BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Dalaï Lama

Autres textes
Festival culturel du Tibet (26 sept.) -
Enseignements et pratiques au Prieuré Sōtō Zen de Genève -
Pratique Silencieuse en Ardèche avec Frère Doji (9-13 fév.) -
12ème édition de la Journée du Bouddhisme (21 mai) - Eric
Vivre le féminin de la compassion - Initiation des 21 Taras à Menla Ling avec Phakyab Rinpoché (15-17 nov.) - Eric
Méditation au Travail : Conférence en ligne (VOD) (24 juin - 21 juillet) - Eric
Festival pour la Paix (6 - 8 sept.) - Eric
Soirée solidarité TIBET pour les victimes du tremblement de terre (18 juin) -
Livre "Transformer sa vie par la méditation" de Nathalie Ferron -
Les six perfections, enseignement par Gueshé Dragpa Tsoundou (2 avril) -
Conférence de Matthieu Ricard « La nécessité de l’altruisme » (21 mai) -

IMPRIMER

Paix et lumière, festival au profit de la construction du Temple pour la Paix créé à l’initiative de Lama Gyourmé (26 - 27 juin)

La congrégation Vajradhara Ling, appartenant à l’une des grandes écoles du bouddhisme himalayen, a le projet de construire un Temple pour la
Paix à Aubry le Panthou, village du département de l’Orne, en Basse Normandie.

Lama Gyourmé est à l’initiative de ce projet. Il est né au Bhoutan en 1948. Il a été initié très jeune aux trois enseignements du bouddhisme de cette
région et y reçoit le nom de « Source de bienfaits et de bonheur ». Il arrive en France à l’âge de 25 ans, emmené par son Eminence Kalou Rimpoché
qui est connu pour avoir diffusé les enseignements bouddhiques partout dans le monde avec un grand succès. Il est, depuis, resté en France où il a
réuni autour de lui de nombreux fidèles français et européens : il dirige la congrégation Vajradhara Ling située près de Lisieux et un centre de retraite
« Mahamoudra Ling » dans l’Orne, ainsi que le centre Kagyu Dzong à Paris, qui sont actifs grâce au principe exclusif du bénévolat, don de soi altruiste,
qui montre bien l’esprit qui anime ces lieux.
Le projet est entièrement financé par des donations et par des ventes, notamment lors du festival Paix et Lumière
qui se tient tous les ans depuis 2005 à la Grande Pagode dans le bois de Vincennes en été. Ce temple
s’appellera « Temple pour la paix ». Son architecture est inspirée de celle du premier temple, Samyé, construit
au Tibet au huitième siècle. Il y aura 3 600m2 sur cinq niveaux. Le financement requis est de plusieurs
millions d’euros.

Pourquoi cette construction et pourquoi maintenant ?

Tout d’abord le temple actuel dans l’Orne, inauguré en 1982, est trop petit pour accueillir le nombre actuel de
fidèles et de sympathisants. De plus le bâtiment est une demeure du dix-huitième siècle qui ne correspond pas
à l’architecture des temples bouddhiques, or sur le plan de la quête spirituelle il est très important que le lieu de paix
soit fondé sur des principes répondant au dharma, aux symboles et aux pratiques de méditation.

Aujourd’hui notre monde est plongé dans la souffrance, et ce que les intellectuels et les médias
nomment une double crise : crise sociale et crise écologique. Il y a des peurs multiples partout, et de nouvelles
guerres, alors qu’il y a quelques temps encore, avec la chute du Mur, on aurait pu croire à un avenir de paix
relative. Le monde a besoin
de véritables lieux de Paix où, grâce à des pratiques de méditation et des rituels ancestraux, des hommes et
des femmes de bonne volonté puissent développer une paix intérieure qui tende vers la sagesse et la compassion ,
dans le souhait de l’Eveil pour tous les êtres. Il va sans dire que la situation actuelle du bouddhisme au Tibet
donne à un tel projet une dimension supplémentaire.

Troisième point important : le Temple ne sera pas uniquement ouvert aux bouddhistes de toutes les
écoles. Il accueillera toutes les personnes travaillant avec le souci de la paix dans le monde, à travers des rencontres, des colloques, des expositions,
des spectacles d’arts traditionnels ou contemporains, où même des personnalités, tels que des Prix Nobels de la Paix, pourront être conviées. Ce
Temple a également vocation à être un lieu de rencontre des différentes spiritualités et religions du monde, dans un dialogue et une tolérance qui
supposent des lieux spirituellement bâtis pour être effectifs. C’est à ce sujet que Sa Sainteté le Dalai Lama s’était exprimée en 2002 : « Nous vivons à
une époque où il est particulièrement important d’encourager l’harmonie entre les communautés religieuses du monde ».

Cette année le festival rayonnera grâce aux merveilleux chants de Lama Gyourmé qui enregistre son troisième CD, et grâce au talent et à la bonne
volonté de nombreux autres intervenants, dont Véronique Jannot.




Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling