BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Maitre / Disciple
La Relation de Maître à Disciple - Thich Tri Sieu
Etre disciple, rencontre avec Matthieu Ricard - Matthieu Ricard
La relation maître et disciple - Roland Rech
Disciple de Maître Deshimaru - Roland Rech
Discipline - Ajahn Sucitto
La transmission de maître à disciple - Roland Rech et Michel Bovay
Matthieu Ricard
L’illusion de l’ego - Matthieu Ricard
La “vigilance” du tireur d’élite - Matthieu Ricard
Espace Matthieu Ricard - Espace Matthieu Ricard
Le sublime échange du bonheur et de la souffrance - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Entretien avec Nicole Lattès, éditeur de Matthieu Ricard - Sofia Stril-Rever
Participons avec Matthieu Ricard à la création d’une clinique mobile à Bodhgaya - Matthieu Ricard
L’empathie et la pratique intensive de la compassion - Matthieu Ricard
Même rubrique

« On peut se passer de religion, mais pas d’amour ni de compassion », dit le Dalaï-Lama - Sofia Stril-Rever
Le Dalaï Lama : Appel au monde -
Khandro Rinpotché : "La révolution tranquille des moniales a commencé" - Bouddhisme Actualités
Thich Nhât Hanh -
L’histoire de Mahajanaka -
Titre : « Atteindre l’Eveil en tant que femme » ou le destin singulier d’une jeune anglaise devenue nonne bouddhiste - Sofia Stril-Rever
Le message de Bernie Glassman, maître zen : porter témoignage de l’intégralité de la vie - Sofia Stril-Rever
Autres textes
Rebirth et Rebirth Thérapie : L’alpha et l’oméga de toute thérapie est de respirer à fond - Brigitte Rousillon
Prêt pour la mort ? - Dzogchen Ponlop Rimpoche
Nonnes zen japonaises au XXe siècle - Jade Reidy
Les émanations féminines du Bouddha médecin - Terry Clifford
Kannon, bodhisattva de la compassion - Bouddhisme Actualités
La médecine chinoise - Georges Charles
« Le Corps véritable du Bouddha » - Houei-hai
Matthieu Ricard

De l’abandon par Matthieu Ricard
De la transformation personnelle au changement sociétal par Matthieu Ricard
Gérer le stress et l’anxiété par Matthieu Ricard
Introduction à la pratique et au symbolisme du mandala dans le bouddhisme tibétain par Matthieu Ricard
L’optimisme éclairé par Matthieu Ricard
L’art de la méditation par Matthieu Ricard
Le Bonheur et le bien-être : Définir un nouveau paradigme économique par Matthieu Ricard

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Portraits


Rencontre avec mon maître spirituel

"Le 2 juin 1967, à l’âge de 20 ans, je suis arrivé, jeune étudiant parlant peu anglais, devant les Himalaya et j’ai rencontré pour la première fois un maître remarquable, Kangyour Rinpoche, qui devait être un point d’aspiration pour le reste de mon existence."

Par Matthieu Ricard

Matthieu Ricard raconte comment il est devenu moine bouddhiste à l’occasion de la parution du livre écrit avec l’astro- physicien, Trinh Xuan Thuan, de L’Infini dans la paume de la main (NiL /Fayard).

« Je suis né vraiment le 2 juin 1967, à l’âge de vingt ans, lorsque je suis arrivé, jeune étudiant parlant peu anglais, devant les Himalaya et que j’ai rencontré pour la première fois un maître remarquable, Kangyour Rinpoche, qui devait être un point d’aspiration pour le reste de mon existence. Pourquoi s’est-il produit une différence aussi marquée avec tout ce que j’avais vécu auparavant ?

Pour la première fois, je me trouvais en face de quelqu’un dont tous les aspects semblaient en harmonie les uns avec les autres. Il était l’exemple vivant de ce que peut être un chemin spirituel, sans que ce soit de façon ostentatoire. C’était simplement une présence profonde, forte, tranquille et une bonté dont la profondeur résidait peut-être dans le fait qu’elle était presque impossible à sonder. Mais tout ce qu’on pouvait en découvrir était quelque chose qui nourrissait dans l’instant et qui continue à nourrir dans le temps.

C’était quelque chose que je n’avais pas rencontré en Occident, peut-être à cause des circonstances de l’existence. Je n’irais certainement pas jusqu’à dire que cela n’existe pas dans nos pays. Mais les circonstances ont fait que j’ai rencontré cela pour la première fois auprès de maîtres tibétains qui avaient fui l’invasion communiste chinoise.

J’avais eu la grande fortune dans ma jeunesse de rencontrer toutes sortes de personnalités douées de qualités, d’un génie qui leur étaient propres. Grâce à mon oncle, j’ai rencontré beaucoup d’explorateurs, ce genre de personnes qui laissaient un petit mot sur la porte de leur appartement à Paris, avec ce message : « Je suis parti à pied pour Tombouctou… »

Par ma mère j’ai rencontré des artistes, des peintes ; par mon père, des écrivains, des philosophes et des hommes politiques ; par mon embryon d’études et de carrière scientifique, de grands savants comme François Jacob ou Jacques Monod, et tous les visiteurs qui venaient à l’Institut Pasteur où il y avait l’effervescence scientifique que vous connaissez. Bien souvent, j’ai également rencontré des musiciens suivant en cela mes aspirations personnelles et mon goût pour la musique. J’ai eu la chance de déjeuner avec Stravinsky à l’âge de 17 ans et ce fut un émerveillement d’être en sa présence.

Rétrospectivement, j’aurais peut-être souhaité jouer du clavecin ou de l’orgue comme de grands musiciens, avoir le don de poète comme tel grand écrivain. Mais il ne m’est pas arrivé de souhaiter être comme ces personnes, de souhaiter entièrement devenir un avec elles, ou de me dire : « Si j’avais le choix, c’est comme lui que je voudrais être à la fin de mon existence. » C’est cette adéquation de tout mon être avec les maîtres spirituels tibétains qui m’a tellement inspiré quand je les ai rencontrés. Et j’ai pu la faire mûrir au fil des années que j’ai eu la chance de passer avec eux dans l’Himalaya.

Pour moi il n’y a donc pas eu de rupture. Je n’ai claqué aucune porte, je n’ai pas l’impression d’avoir changé de direction, c’était la continuation d’une recherche, celle des sciences de la nature, puis finalement des sciences de l’esprit, les sciences contemplatives. N’ayant pas eu à élever une famille, sans responsabilité au jour le jour dans la société, ma vie a été une ligne droite, depuis l’enfance jusqu’à maintenant. »

Dans Le Moine et le philosophe, Matthieu Ricard raconte en ces termes sa première rencontre avec des maîtres spirituels tibétains :

« J’avais l’impression de voir des êtres qui étaient l’image même de ce qu’ils enseignaient… ils avaient l’air si remarquables. Je n’arrivais pas à saisir explicitement pourquoi, mais ce qui me frappait le plus, c’était qu’ils correspondaient à l’idéal du saint, de l’être parfait, du sage, une catégorie d’êtres qu’apparemment on ne trouvait plus guère en Occident. C’est l’image que je me faisais de saint François d’Assise, ou des grands sages de l’Antiquité. Une image qui était devenue pour moi lettre morte : je ne pouvais aller rencontrer Socrate, écouter un discours de Platon, m’asseoir aux pieds de saint François d’Assise ! Tandis que brusquement, surgissaient des êtres qui semblaient être l’exemple vivant de la sagesse. Et je me disais : « S’il est possible d’atteindre la perfection sur le plan humain, ce doit être cela. »

Le Moine et le philosophe, dialogue de Jean-François Revel et de Matthieu Ricard, ed. NIL, Paris, 1997

Novembre 2000

Le site de Matthieu Ricard
Ses photos, publications, blog ...
http://www.matthieuricard.org

Dilgo Khyentsé Fellowship
La fondation Dilgo Khyentsé Fellowship est dédiée à la poursuite et au développement des activités de Dilgo Khyentsé Rinpoché.
http://www.shechen.org/

KARUNA
L’Association KARUNA a été créée, en France pour accompagner les programmes humanitaires de Matthieu Ricard
http://www.karuna-shechen.org






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling