scolaire, le chinois est la première langue. Ils enseignent un peu de tibétain en 3e 4è, et 5è année, à l’école primaire.

Après il n’y a que le chinois, les maths et un peu d’anglais. Ainsi, les enfants dans ces villes peuvent parler un peu le tibétain, mais ne peuvent ni le lire, ni l’écrire. Donc ces enfants ne connaissent que le chinois.

Dans les villages comme ils n’ont pas les moyens d’ouvrir de nouvelles écoles, au début on enseignent un peu le tibétain, mais quand les enfants arrivent en 3è, ils doivent apprendre le chinois, les maths etc.. Donc les enfants, dès qu’ils atteignent 14 ans, ils ne connaissent pas le tibétain et étudient seulement le chinois.

La politique de l ’éducation est telle que vous ne pouvez passer d’examens sans le chinois, et le tibétain ne sert à rien du tout. Donc, les gens sont obligés d’apprendre le chinois afin de passer les examens et en fin de compte pour obtenir un travail et une vie décente.

Pour ce qui est de la langue tibétaine, il n’y a aucun débouchés, donc vous êtes obligés d’arrêter de l’apprendre, ceci est la première raison.

La deuxième raison, est que même si vous décidez de passer les examens en tibétain, la notation vous sera très défavorable. Si vous obtenez 10 sur 10 en chinois et 10 sur 10 en tibétain, votre résultat chinois comptera pour 10 sur 10, mais votre tibétain comptera pour 5 sur 10. Ainsi vous perdez vos points à l’examen

Donc à la fin vous raterez vos examens et cela décourage les gens de choisir le tibétain.

Question : Comment voyez vous l’organisation politique d’un Tibet décolonisé ?

De mon point de vue, j’ai une opinion qui m’est propre , mais pour les Tibétains en général, nous ne connaissons pas grand-chose sur la démocratie et nous n’avons aucune expérience politique.

Les chinois eux-même , au début, ne savaient rien de la politique. Ils ont appris de l’Union Soviétique…

Désormais, dans notre communauté, la jeune génération de mon âge, disons entre 22 et 25 ans, pense que nous devrons aller vers la démocratie. Mais c’est assez difficile de réaliser cela au Tibet immédiatement.

La majorité de la population vit dans les villages et les gens ne connaissent rien de la politique, ni même de la démocratie ; donc je pense qu’au début on devrait avoir un gouvernement et éviter de faire des élections. On devrait progressivement éduquer les gens et adopter ensuite un gouvernement démocratique.

Donc, si nous recouvrons notre liberté, nous adopterons sûrement un système démocratique dans le futur.

Question : Que pensez vous d’un éventuel boycott du tourisme au Tibet ?

Leur but des chinois est de fermer le Tibet au monde. Mais, comme la Chine est elle-même ouverte, ils sont incapables de fermer le Tibet.

Ils veulent faire croire que le Tibet est ouvert mais en réalité ce n’est pas vrai.

Les touristes ne peuvent venir qu’en groupe, et leurs itinéraires sont décidés et arrangés par le gouvernement chinois. Par exemple, ces touristes ne sont pas supposés s’arrêter dans les villages où ils n’ont pas été autorisés.

Bien sûr les Chinois gagnent beaucoup d’argent avec le tourisme...... Pour nous, Tibétains, nous pensons qu’il devrait y avoir le plus de touristes possibles au Tibet et que cela pourrait aussi aider notre cause.

Actuellement, il y a un problème pour les interprètes tibétains : Etant Tibétains, ils expliquent la situation réelle aux touristes, ce que les Chinois n’aiment pas.

Ils ont opéré des restrictions sur les Tibétains du Népal et d’Inde travaillant comme interprètes au Tibet. Comme il n’y a pas de pénurie d’interprètes, ils sont désormais importés de Chine. Et maintenant le travail d’interprète ou de guide est fait par des Chinois parlant anglais.

Question : Quels sont les changements dans les campagnes ?

Dans les villages ou chez les nomades, il n’y a pas d’amélioration du tout de l’économie

Les nomades ont subit récemment d’importantes chutes de neige, ils ont perdu une grande partie du bétail et ils souffrent beaucoup d’une vie très dure et très difficile.

Dans la plus grande partie du Tibet il n’y a pas de progrès économique du tout. C’est comme les temps anciens. Les chanceux sont fortunés, les malchanceux, infortunés.

D’un autre côté si l’on va dans les villes, mon Dieu ,c’est comme d’aller dans un autre monde. Il y a beaucoup d’inégalités. Si un villageois se rend dans une ville, il aura l’impression d’être en Chine ou dans n’importe quelle autre partie du monde, mais pas au Tibet.

Quand nous venons à Lhasa, nous avons la même impression....... Les tibétains ne reconnaissent plus la ville de Lhasa qui n’a plus rien à voir avec le Lhasa qui est dans la mémoire du peuple tibétain.

Lhasa, Shigatse sont très différents de nos villages. Il y a des différences énormes entre les villes et les villages , entre les villages et les campagnes.

Question : Que pensez vous de l’engouement de l’occident pour la culture et la religion tibétaine et pensez vous que cet engouement peut servir la cause tibétaine ?

. Il y a deux choses différentes : Nous ne dirons pas que la culture ou tradition tibétaine est la meilleure ou la pire.

. Le vrai problème en ce moment au Tibet, c’est le respect des droits de l’homme et la politique chinoise ..

Une fois que ces questions auront trouvé une solution, alors la question de la religion, de la culture, de la tradition ,petit à petit fera des progrès.

Les étrangers qui veulent nous soutenir seulement du point de vue de la religion ou de la culture, ce n’est pas assez, ni une bonne chose.... Vous devez réaliser, qu’il faut tout d’abord résoudre le nœud du problème et que le problème primordial est celui des droits de l’homme et de la situation politique du Tibet.

Ainsi, vous ne devez pas dévier du vrai problème.

Si vous soutenez le mouvement pour la liberté du Tibet, alors bien sûr, vous pouvez travailler également pour la survie de notre culture et de nos traditions...

Une fois que nous aurons la liberté et les droits, alors ces sujets pourront être discutés.

Question : Qu’attendez vous de l’occident, avez vous un message à transmettre ?

C’est difficile à dire....

Nous savons que nous avons beaucoup de gens qui nous soutiennent dans le monde. N’est-ce pas le cas ? Nous l’apprenons par la radio et par les gens...

Ma requête et celle des Tibétains à la communauté internationale est de continuer à nous soutenir.... Nous ne devons pas perdre espoir..... Nous vivons ici et donc nous ne sommes pas en mesure de faire grand chose....

Vous qui vivez à l’extérieur, vous pouvez bouger et travailler car vous avez plus de liberté. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien.

Un jour la vérité triomphera... Et ce jour-là décidera de notre futur.

S’il vous plaît, continuez à nous aider ...... je voudrais vous souhaiter à tous Tashi Delek du plus profond de mon cœur.





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling