BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

L’esprit d’éveil et la vacuité - Yongey Mingyour Rinpoché
Comment Pratiquer : Trois manières de pratiquer. - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Les rites Bouddhiques et leurs significations - Vénérable Thich Huyen-Vi
Questions et réponses avec Ajahn Chah - Jack Kornfield
Trouver refuge dans l’Eveil - Ajahn Lee Dhammadaro
Le message essentiel du Dalaï-lama pour le monde et les générations futures -
Calmer paroles et pensées - Maître Sheng-Yen
Autres textes
Qu’est-ce que le Dharma ? - Lama Zopa Rinpoché
La compassion, antidote à la maladie sociale de la séparation - Bernie Glassman
Protestants et bouddhistes se sont rencontrés - Jean-François Gantois
L’échange humain et l’acte d’amour - Philippe Labro
Guérir par la méditation, entretien avec Tulkou Thondoup Rinpotché - Jean-Claude Cartier
Les notions d’amour et de compassion dans le bouddhisme - Matthieu Ricard
En Occident, nous n’avons pas le temps parce que nous le perdons - Sogyal Rinpoché
Houei Neng

Mahâprajnâpâramitâ par Houei Neng

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Soutra de l’Estrade

Par Houei Neng

Soutra de l’Estrade, chapitre 14. Hui-neng

Le « Samâdhi de l’unique », c’est la constante pratique de la droiture. Dans le Soûtra de Vimalakirtî, il est dit que la « la droiture est le lieu de la pratique ; la droiture est une terre pure ».

Le samâdhi de l’unique en paroles seulement n’est guère la pratique de la droiture et ne convient pas aux disciples de l’Éveillé. C’est le seul exercice de la droiture à l’égard de tous les phénomènes, sans attachement ni croyance à leur existence réelle, qu’on appelle samâdhi de l’unique.

Les égarés s’attachent à l’apparence des choses et croient qu’il existe réellement quelque « samâdhi de l’unique ». Ils redressent leur esprit et restent assis sans bouger, chassent les illusions sans plus produire de pensées – telle est leur « absorption unifiante ». Mais alors, ils s’adonnent à une méthode qui les assimile à des objets inanimés et, par surcroît, dresse maints obstacles sur la Voie.

La Voie n’est que communication et fluidité : à quoi bon ces figements ? Quand la pensée s’arrête, fluidité et communication s’arrêtent aussi, et l’on se trouve enchaîné. S’il s’agissait uniquement de rester assis sans bouger, Vimalakîrti aurait eu tort de gourmander Shâriputra, lequel passait sont temps assis dans la forêt.

Ô mes amis, j’en ai même vu qui apprenaient aux autres à s’asseoir pour examiner leur esprit, en examiner la pureté sans bouger, sans penser, et ainsi produire des mérites. Privés d’illumination, les égarés s’attachent jusqu’à la perversité, dont il existe des centaines d’espèces. Ceux qui expliquent ainsi la pratique commettent la plus vieille des grandes erreurs.

Traduit du chinois par Patrick Carré.
Le Soûtra de l’Estrade du Sixième Patriarche Houei-neng (638-713).
Editions du Seuil, 1995

Kalyanamitra Fasheng
Une fenêtre sur le Dharma : textes fondamentaux du Ch’an et d’autres traditions de la Voie de Bouddha.


http://ibsworld.wordpress.com/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling