BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

La prière aide-t-elle à vivre ? - Tareq Oubrou
Une saison en enfer - Eloi Leclerc
Comment apprendre aux enfants à méditer ? - Krishnamurti
Toucher terre : l’approche corporelle dans la relaxation naturelle - Marc Marciszewer
La Vacuité - John Blofeld
Autres textes
La relecture de la vie - Dr Béatrix Paillot
La méditation bouddhique - Charles Genoud
Les Quatre Mantra ou La vraie présence - Thich Nhat Hanh
Le mur de la prison d’en face - Cecile Duflot
Les systèmes d’échanges locaux - Smaïn Laacher
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la Forêt - Michel Henri Dufour
L’art sacré du Sa Che -
Maître Eckhart

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Spiritualité > Pratique


Pensées

Devenir pauvre, être toutes choses, le détachement parfait, des extraits de l’oeuvre de Maitre Eckhart

Par Maître Eckhart

Devenir pauvre

Un homme doit devenir vraiment pauvre et libéré de sa volonté de créature, tel qu’il était à sa naissance. Aussi longtemps que vous désirez accomplir la volonté de Dieu, aussi longtemps que vous aspirez à l’éternité et à Dieu, vous n’êtes pas vraiment pauvre. Seul atteint à la vraie pauvreté spirituelle celui qui ne veut rien, ne sait rien, ne désire rien.

Pas comme un charpentier

Ne crois pas qu’il en aille pour Dieu comme pour un charpentier, qui travaille ou ne travaille pas, selon son caprice, qui achève ou n’achève pas ce qu’il a commencé, selon son bon plaisir. Dieu, lorsqu’il te trouve prêt, est obligé d’agir, de se manifester en toi, comme le soleil ne peut s’empêcher de briller lorsque le ciel est clair et sans nuages... Si le peintre devait prévoir chaque trait de pinceau avant de poser le premier, il ne peindrait pas du tout.

Etre toutes choses

« Aussi longtemps que je suis ceci ou cela, que j’ai ceci ou cela, je ne suis pas toutes choses et je ne les possède pas.

Que ta pureté soit telle que tu ne sois et ne possèdes ni ceci ni cela : alors tu seras partout présent et tu seras toutes choses. »

Le détachement parfait

Le détachement parfait va sans complaisance ni mépris pour les créatures. Il ne se soucie ni d’abaissement ni de supériorité. Son but est la maîtrise de soi-même, il ne connaît ni amour ni haine d’aucune sorte. La seule chose qu’il désire est lui-même. Etre ceci ou cela, c’est vouloir. Celui qui est ceci ou cela est quelqu’un, mais le détachement ne veut rien. Il laisse toutes choses telles qu’elles sont.

MAITRE ECKHART .






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling