BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

7e Assemblée de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix - DIMMID
La paix entre les religions - Vénérable Parawahera Chandaratana
La transmission de l’éveil - Lama Denys
Deux aspects du sentiment religieux - Alain Bavelier
Réincarnation et résurrection - Denis Gira
Quelques repères pour l’histoire du soufisme - Eric "Younès" Geoffroy
Prière interreligieuse - DIMMID
Autres textes
Faut-il avoir un maître ? réponse de Maître Dôgen - Maître Dogen
« Je m’appelle Dorjé Tseten » ou des hommes descendus du ciel pour me sauver - Sofia Stril-Rever
Cheminer vers l’Éveil : Trouver refuge. - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Vivre le Dhamma - Ajahn Thiradhammo
Les derniers instants de la vie - Association Semdrel
Le bouddhisme, science de l’esprit - Luc Marianni
Rencontrer les messagers divins - Bhikkhu Bodhi
Jean-François Gantois

Dharma et franc-maçonnerie par Jean-François Gantois
Dharma et nourriture par Jean-François Gantois
Foi et compassion dans le bouddhisme par Jean-François Gantois
L’Acacia et le Lotus : francs-maçons et bouddhistes par Jean-François Gantois
L’ignorance est la cause de tout conflit par Jean-François Gantois
La prière dans le bouddhisme par Jean-François Gantois
Les vertus médicinales des feuilles de thé par Jean-François Gantois

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Spiritualité > Interreligieux


Protestants et bouddhistes se sont rencontrés

Depuis dix ans, la Fédération protestante de France et l’Union bouddhiste de France dialoguent. Dimanche 10 décembre, à l’AZI, à Paris, la rencontre était, pour la première fois, publique. Pas une simple réunion, une vraie rencontre.

Par Jean-François Gantois

Une rencontre publique entre protestants et bouddhistes a eu lieu le dimanche 10 décembre à l’AZI (Association Zen internationale), à Paris. Une vraie rencontre et non un simple contact. Les échanges qui se poursuivent depuis dix ans entre les délégations de la Fédération protestante de France et de l’Union bouddhiste de France sont aujourd’hui bien rôdés. Une communication authentique s’est instaurée dans le respect mutuel et le dialogue coeur à coeur, la découverte de la cohérence interne de chacun, au point que ces rencontres sont devenues des occasions de se retrouver entre amis, des amis qui savent se dire sans faux-semblant et trouvent le moyen d’aller plus loin et de découvrir chez l’interlocuteur l’éclairage nouveau qui illumine la compréhension de leur propre pratique.

Comment ne pas être interpellé par ce dialogue lorsque les pasteurs disent que ces rencontres, d’abord énigmatiques pour eux (qu’est-ce qu’une religion sans Dieu ?) les ont amenés à estimer qu’ils faisaient trop souvent référence à Dieu, que les juifs se gardaient de nommer et dont la place est prise, chez les bouddhistes, par la réalisation de la bouddhéité, de cette nature ultime sur laquelle aucun mot ne peut être mis, dont toute définition est exclue.

Le public était assez peu nombreux, mais particulièrement intéressé, et composé en partie par des familles bouddho-protestantes. Ainsi les uns et les autres ont-ils pu parler d’expérience.

Parler d’expérience ? Mais lorsqu’une protestante demande ce qu’est la non-dualité bouddhiste, thème difficile entre tous, et qui a été approfondi en petit comité, une réponse valide aurait exigé, pour parler vraiment d’expérience, la réalisation de la bouddhéité... Seule une expérience de méditation, même modeste, permet d’en avoir un aperçu.

Néanmoins, chacun a pu s’exprimer dans une atmosphère de sérénité et d’écoute assez exceptionnelle en nos temps de débats contradictoires et précipités.

Il a été question, longuement, du sentiment de culpabilité, dont la plupart estiment que le bouddhisme est exempt. En tant que névrose, le sentiment de culpabilité est universel. Mais le christianisme l’a certainement cultivé pendant des siècles. Néanmoins, les pasteurs n’ont pas eu de peine à démontrer, textes à l’appui, que ce sentiment de culpabilité n’est pas dans la Bible... Au contraire.

Le dialogue entre Dieu et sa créature ou la non-dualité ? Finalement, si l’on ne peut pas échapper aux mots pour échanger, il est compréhensible que les mots mentent plus ou moins dans la mesure où chacun ne leur donne pas exactement le même sens.

Le public protestant a pu découvrir une tradition spirituelle dont, pour la plupart, il ignorait tout ou presque. Une visite du dojo a complété cette découverte.

Les bouddhistes, pour la plupart, ont une certaine connaissance culturelle du christianisme, sinon du protestantisme dans sa spécificité. En revanche, la découverte, pour eux, a été la lecture protestante de la Bible, dans la liberté et l’ouverture d’esprit, qui anime une inspiration, et amène à une spiritualité bien plus proche de la leur qu’ils ne l’imaginaient. Les uns commencent par la méditation, les autres par une lecture intime de la Bible, mais le dernier mot ne reste-t-il pas au noble silence ?

Pour celui qui découvrait la spiritualité de l’autre, celle-ci ne sera plus jamais vue comme avant, avec avec son lot de préjugés et d’a-priori. Ce dialogue contribue à la paix intérieure de chacun et, au-delà, à celle de l’univers, puisque tout est interdépendant.

Ceux qui souhaitent avoir un aperçu sur ce dialogue bouddho-protestant peuvent acquérir au prix de 5 F la petite plaquette : Bouddhisme et protestantisme en dialogue, soit au siège de l’UBF, BP 240 Etoile, Paris cedex 16, soit à la Fédération protestante de France, 47 rue de Clichy, 75009 Paris.

Décembre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling