BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Matthieu Ricard
Etre disciple, rencontre avec Matthieu Ricard - Matthieu Ricard
Entretien avec Nicole Lattès, éditeur de Matthieu Ricard - Sofia Stril-Rever
Dilgo Khyentsé Rinpotché, une montagne immuable - Sofia Stril-Rever
Les notions d’amour et de compassion dans le bouddhisme - Matthieu Ricard
La “vigilance” du tireur d’élite - Matthieu Ricard
L’optimisme éclairé - Matthieu Ricard
Tibet, reconstruire, préserver, partager... - Matthieu Ricard
Même rubrique

La joie - Bhikkhu Bodhi
L’altruisme et les six perfections - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Réflexions sur le bonheur et l’esprit - Matthieu Ricard
L’essence condensée du Soutra du Bhagawan Bouddha de la guérison - Panchen Lama Losang Tcheukyi Gyaltsène
Conseil à un vannier pére de famille - Jigmé Khyentsé Rinpotché
Le Hwadou - Maître Kusan Sunim
Comme un cours d’eau dormant - Ajahn Chah
Autres textes
La religion Bön, son fondateur, ses doctrines - Yungdrung Bon
Le développement durable, des origines aux principes d’action - Nathalie Holec
Le principe yin-yang : il figure les deux grandes forces de l’univers : clair-obscur, négatif-positif, mâle-femelle - Daojida
La Théorie des Trois Humeurs - Amchi Lung Tok
Méditation sur la respiration - Anapana-Sati
Les deux accès à la réalité ultime - Bodhidharma
L’instant d’aimer - Thich Nhat Hanh
Dilgo Kyentsé Rinpoché

Audace et Compassion par Dilgo Kyentsé Rinpoché
Esprit et pensées par Dilgo Kyentsé Rinpoché
La pratique par Dilgo Kyentsé Rinpoché
Le sublime échange du bonheur et de la souffrance par Dilgo Kyentsé Rinpoché
Médecine L’alchimie de la souffrance par Dilgo Kyentsé Rinpoché
Une instruction majeure sur la méditation par Dilgo Kyentsé Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Soi-même et les autres

Par Dilgo Kyentsé Rinpoché

Le bonheur des autres devrait nous importer au moins autant que le nôtre. De la même manière, nous devrions formuler le souhait que tous les êtres sensibles, y compris nous-même, puissent s’affranchir de la souffrance.

Ce vœu pourrait se formuler ainsi :
« Puissent toutes les créatures vivantes trouver le bonheur et les causes de ce bonheur. Puissent-elles être délivrées de la souffrance et de ce qui en est la cause. Puissent-elles jouir d’une félicité durable à l’abri de la souffrance. Puissent-elles vivre en toute équanimité, sans attachement ou haine d’aucune sorte, animées d’un amour dirigé vers tous sans discrimination. »

Faire preuve d’un amour débordant et d’une compassion à toute épreuve à l’égard de tous les êtres sensibles : voilà le meilleur moyen de réaliser le vœu le plus cher des Bouddhas et des Bodhisattvas. Même si, pour l’instant, vous ne pouvez aider quelqu’un, méditez sans relâche sur l’amour et la compassion jusqu’à ce qu’ils deviennent parties intégrantes de votre propre esprit.

Rappelez-vous toujours que la progression de votre pratique spirituelle n’a de sens que si elle s’opère pour le bénéfice des autres. Soyez humble et gardez en mémoire que tous vos efforts restent des jeux d’enfants comparativement à la vastitude et à l’activité infinies des Bodhisattvas. À l’instar de parents attentionnés envers leurs enfants chéris, n’allez jamais croire que vous en avez trop fait ou assez pour les autres. Même si vous parvenez à conduire toutes les créatures vivantes à la bouddhéité parfaite, pensez simplement que vous avez réalisé tous vos souhaits. En toutes circonstances, vous ne devez avoir aucune attente ou escompter quelque bénéfice que ce soit en retour.

Surmonter l’attachement à l’ego et se mettre au service des autres : voilà l’essence même de la pratique des Bodhisattvas. Celle-ci prend sa source dans l’esprit lui-même et non à travers la perception que d’autres peuvent avoir des gestes que l’on pose. La véritable générosité procède du non-attachement, de l’absence de désir qui représente la discipline ultime ainsi que d’une patience authentique qui se traduit par l’absence de haine. Les Bodhisattvas sont capables de se départir de leur royaume, de leur corps et des possessions qu’ils chérissent le plus, parce qu’ils sont parvenus à surpasser leur pauvreté intérieure en étant inconditionnellement disponibles aux autres.


http://www.shechen.org/french/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling