"> BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Meditation
La Pleine Conscience de la respiration - Thich Nhat Hanh
Approche de la méditation - Michel Henri Dufour
Guérir par la méditation, entretien avec Tulkou Thondoup Rinpotché - Jean-Claude Cartier
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
La vue pénétrante - Khènsour Jampa Tègchok Rinpoché
Les neuf étapes de Samatha - Déchoung Rinpotché
Découverte du Bouddhisme - Comment Méditer ? - Lama Zopa Rinpoché
Retraite
Bernie Glassman : Zen et Action sociale - Vénérable Kunzang
La retraite de trois ans et trois quinzaines - Djamgoeun Kongtrul
Méditation et retraite - Lama Denys
Calmer paroles et pensées - Maître Sheng-Yen
Le nirvana derrière les barreaux - Sudip Mazumdar
Même rubrique

L’établissement de l’attention. Signification, méthode et but - Vénérable Nyanaponika Maha Thera
La vacuité - Stephen Batchelor
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
Shushogi - Les bonnes raisons de la pratique et de la réalisation - Maître Dogen
L’idéal de bodhisattva dans le bouddhisme - Yukai Sensei
Le message essentiel du Dalaï-lama pour le monde et les générations futures -
Genjō Kōan - L’existence comme expression de l’éveil - Maître Dogen
Autres textes
La méditation bouddhique - Charles Genoud
Aimer selon le Christ et Bouddha - Claudine Vernier-Palliez
Don sacré et don profane dans le Theravada - Vénérable Parawahera Chandaratana
La Renaissance - Vénérable Thich Huyen-Vi
La céréale dans tous ses états - Jeanne Dumont
Pour refonder l’action citoyenne - Réseau Cultures
Le trésor incomparable de la compassion - Maître Hsing Yun
Sogyal Rinpoché

En Occident, nous n’avons pas le temps parce que nous le perdons par Sogyal Rinpoché
L’avenir du bouddhisme par Sogyal Rinpoché
La bodhicitta, le " coeur de l’esprit d’Éveil " par Sogyal Rinpoché
La grande paix naturelle par Sogyal Rinpoché
Le cœur de la compassion par Sogyal Rinpoché
Le Chemin de la compassion par Sogyal Rinpoché
Le secret de tonglen par Sogyal Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Ramener l’esprit en lui-même

Par Sogyal Rinpoché

Août 1995

Ce que le Bouddha indique c’est, " …Qu’en méditation, nous sommes assis avec une attitude d’esprit ouverte et semblable au ciel, tout en restant présents à nous-mêmes et en étroit contact avec la terre. Le ciel est notre nature absolue, sans entraves ni limites, et le sol notre réalité, notre condition relative, ordinaire. La posture que nous adoptons quand nous méditons signifie que nous relions l’absolu et le relatif, le ciel et la terre, comme les deux ailes d’un oiseau, intégrant le ciel de la nature immortelle de l’esprit et le sol de notre nature mortelle et transitoire ".

Sogyal Rinpoché

Lérab Ling

14 aout 1995

La retraite des débutants qui se tint à Lérab Ling en août fut intitulée " Le pouvoir de guérison de la compassion ". Traditionnellement, les retraites d’été commencent par la retraite des débutants, mais, en 1995, l’ordre fut changé du fait de la visite à Lérab Ling de Sa Sainteté Pénor Rinpoché. Cette retraite fut donc la dernière. Inspiré par la visite de Sa Sainteté, Rinpoché enseigna la méditation d’un point de vue Dzogchen ce qui toucha et inspira tous ceux qui étaient présents.

" Ramener l’esprit en lui-même " en fait cela résume tout. Ce titre est inspiré par un enseignement d’un très grand maître Dzogchen, Khenpo Ngakchung. Ce nom ne vous dit probablement pas grand-chose, mais je pense que certains d’entre vous en ont entendu parler. " Ramener l’esprit en lui-même " c’est ce qu’est vraiment la méditation. Je commence par le chapitre 5 du Livre Tibétain de la Vie et de la Mort en racontant l’histoire de l’éveil du Bouddha. Vous pourrez le lire par vous-mêmes, lentement, afin de vous inspirer.

Les extraits suivants sont issus du Livre Tibétain de la Vie et de la Mort pp 90-105

" Il apparut à Gautama que la prison dans laquelle il avait été enfermé durant des milliers de vies s’était brutalement ouverte. L’ignorance en avait été le gardien ".

" Voici ce que réalisa le Bouddha : l’ignorance de notre vraie nature est la source des tourments du samsara, et la source de cette ignorance elle-même est la tendance invétérée de notre esprit à la distraction ".

Il y a ici deux points importants.

Souffrir, c’est ne pas savoir qui nous sommes

En fait, si vous regardez la cause première de toutes nos souffrances c’est vraiment ne pas savoir qui nous sommes. Ne pas se trouver engendre une grande souffrance. La souffrance peut revêtir bien des aspects, mais tous conduisent à ce point.

Par exemple, dans la tradition tibétaine de guérison, il est dit que la cause première de toutes les maladies est le fait de ne pas savoir qui nous sommes. De là viennent le trouble et la confusion. Un désordre se crée alors dans les trois humeurs fondamentales appelées vent, bile et phlegme. Et comme les trois émotions négatives, qui s’élèvent de l’ignorance, agissent sur ces humeurs, cela cause un déséquilibre qui crée maux et maladies.

Ainsi, pour le dire simplement, lorsque nous sommes en contact avec nous-même, nous nous sentons bien. Même si nous ne découvrons pas complètement qui nous sommes. Je suis sûr que certains d’entre vous ont pu faire cette expérience, ceux qui sont sur le chemin spirituel depuis longtemps l’ont même réalisé davantage : lorsque vous êtes pleinement en contact avec vous-mêmes, vous vous sentez alors extraordinairement bien. Vous vous sentez si complet.

La guérison profonde est une méditation profonde

Ainsi de nombreux guérisseurs affirment que l’une des façons les plus puissantes de guérir est la méditation profonde. Bien sûr, il y a là de nouveau un problème. Qu’entend-on par méditation profonde ?

Je pense que la méditation profonde ne va pas nécessairement très en profondeur au sens de s’endormir profondément. La méditation profonde, c’est quand on est vraiment en contact avec soi-même. C’est ce dont on parle ici. Quand nous sommes en contact avec nous-même. La méditation permet de se découvrir. Par conséquent c’est une guérison fondamentale. Il est aussi dit ici,

" … Ce que réalisa le Bouddha : l’ignorance de notre vraie nature est la source des tourments du samsara … "

En tibétain, il y a deux mots, rigpa et marigpa. Rigpa signifie voir, voir les choses telles qu’elles sont réellement. Marigpa, c’est ne pas voir, être inconscient. Rigpa est la conscience pure et cristalline alors que marigpa est l’inconscience et donc l’ignorance. Marigpa.

Qu’est-ce que l’ignorance ? Fondamentalement, c’est ne pas se connaître. Voyez-vous, cela commence avec nous-même, ne pas savoir qui nous sommes. Bon, ne pas savoir qui nous sommes a beaucoup à voir avec le reste. Non seulement ne pas savoir qui nous sommes mais aussi ne pas reconnaître la nature de toute chose. C’est quand nous en venons à connaître la nature de notre esprit que nous en arrivons à comprendre la nature de toute chose.

Des exemples ordinaires

C’est un peu comme quand vous apprenez à parler français. J’utilise souvent des exemples ordinaires, mais parfois je trouve que cela affaiblit le point principal et j’hésite un peu à le faire. Mais en même temps utiliser des exemples ordinaires permet aux gens d’être plus à l’aise parce qu’ils peuvent davantage s’y relier. C’est dans ce but que je les utilise.

Ce que je dis, c’est que quand vous connaissez vraiment le français, alors voyez-vous, quand vous allez en France, vous pouvez parler à n’importe qui. Quand vous connaissez le français, vous pouvez parler à tous les Français. De même, quand vous en venez à réaliser la nature de l’esprit, vous pouvez comprendre toute chose.

" … Ce que réalisa le Bouddha : l’ignorance de notre vraie nature … "

(C’est marigpa. En fait, c’est la deuxième Noble Vérité)

" … Et la source des tourments du samsara "

C’est comme si vous disiez très simplement, bien, " comment pouvons-nous pratiquer d’une façon simple afin d’aller par-delà l’ignorance ? "

" …Et la source de cette ignorance elle-même est la tendance invétérée de notre esprit à la distraction. Mettre fin à cette distraction, c’est mettre fin au samsara lui-même. La solution, comprit le Bouddha, était donc de ramener l’esprit à sa vraie nature par la pratique de la méditation ".

L’attention

Ce qui signifie l’attention. Normalement, quand vous êtes distrait, vous êtes inattentif. C’est pourquoi dans la pratique bouddhiste, la pratique de base la plus simple est l’attention. L’attention. Par exemple, en méditation, quand vous observez la respiration, sachez simplement que vous respirez, ne faites aucun commentaire. Sachez simplement que vous respirez, sans être conscient de vous-même.

Maintenant, vous voyez combien il y a de choses dans chaque phrase de ce livre.

" Le bouddha était assis sur le sol, serein, humble et digne à la fois ; le ciel était au-dessus de lui… "

La méditation commence après l’éveil du Bouddha

Vous voyez, ce que je montre vraiment, c’est que la méditation commence après l’éveil du Bouddha. Ainsi, à chaque fois que nous nous asseyons, nous nous rappelons le Bouddha et son éveil. Quand nous regardons le Bouddha, il est assis sur le sol, sur la terre, ce qui signifie qu’au niveau relatif, nous devons être très profondément en contact avec la terre. Mais aussi, il y a le ciel, l’espace au-dessus et tout autour du Bouddha. Cela signifie que votre Vue devrait être spacieuse. Votre Vue devrait être ainsi ; votre esprit et votre cœur devraient être ainsi, mais, au niveau relatif, vous devez être très pratique, très terre-à-terre. C’est la voie bouddhiste, apprendre à relier l’absolu et le relatif. Vous avez le cœur et l’esprit ouverts mais en même temps, vous êtes très sain, très terre-à-terre.

Les tibétains sont terre-à-terre

Je me souviens d’un groupe New Age hollandais qui m’avait dit, il y a quelques années : " Vous les Tibétains, vous avez toutes ces pratiques extraordinaires, toutes ces pratiques incroyables, mais vous êtes si terre-à-terre ". Je pense que c’est ainsi qu’était le Tibet. C’était un pays rude. Parce que quand vous vivez dans le confort, vous pouvez planer un peu. Quand vous devez composer avec les éléments et vivre une vie très simple, vous êtes forcés d’être terre-à-terre ; vous ne pouvez pas planer, vous devez rester les deux pieds par terre.

Et l’humour fait partie du caractère même des Tibétains. Même si un Tibétain ne connaît pas vraiment les enseignements, parfois l’attitude des enseignements est présente dans la vie quotidienne tibétaine. Du moins, elle l’était. Je ne sais pas comment est le Tibet maintenant.

Chez les Tibétains, il y a une dimension très terre-à-terre. Les expériences ne nous font pas facilement planer, nous sommes très équilibrés. Nous ne sommes pas des ballons mais des rocs.

Il est dit qu’il est très utile, quand votre esprit s’égare un peu, de regarder la posture du Bouddha. C’est ce que j’essaye de vous montrer. Ce que le Bouddha indique c’est,

" …Qu’en méditation, nous sommes assis avec une attitude d’esprit ouverte et semblable au ciel, tout en restant présents à nous-mêmes et en étroit contact avec la terre. Le ciel est notre nature absolue, sans entraves ni limites, et le sol notre réalité, notre condition relative, ordinaire. La posture que nous adoptons quand nous méditons signifie que nous relions l’absolu et le relatif, le ciel et la terre, comme les deux ailes d’un oiseau, intégrant le ciel de la nature immortelle de l’esprit et le sol de notre nature mortelle et transitoire ".

Sogyal Rinpoché

Se procurer les livres

Les livres et revues suivantes peuvent être commandés auprès de Zam France :

- L’avenir du bouddhisme (4 essais de Sogyal Rinpoché)

- Dzogchen, l’essence du coeur de la grande perfection (Sa Sainteté le Dalaï-Lama)

- Rigpa, revue internationale

Adresses :

Zam France
1, rue de Soulondre
34700 Lodève
France
Tél. : +33 (0) 467 889 100
Fax : +33(0) 467 884 631
Email : zamfrance.boutique@free.fr

Terres des Bouddhas
14 rue Guisarde, 75006 Paris (M° St Sulpice)
Tél. 01 40 51 00 29, Fax 01 40 51 78 3

Centre Rigpa Paris
6 bis rue Vergniaud 92300 Levallois-Perret
Métro : Louise Michel
Tél : 01.46.39.01.02

Lérab Ling, L’Engayresque,
34650 Roqueredonde
tél : +33 (0)4 67 88 46 00
fax : +33 (0)4 67 88 46 01

http://www.rigpafrance.org

LÉRAB LING
l’Engayresque
34 650 Roqueredonde
Tél : 04 67 88 46 00


http://www.rigpafrance.org





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling