BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Quel bouddhisme pratiquer ? - Roger Garin-Michaud
Mais où sont donc les Lamas ? - Roger Garin-Michaud
Colère - Roger Garin-Michaud
Constance dans la pratique - Roger Garin-Michaud
Concepts bouddhistes de base - Roger Garin-Michaud
Gay et bouddhiste ? - Roger Garin-Michaud
Déranger le Lama - Roger Garin-Michaud
Autres textes
Devenir bouddhiste - Roger Garin-Michaud
Mais où sont donc les Lamas ? / Lobsang Rampa - Roger Garin-Michaud
Débuter dans le bouddhisme loin des centres - Roger Garin-Michaud
Roger Garin-Michaud

Bookmark and Share
- imprimer

> Archives > FAQ


"Mauvaise intention"

Par Roger Garin-Michaud

J’ai lu que la mauvaise intention est aussi coupable que l’action. Je
comprends bien que les conséquences puissent être différentes (meurtre p.ex)
mais pas toujours (infidélité p.ex). Coupable pour coupable, pourquoi ne pas
franchir le pas ? mes années de lectures bouddiques ne m’avaient pas
préparée à cette vision des choses, bien au contraire.
Merci et encore bravo.

Réponse :

l’important est en fait de développer "la vue juste" c’est à dire de
comprendre que :
- tous les phénomènes sont impermanents
- tous les phénomènes sont vides d’existence propre
- tous les phénomènes sont interdépendants
- le samsara est souffrance
et que par conséquent les intentions tels que l’adultère ou l’envie de
meurtre, si elles sont des intentions suivies d’actions, ne peuvent en aucun
cas nous apporter le bonheur (et en fait ne nous apporterons que son
contraire), et qu’il nous faut donc "purger" notre esprit de toute
motivation/intention basée sur une vision faussée de "la réalité telle
qu’elle est" (tadyatha, ainséité).
Par conséquent être bouddhiste c’est constamment se souvenir que notre
esprit est sous l’emprise de l’ignorance de la nature réelle des phénomènes
et envahi de préconceptions, préjugés dont nous devons nous défaire, que
nous devons "désapprendre" ce que nous avons tenu pour vrai/réel pendant des
milliards de vies....
Par conséquent en développant l’attention constante par la méditation on
nettoyera son courant de consciences de toutes ces négativités basées sur
l’ignorance et atteindront le "nirvana" (cessation de création de visions
fausses/préconceptions/préjugés) qui est le seul vrai bonheur durable.
J’espère ainsi avoir répondu à la question.

Question :

>OK pour ce qui précède. C’est entendu, lu et compris
> depuis longtemps, mais
> par rapport à la phrase, j’ai de la peine à admettre
> que le simple fait d’avoir une mauvaise pensée est
> AUSSI GRAVE que de l’appliquer.

non bien entendu ce n’est pas "aussi grave", d’ailleurs "aussi grave" est
également un jugement de valeur subjectif, donc "hors-bouddhisme".

> Où se trouve l’amélioration si déjà au niveau de la
> pensée l’on est coupable ?

attention le concept de culpabilité et de "péché" ou de "péché originel"
sont des concepts judéo-chrétiens qui n’ont rien à voir avec la pensée
indienne telle qu’on la trouve dans le bouddhisme ou l’hindouisme.
D’autre part "amélioration" est aussi un concept relatif dont il faut
également se délester pour "traverser la rivière"... les enseignements du
Bouddha, autrement appelés "buddhadharma" ont été donnés pour nous permettre
de "sortir" du samsara, pas pour nous conforter dans des illusions et des
conceptions erronées.
Il faut donc "abandonner" tout recherche "d’amélioration" pour arriver au
"nirvana"... Lama Thubten Yéshé (comme tous les autres Lamas") parlait
souvent de "lâcher prise", c’est à dire cesser de nous aggriper, nous
cramponner à tous nos concepts liés à l’égo....

> Le concept chrétien de ne pas succomber à la tentation > n’a alors aucune résonnance dans
> le bouddhisme ? C’est peu gratifiant à ce niveau... V.

encore une fois il ne faut pas chercher à faire de parallèles entre des
"religions monothéistes" et la pensée indienne..... il faut accepter
"l’autre" tel qu’il est (et dans ce cas-là "l’autre" se trouve être une
religion) et non pas tel que nous croyons (ou souhaitons) qu’il est par
rapport à nos filtres judéo-chrétiens occidentaux....
La pensée indienne est bel et bien "autre" et n’a aucun rapport avec nos
conceptions occidentales monothéistes.
Il ne s’agit pas non plus de trouver de "gratification/satisfaction" lorsque
l’on étudie/pratique les enseignements du bouddha....
Encore une fois revenons-en à la base : "samsara est souffrance" et pour
pouvoir s’engager sur le "chemin du milieu" il faut avoir obtenu la
"renonciation" au samsara, tout ce qui fait le train-train quotidien de
notre égo depuis des vies illimitées, on ne peut atteindre le nirvana en
espérant "gratifier" son égo.....
le bouddha a donné ses enseignements pour nous permettre d’abandonner toutes
illusions, y compris celle d’espérer trouver une
"gratification/récompense/plaisir" pour notre petit égo en pratiquant ces
enseignements.

J’espère que ceci aura clarifié un peu ce qu’est le "buddhadharma", à votre
disposition pour plus d’explications si nécessaire,

roger1@ifrance.com

All experts Buddhists
http://www.allexperts.com/getExpert.asp?Category=948

Les ressources sur le bouddhisme et l’hindouisme


http://www.cyberdistributeur.com





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling