BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Enfants du Tibet
Chamdon et Dolma, 17 et 13 ans, contraintes de rentrer au Tibet - Takho
Témoignages tibétains (2) -
Témoignages tibétains -
La vie en prison est pire que la vie d’un animal - Takho
Le Tibet se meurt -
Des parlementaires français pour le Tibet - Groupe d’information sur le Tibet
Entre Tibet et Népal, en hiver le passage de la frontière - Takho
Même rubrique

Participons avec Matthieu Ricard à la création d’une clinique mobile à Bodhgaya - Matthieu Ricard
De coeur à coeur avec Jetsun Pema - Sofia Stril-Rever
L’école des larmes - Takho
Tibet, reconstruire, préserver, partager... - Matthieu Ricard
Danses tibétaines interdites à Katmandou par les Chinois - Sofia Stril-Rever
Aller à Lhassa, oui, mais certainement pas en otage de la Chine - Sofia Stril-Rever
Pourquoi j’ai dû quitter le Tibet à dix ans… - Tsering Dolkar
Autres textes
L’art du Ku Nye -
Réflexions sur les Refuges - Ajahn Sumedho
Vertu et Réalité - Lama Zopa Rinpoché
Le mot LHAKSAM signifie « prendre la responsabilité » - Samdhong Rinpoche
« Je travaille pour changer la vie… » - Sofia Stril-Rever
Francisco Varela, passeur entre science et Dharma - Sofia Stril-Rever
Entretien avec soeur Emmanuelle - Annie Jeanneret
Takho

Je suis fière que vous ayez sacrifié votre vie pour notre patrie, le Tibet… par Takho
Merci de tout ce que vous faites pour changer notre maison, la terre par Takho

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Tibet


Paroles de jeunes tibétains

Takho, Tibétaine de 17 ans, correspondante de BuddhaLine à Katmandou, nous envoie ces poèmes de jeunes Tibétains du Village d’enfants de Dharamsala

Par Takho

UNE VOIX CONTRE LA VIOLENCE

par Chipra Tsedor

poème dédié

à Sa Sainteté le Quatorzième Dalaï-Lama du Tibet

qui nous enseigne le prix de la bonté du cœur

et qui contribue en profondeur à la paix dans le monde

{{}}Les droits de l’homme sont universels et indivisibles
La liberté de l’homme aussi est indivisible
S’ils sont déniés à une seule personne au monde,
Ils sont indirectement déniés à tous.
C’est pourquoi, nous ne pouvons rester silencieux
En face du mal ou de la violence
La paix nous encourage
A élever la voix pour faire entendre la vérité
A élever la voix contre l’oppression
Et nous chantons à l’unisson
Afin que la paix règne sur terre

LA SOURCE DU BONHEUR

par Lhakpa Dolma

}La paix signifie qu’on est libéré des fléaux de la guerre, du désordre et de la destruction. Dans le monde d’aujourd’hui, les gens sont de plus en plus obtus. Ils se soucient seulement d’eux-mêmes et de leur intérêt. Pour combattre cette tendance, nous proposons ce plan de paix.

Afin d’en éradiquer la cause, tout d’abord cultivons la paix dans nos esprits. Nous devons nous convaincre que la paix préserve la non-violence. Si des émotions négatives surviennent, nous restons calmes. Si quelqu’un nous insulte ou nous blesse, nous considérons que c’est un enseignement car il nous faut apprendre à ne pas nous venger et à ne pas nous faire des ennemis. Et si nous sommes capables de nous conduire ainsi, nous parviendrons à vivre harmonieusement les uns avec les autres.

Au début, il peut nous paraître difficile de mettre cela en pratique. Mais nous savons que toute tâche, quelle que soit sa nature, est difficile au début. C’est de manière progressive seulement que nous y arriverons, si nous en avons la volonté. Dans chaque communauté, on préfère la non-violence qui permet de vivre dans la paix et la sécurité. Les gens devraient être capables de le comprendre et d’aimer les autres plus qu’eux-mêmes. Ils ne devraient pas être obtus, ni bons à rien.

LA GUERRE EST-ELLE NECESSAIRE ?

}par Dolma

Assurément, cela ne fait pas de doute, la guerre est un mal et avec sa violence, elle apporte tellement de destructions, de morts et de souffrance ! La guerre cause la souffrance des êtres vivants, mais l’homme n’a pas encore appris à vivre en paix. L’homme est une créature dynamique qui a toujours voulu s’engager dans des drames, des entreprises dangereuses et destructrices.

Bien que la guerre soit un fléau qui apporte la destruction, si nous considérons l’histoire du monde, nous voyons qu’il n’y a pas un seul pays qui n’ait connu la guerre. La guerre est inséparable de cette créature dynamique qu’est l’homme et c’est pourquoi dans le monde d’aujourd’hui, la guerre, dans quelque pays qu’elle se produise, nous concerne tous. C’est ainsi que la guerre entre l’Inde et le Pakistan sur la question du Cachemire inquiète tout le monde. Des nations très puissantes ont tenté d’y mettre fin. Cependant cet être qu’on appelle l’homme, comprenant les effets nocifs de la guerre, n’est pas capable d’y renoncer et aucune période de l’histoire n’a été épargnée par la guerre. C’est comme si les idées de non- violence et de fraternité devaient rester éternellement théoriques et jusqu’à présent la guerre ne s’est jamais éteinte.

QUELLE CHANCE NOUS AVONS !

Par Tsetan Namgyal

Quelle chance nous avons dans notre vie de recevoir une si bonne nouvelle,

La nouvelle du rallye pour la paix !

Cette nouvelle nous a rendus heureux,

Le tout premier rallye pour la paix du TCV nous a rassemblés.

Quelle chance nous avons

De recevoir des enseignements sur la paix et la responsabilité universelle

Non des livres, mais de notre Bouddha vivant !

Quelle chance nous avons de montrer ce que nous savons faire,

En définissant les perspectives et les projets

Du premier rallye pour la paix dans une Asie instable !

Et quelle chance nous avons d’accueillir de nouvelles personnes,

Dans la grâce de la présence de Sa Sainteté,

Qui représente un espoir pour la paix du monde,

Aujourd’hui et pour l’éternité.

DES PETITES CHOSES QUI COMPTENT

par Tenzin Yangchen

Pour que la paix règne sur terre, les pactes et les traités ne sont pas suffisants. Ils ne feront pas naître la paix parmi nous. Pour y arriver, il faut nous efforcer de comprendre la nature de la violence, comprendre que la violence est cause de conflits entre nous. La violence n’est pas seulement physique. La violence prend aussi la forme de la jalousie, la discrimination, la haine etc. Tout cela est présent dans chaque cellule de notre corps, c’est donc notre responsabilité de réduire cette violence au minimum, en faisant la paix dans notre famille de sorte que nous puissions répandre la paix à l’échelle du monde. Afin que la paix revienne dans notre monde, nous devons cultiver la paix dans notre communauté. D’après ma propre expérience, il ne faut jamais, au grand jamais, négliger autrui car cela crée comme une petite étincelle qui risque de provoquer une grande explosion. De plus, négliger les autres entretient en eux un sentiment de discrimination, de colère et de haine qui sont des formes de violence.

N’appelle jamais tes amis par leurs surnoms, appelle-les par leur vrai nom, appelle-les du nom qui leur est doux d’entendre en ce monde. Réfléchis aussi avant de parler parce que les petites choses que tu dis ou que tu fais peuvent causer une réaction en chaîne susceptible de dégénérer en catastrophe. Pour finir, l’avenir est notre responsabilité car nous sommes les graines de demain. Pour que nous fassions fleurir un printemps de paix dans notre monde, partout où nous allons, efforçons-nous de répandre la paix, afin que la paix règne sur la terre, la terre qui est belle !






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling