BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

La liberté absolue - Suzuki Shunryu Roshi
Discipline - Ajahn Sucitto
L’univers dans un grain de poussière - Thich Nhat Hanh
Les quatre nobles vérités - Michel Henri Dufour
Le mot LHAKSAM signifie « prendre la responsabilité » - Samdhong Rinpoche
Pour un sentiment de responsabilité universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Louanges et critiques - Matthieu Ricard
Autres textes
Quelques repères pour l’histoire du soufisme - Eric "Younès" Geoffroy
La cuisine crudivore - Geneviève Maillant
Le message essentiel du Dalaï-lama pour le monde et les générations futures -
Science et bouddhisme : à la croisée des chemins - Trinh Xuan Thuan
L’enseignement sur la meilleure façon de vivre seul - Thich Nhat Hanh
L’approche de la mort dans le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
Le Dharma en deux mots - Dzongsar Khyentse Rinpoché
Patrul Rinpotché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Patrul Rinpotché et le voleur.

Par Patrul Rinpotché

C’était près du monastère de Dzamthang. Patrul Rinpotché, assis sur un monticule herbeux, et non sur un trône dans un temple, venait d’enseigner en détail. L’Entrée dans la pratique des bodhisattvas à plusieurs milliers de personnes, lorsqu’un des auditeurs voulut lui offrir un lingot d’argent en forme de fer à cheval. Comme à son habitude, Patrul Rinpotché refusa l’offrande, mais l’homme déposa néanmoins le lingot à ses pieds et s’éloigna prestement.

Peu après, Patrul Rinpotché se leva et reprit sa route en laissant sur le tertre tout ce qu’on venait de lui offrir. Un voleur, sachant que le maître avait reçu un lingot d’argent, le suivit dans l’intention de le lui dérober.

Patrul Rinpotché se déplaçait seul, souvent sans destination précise, et passait les nuits à la belle étoile. Ce soir-là, pendant qu’il dormait, le brigand s’approcha furtivement de lui à la faveur de l’obscurité. Près de Patrul Rinpotché se trouvaient un petit sac en tissu et un pot de terre cuite pour faire du thé. N’y trouvant pas ce qu’il cherchait, le voleur se mit à fouiller avec précaution le vêtement du maître, lorsque soudain, réveillé par la main du voleur, celui-ci s’écria :

- Ka-ho ! Que fais-tu à fourrager ainsi dans mes habits ?

L’homme apeuré, répondit tout à trac :

- Quelqu’un vous a offert un lingot d’argent. Il me le faut, donnez-le moi !

- Ka-ho ! s’exclama de nouveau le maître, regarde quelle vie difficile tu mènes à courir à droite et à gauche comme un insensé ! Tu as fait tout ce chemin juste pour un morceau d’argent ? Pauvre de toi ! Maintenant, écoute ! Reviens vite sur tes pas et, à l’aube, tu arriveras devant le talus où j’étais assis. L’argent s’y trouve encore.

Le voleur était sceptique, mais il avait suffisamment fouillé les affaires du maître pour savoir que celui-ci n’était plus en possession du lingot. Il lui paraissait même peu probable que l’offrande convoitée se trouvât à l’endroit indiqué, mais il revint malgré tout sur ses pas. En fouillant autour du tertre, il finit par trouver le morceau d’argent que Patrul avait tout simplement laissé là.

Le brigand, qui n’était plus tout jeune, se lamenta :

- A-dzi ! Ce Patrul est pour sûr un vrai maître libéré de tout attachement. En essayant de le voler, je viens de me créer un très mauvais karma !

Tourmenté par le remords, il retourna sur ses pas à la recherche de Patrul Rinpotché. Lorsqu’il le trouva enfin, celui-ci s’écria :

- Ka-ho ! Te revoilà, toujours à courir par monts et par vaux ! Que veux-tu cette fois-ci ?

Bouleversé, le malfaiteur éclata en sanglots :

- Je ne reviens pas pour vous voler quoi que ce soit. J’ai trouvé le lingot, et je m’en veux d’avoir si mal agi envers un vrai maître spirituel comme vous. Dire que j’étais prêt à vous prendre le peu que vous possédez ! Je vous demande pardon. Bénissez-moi et acceptez-moi comme disciple !

Patrul le rassura :

- Ce n’est pas la peine de te confesser ni de me demander pardon. Dorénavant, pratique la générosité et invoque les Trois Joyaux. Voilà qui suffira.

Quelque temps plus tard, des gens eurent vent de l’histoire et malmenèrent le voleur. Quand Patrul Rinpotché l’apprit, il les réprimanda vertement :

- Si vous faites du mal à cet homme, c’est comme si vous vous en preniez à moi. Laissez-le donc tranquille !

Patrul Rinpotché et le voleur.

(1808-1887)

Patrul Rinpotché - Chemins Spirituels - Tourner son esprit : Renoncer aux causes de la souffrance.
24 octobre 2011, 15:06

Source : Espace Bouddha Bouddhisme Enseignements sur Facebook animé par Stéphane Palden Larouche
https://www.facebook.com/Bouddha.Bouddhisme.Enseignements






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling