"> BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

De l’aggressivité - Paul Diel
Le bouddhisme, le désarmement et la paix - Vénérable Walpola Rahula
Bernie Glassman : Zen et Action sociale - Vénérable Kunzang
Nouvelle économie et "éthique en action" dans le management des hommes - Régis Ribette
Bouddhisme : un nouvel humanisme possible pour l’entreprise - Jean-Pierre Méchin
Principes opératoirs éternels - Khoa Nguyen
Communauté globale et nécessité de la responsabilité universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Autres textes
La vérité ne relève pas de la mémoire ni de la connaissance mais de la compréhension - Vénérable Walpola Rahula
Les douze principes du bouddhisme - Linhson
En Occident, nous n’avons pas le temps parce que nous le perdons - Sogyal Rinpoché
Shiné ou le calme de l’esprit - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
La valeur de l’existence humaine - Jigmé Khyentsé Rinpoché
Savez-vous pourquoi vos parents ont choisi vos prénoms ? - Patrice Cayrou
L’esprit vaste est comme l’océan - Maître Moriyama
Patrick Viveret

Définir la richesse : un choix de société par Patrick Viveret

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Ethique et action


Pour une citoyenneté planétaire qui soit aussi un mouvement pour un réel art de vivre.

Par Patrick Viveret

Patrick Viveret est philosophe, auteur du rapport Reconsidérer la richesse

La plupart des problèmes que les humains croient avoir avec la nature sont en réalité la conséquence de leurs difficultés à vivre leur propre nature.

Le programme des Nations Unis pour le développement (PNUD) a montré, dans ses différents rapports mondiaux, que la plupart des grands maux physiques dont souffrait l’humanité, de la faim au manque d’eau potable, du manque de logement à la lutte contre les principales maladies infectieuses, pouvait être traitée pour des coûts dix fois moins élevés annuellement que ce que nous dépensons, en Occident, pour la seule publicité. C’est dire que la plupart des maux physiques de l’humanité renvoient en réalité à des maux psychiques.

Comme le soulignait déjà Gandhi, il y a suffisamment de ressources sur la planète pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun.

Il est vrai que, si pour reprendre un discours économique et médical dominant, la vie est un combat et la mort un échec, alors nous sommes condamnés à vivre autrui comme une menace et à attendre dans la solitude la fin d’une existence absurde. Il n’est guère étonnant qu’une telle vision génère, principalement en Occident, une angoisse collective qui se paie d’un désir de possession, de consommation ou de destruction destiné à nous étourdir en attendant le naufrage de la vieillesse dont la déroute est alors préparée significativement par ce que nous appelons la retraite !

Oui, c’est bien la peur, l’égoïsme, la dureté des cœurs, et l’aveuglement, et non la rareté des ressources matérielles et monétaires, qui sont à l’origine de la plupart des problèmes que nous vivons, qu’ils soient écologiques, politiques, culturels, sanitaires, ou sociaux. La haine d’autrui est liée à la haine de soi. Le mal-être et le mal de vivre, qu’ils soient personnels ou collectifs, sont des facteurs majeurs du désarroi de nos sociétés et de leur incapacité à construire, avec l’ensemble de nos compagnons d’humanité, un véritable développement humain réellement durable.

Pourtant, paradoxalement, cette menace intérieure de l’humanité par rapport à elle-même n’est pas considérée comme une question relevant du débat social et politique.

Toute question sur les enjeux psychiques du développement est renvoyée à l’espace privé, ou semble relever de la seule délibération intime des individus.

Il est temps de lier, sans les opposer, l’exigence d’un mieux être personnel, d’un mieux vivre ensemble collectif, et d’un rapport pacifié à la nature et au cosmos dont nous sommes les héritiers. Il est temps d’inventer les alternatives à toute forme de destruction.

C’est aussi cette perspective d’une véritable écologie humaine et d’une démocratie renouvelée qu’exprime l’émergence actuel d’un mouvement pour une citoyenneté planétaire qui soit aussi un mouvement pour un réel art de vivre. Ce projet est tout à la fois poétique, écologique, et politique et, pour reprendre la belle expression d’Edgar Morin, il exprime la recherche d’une "politique de civilisation".

La suite de l’aventure humaine dépend désormais de notre aptitude à mieux vivre notre rapport à nous-mêmes et aux autres, tout autant que notre rapport à cet Univers mystérieux qui a pu fabriquer, à travers nous, une vie capable de conscience.

Patrick Viveret

Transversales, Science et Cultures
21 Bd de Grenelle
75005 Paris
Tel : 01 45 78 34 05


http://www.globenet.org/transversales/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling