BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Pour un sentiment de responsabilité universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
La compassion une energie de guerison - Pema Wangyal Rinpoche
Le "non-esprit" - Houang-po
What Is Contemplation ? - Ajahn Chah
L’empathie et la pratique intensive de la compassion - Matthieu Ricard
Le thé et la tasse à thé - Dzongsar Khyentse Rimpoche
Esprit et pensées - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Autres textes
Réflexions d’un moine chrétien sur le zazen - P. William Skudlarek
Evolution et liberté - Hans Jonas
Prière interreligieuse - DIMMID
Des temples de bonté dans nos cœurs - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Une éthique du bonheur et de la bonté - Sofia Stril-Rever
Méditation et retraite - Lama Denys
Etre touché - Pierre-Michel Trémeau
Maître Dogen

Faire voeu de n’agir que pour le bien de tous les êtres par Maître Dogen
Faut-il avoir un maître ? réponse de Maître Dôgen par Maître Dogen
Fukanzazengi - La Voie est foncièrement parfaite. Elle emplit tout par Maître Dogen
Genjō Kōan - L’existence comme expression de l’éveil par Maître Dogen
Hosso - Dharma - La réalité de tous les phénomènes par Maître Dogen
Immo - Ce qui est par Maître Dogen
L’obéissance (Rai Hai Tokuzi) par Maître Dogen

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Shōji - Naître et mourir

Par Maître Dogen

Shō. Peut se traduire par naître (umareru), vivre (ikiru), la vie
Ji ou Shi. Peut se traduire par mourir, décéder, la mort.

Pourquoi : Naître et mourir ?

Shōji aurait pu être traduit littéralement par naissance et mort ou
la vie et la mort.
Shō et Ji ou Shi donnent en sanskrit : jaati pour naissance et
marana pour mourir ou encore samsāra (1) tout simplement. Nos
avons préféré traduire Shōji par deux verbes à l’infinitif “ naître
et mourir “ pour rendre ce sens de l’existence comme espace et
temps du possible. Parfois le terme Shōji est utilisé comme tel
dans le texte traduit.

Mots clés
Nirvana, processus, éphémère, naissance, mort.

Noms Clés :
Bouddha, Jozan Shinei, Kassan Zen’e

Phrases clés :
Hors du processus de la naissance et de la mort, il n’existe pas de
Bouddha.

Pour accepter le processus de la naissance et de la mort comme le
nirvāna, il n’est nul besoin de l’avoir en horreur ou de rechercher
le nirvāna.

Texte

Quand un Bouddha
n’est plus dans le processus de la souffrance,
il n’y a ni naissance, ni mort.
Hors du processus de la naissance et de la mort,
il n’existe pas de Bouddha (2).

1. Nous devons ces propos aux Maîtres Kassan Zen’e et Jozan
Shinei (3). Ils étaient des hommes de bon sens et nous devrions
étudier avec soin ce qu’ils ont dit. Si vous souhaitez vous détacher
du processus de la souffrance, il est essentiel de comprendre leurs
propos.

2. Essayer de trouver Bouddha hors de Shōji (4), c’est comme pointer
le nord sur une carte quand vous voulez aller au sud, ou
rechercher la grande Ourse en scrutant la partie sud du ciel. Si
vous agissez ainsi, vous vous égarerez dans votre quête.

3. Pour accepter le processus de la naissance et de la mort comme
le nirvāna, il n’est nul besoin d’avoir la naissance et de la mort en
horreur ou de rechercher le nirvāna. C’est seulement de cette
manière que vous pourrez vous détacher du processus de la
souffrance.

4. C’est une erreur de croire que la naissance se transforme en
mort. La vie est un état intégral, possédant une période distincte
avec déjà un passé et un possible futur. C’est ce que veut dire dans
le bouddhisme le terme de non_naître (5). L’arrêt de la vie est aussi
un état intégral, une période particulière avec déjà un passé et un
possible futur. L’extinction est vue comme non_extinction (6).
Lorsque l’on parle de naissance, il n’y a rien d’autre que naître.
Lorsque l’on parle de mort, il n’y a rien d’autre que mourir. Quand
toutes deux surviennent, nous devons les accepter telles qu’elles
sont. Ne rejetez ou ne désirez rien d’autre.

5. Etre Bouddha c’est aussi naître et mourir. Si vous détestez et
rejetez ce fait, alors vous ne deviendrez jamais Bouddha. Mais si
vous vous y attachez, vous ne deviendrez non plus Bouddha et
vous n’en connaîtrez que l’apparence. C’est seulement lorsque
vous serez en mesure de ne plus détester Shōji et que vous aurez
cessé de désirer le nirvāna, que vous pénétrerez l’esprit du
Bouddha. N’essayez surtout pas de le définir avec votre esprit ou
de le décrire avec vos mots. Lorsque vous aurez abandonné le
corps et l’esprit (7), alors la réalité du Bouddha vous guidera. Si vous
suivez cette Voie, vous vous détacherez de Shōji. Sans effort et
sans l’aide du mental, vous deviendrez Bouddha. Si vous
comprenez cela, il n’y a plus aucun attachement.

6. C’est la Voie facile pour devenir Bouddha. Ne créez pas le mal,
ne soyez pas attaché à Shōji. Ayez une profonde compassion pour
tous les êtres sensibles. Respectez ceux qui sont au-dessus de vous
et soyez aimable envers ceux qui sont au-dessous. Abandonnez
haine et envie, peine et mesquinerie. C’est ce que l’on entend par
être Bouddha. Ne recherchez rien d’autre.

Aucune date et aucun lieu mentionnés.

1. Composition de terme à partir de Shōji , Samsāra, transmigration ;
samsāra dukkha, cycle de naissance et de cessation.
2. Expression extraite du Keitoku-dento-roku ; recueil chinois de la
transmission de la lampe chap.7.
3. Kassan Zen’e (805-881) et Jōzan Shinei (771-853)
4. Samsāra ou monde de la souffrance.
5. Fushō non_naissance. Notion développée également dans le Genjō kōan
cf.Livret N°1.
6. Fumetsu non_extinction ; metsu peut vouloir dire tomber en ruine,
périr.
7. Shinjindatsuraku | (jap.)

Centre Zen Soto de Genève
Zendo Sanjyo No Suikun Ji
Zendo du sermon sur la montagne
15 Quai du Cheval-Blanc
1227 Les Acacias GENEVE
Tel + 41 79 449 48 19


http://www.zengeneve.ch/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling