BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Les bienfaits de la méditation - Jon Kabat-Zinn
Combattre le stress avec les élixirs floraux - Alexandre Koehler
La médecine chinoise - Georges Charles
Les principes du Zen pour combattre le sida - Gustav Niebuhr
Le pouvoir guérisseur des huiles essentielles - Alexandre Koehler
L’homéopathie uniciste - Alexandre Koehler
Histoire de la médecine tibétaine - Amchi Lung Tok
Autres textes
La cuisine japonaise traditionnelle -
Méditation guidée sur mettā (bienveillance) - Ajahn Brahmavamso
Le Bouddha, médecin insurpassable - Jean-Pierre Schnetzler
Sarasvati, brillante comme mille soleils -
Le médecin, garant des droits humains fondamentaux - Professeur David Khayat
La cuisine indienne, entre plaisirs gustatifs et bienfaits énergétiques - Geneviève Maillant
L’art de maîtriser une tempête - Thich Nhat Hanh
Alexandre Koehler

Harmoniser les énergies avec l’aïkido par Alexandre Koehler
La fasciathérapie et la méthode Danis Bois par Alexandre Koehler
La gemmothérapie par Alexandre Koehler
La lithothérapie déchélatrice par Alexandre Koehler
La phytothérapie rénovée par Alexandre Koehler
La spasmophilie et ses causes par Alexandre Koehler
Le compagnonnage par Alexandre Koehler

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Art de vivre > Médecines alternatives


Les médecines naturelles contre le stress

Le stress est la seconde nature de l’homme moderne. Celui-ci aurait donc tout intérêt à consommer les vitamines, minéraux et autres compléments nutritionnels que ce stress dépense en quantité.

Par Alexandre Koehler

[]Qu’est-ce que le stress ?

Le stress, en soi, n’a rien de mauvais. Il n’est que la réponse de l’organisme aux sollicitations perçues. C’est un mécanisme d’adaptation tout à fait normal visant, en fait, “ à mettre à la disposition du corps l’énergie nécessaire pour faire face à l’agression ”.

Par contre, lorsque le stress dépasse son objectif et s’emballe, épuisant nos réserves vitales dans des réactions disproportionnées, il devient évidemment pathologique.

En général, le bon stress nous pousse à réagir afin de retrouver un équilibre. Par exemple, le froid stimule le mouvement ; et, en bougeant, on se réchauffe. Hélas, il y a de nombreuses occasions, dans l’existence, où l’on ne peut pas bouger, et où le stress, pour cette raison, devient mauvais. Prenons, à ce sujet, un autre exemple : telle jeune femme subit un harcèlement sexuel de la part de son patron mais, étant trop bien éduquée et ne pouvant se permettre de perdre son emploi, elle n’ose pas se plaindre. Dans ce cas, le stress, ne débouchant sur aucune action concrète susceptible de rétablir l’équilibre, va agir d’une manière destructrice sur le psychisme ou même la santé physique de l’individu.

Ainsi, nous sommes tous quotidiennement confrontés à des problèmes vis à vis desquels notre conditionnement et son cortège d’inhibitions s’avèrent impuissants. Et tout le refoulement émotionnel que ces culs-de-sac existentiels entraînent nous rongent intérieurement, plus sûrement qu’un virus. A la longue, vont alors apparaître et s’accentuer : fatigue nerveuse, nervosité, irritabilité, insomnie, déprime et dépression...

A cela, quelle solution ? Sans doute ce fameux lâcher-prise des philosophies extrême-orientales, ou, tout au moins, la pratique d’une relaxation qui nous permette de relativiser notre conditionnement, à défaut de nous en libérer.

Cela dit, l’état du terrain physiologique intervient aussi grandement dans notre capacité à gérer le stress. Hélas, le mode d’alimentation actuel, en déséquilibrant ce terrain, et en favorisant de nombreux dysfonctionnements métaboliques, engendre un mal-être généralisé dans lequel tout stress devient très facilement profondément négatif. C’est alors que l’individu entre dans un véritable cercle vicieux puisque, carencé en nutriments vitaux, il est plus vulnérable au stress ; et constamment stressé, son organisme consomme des quantités astronomiques de vitamines et minéraux divers… car le stress - et ce n’est pas là son moindre défaut - est très, très dépensier !

[]Diététique anti-stress

Il est malheureusement fréquent de réagir au stress en usant et abusant de sucre, de chocolat, de tabac, de café, d’alcool, quand ce n’est pas de drogues, légales ou illégales. Cette réaction est certainement plus destructive que constructive, et elle aggrave en fait le problème. Mieux vaut donc réduire, ou supprimer, la consommation de toutes ces drogues, et leur préférer une alimentation globalement riche en vitamines et oligo-éléments, car ce sont seulement de ces derniers dont nous manquons lorsque nous sommes incapables de faire face au stress.

Fruits et légumes frais et crus, et céréales complètes biologiques constitueront donc le meilleur rempart, avec quelques compléments nutritionnels, comme la Dolomie, l’EPA ou Biostrath Aliment, contre ce stress envahissant, de la vie moderne.

[]Phytothérapie

q Stress occasionnel : Tisanes de marjolaine, mélisse, oranger, sauge, valériane...

q Traitement en profondeur, par les extraits de plantes fraîches (en trois phases) :

1/ Drainage (à choisir selon affections) : Extraits de plantes fraîches de :

- Pissenlit ou artichaut : stimulant et draineur hépatique.

- Bouleau : dépuratif et anti-rhumatismal.

- Verge d’or : diurétique et anti-inflammatoire.

- Griffe du diable : draineur hépatique, anti-rhumatismal et anti-inflammatoire.

2/ Calmants (à choisir selon affections) : Extraits de plantes fraîches de :

- Houblon : calmant, sédatif (agitation, anxiété, insomnie).

- Basilic : tonique, tranquillisant (asthénie, insomnie).

- Mélisse : antispasmodique (nervosité, émotivité, dépression)

- Passiflore : sédatif (anxiété, insomnie, palpitations).

3/ Toniques (à choisir selon affections) : Extraits de plantes fraîches de :

- Avoine : système nerveux.

- Eleuthérocoque : systèmes nerveux et hormonal.

- Thym : système nerveux.

- Sauge : systèmes nerveux et hormonal.

q Huiles essentielles de : mandarinier, oranger, lavande, marjolaine, verveine citronnée.

[]Vitamines et minéraux

q Les vitamines

ü La vitamine C est très consommée par le stress. Il conviendra d’en prendre au moins un gramme et demi par jour en périodes difficiles. Cette vitamine favorisant d’autre part le rééquilibre de la production hormonale, une consommation quotidienne de 300 à 500 grammes par jour devrait être maintenue le reste du temps.

ü La vitamine B5 participe, quant à elle, à la production d’adrénaline. Cinquante milligrammes par jour correspondent à la dose nécessaire pour remplir cette fonction primordiale dans la gestion du stress.

ü Les vitamines du groupe B ont une action sur le système nerveux (notamment la B1). Un usage régulier de compléments de ce type, ou de graines germées, de germe de blé et de levure maltée, en assaisonnement culinaire, offrira donc une intelligente alternative aux épices et excitants.

q Les minéraux

ü Le magnésium, tout d’abord, en tant qu’aliment de la cellule nerveuse, réduit les conséquences du stress. On en trouve dans l’amande, le soja en grains, et les céréales complètes biologiques... ou en compléments nutritionnels (300 à 400 mg par jour).

ü Le potassium, dont la carence favorise l’hypoglycémie - un des grands responsables des troubles nerveux – est un élément essentiel dans la gestion du stress. On le trouvera surtout dans des aliments tels que le soja (ou le tamari), les abricots secs, la mélasse noire, les haricots blancs, la pêche et la banane séchée.

ü Le chrome intervient aussi dans le métabolisme des sucres et règle le taux de l’insuline. On le trouve essentiellement dans les céréales complètes, dans la levure alimentaire, et dans le cresson... ou en complément alimentaire (on en prendra alors la valeur de 50 mcg par jour).

ü Le sélénium agit sur les surrénales et active les défenses organiques. Pour cette raison, on peut le compter parmi les meilleurs agents anti-stress. On le trouve dans les céréales complètes, la levure alimentaire, les graines germées, l’oignon, et l’ananas.

ü Le zinc, enfin, est certainement le minéral le plus consommé par le stress. On peut bien sûr le trouver dans les céréales complètes, la levure alimentaire, les graines germées et le germe de blé, mais les carences actuelles et nos besoins réels exigent la plupart du temps une complémentation particulièrement énergique en ce domaine. On l’utilisera alors sous forme de complément nutritionnel.

[]Le sport

Sans qu’il soit ici question de sport de compétition, la pratique sportive, ou tout au moins l’exercice physique, est particulièrement indiqué pour lutter contre le stress. Et ce, à plus d’un titre, puisque non seulement l’exercice stimule la circulation sanguine et la respiration, mais que, d’autre part, le sport redonne le sens du concret, et l’équipe celui du social. Aussi bien chez les enfants que chez les adultes, le sport constitue un excellent moyen de structurer, ou de restructurer, une personnalité.

Les disciplines particulièrement recommandées dans la lutte anti-stress sont : la marche, le footing ou le jogging modéré, le ski de fond et la natation...

[]Auto-massage biodynamique

Il existe évidemment de nombreuses méthodes de massage, toutes plus séduisantes les unes que les autres, et qui opèrent quelquefois de véritables miracles sur l’homme stressé du 20ème siècle. Nous ne retiendrons, comme exemple, que le massage biodynamique de Gerda Boyessen, qui se distingue par une terminologie pratiquement "diététique".

En effet, pour Gerda Boyessen il s’agit d’aider le corps à intégrer, éliminer et digérer l’énergie inconsciente des stress. Elle considère donc que le corps dispose d’une sorte de mécanisme de "neuro-digestion", capable de dissoudre ce matériel nerveux inconscient.

Freud, déjà, affirmait que lorsqu’on réprime des émotions, celles-ci se déposent, s’inscrivent dans le corps, provoquant névroses, psychoses ou maladies psychosomatiques. La métaphore digestive était née. Il ne restait plus, à Gerda Boyessen, qu’à imaginer une thérapie visant à stimuler ce qu’elle appelle le “ psychopéristaltisme ”, c’est à dire à aider l’organisme, par des massages appropriés, à nettoyer l’armure névrotique.

q Exemple d’exercice : après vous être confortablement installé, posez votre main sur les régions de votre corps habituellement les plus tendues. Ces zones constituent autant de clés déclenchant l’ouverture du psychopéristaltisme. Massez lentement en petits cercles, puis accentuez la pression jusqu’à ce qu’une sensation de douceur et de plaisir s’installe dans vos membres.

[]La relaxation

Toutes les méthodes traditionnelles sont parfaitement indiquées en cas de stress, du Yoga au Tai Chi, en passant par le Zazen et la méditation...

Sinon, la relaxation occidentale conviendra également, et plus particulièrement la Sophrologie qui présente l’avantage d’être indiquée dans un très large éventail de cas.

q Exemple de protocole de séance de relaxation rapide : Etendez-vous sur le dos, membres légèrement écartés, en respirant profondément. Contractez tous vos muscles en retenant l’air dans vos poumons, durant environ 15 à 20 secondes. Expirez et relâchez toute tension musculaire. Puis, durant une minute, détendez-vous en vous répétant mentalement : “ je suis calme et détendu ” au rythme de votre respiration normale (à l’expir). Soyez très concentré sur ce que vous faites, et reprenez cet exercice de 3 à 7 fois, selon le temps dont vous disposez.

q Musicothérapie : Excepté si vous vous trouvez dans des états de dépression prononcée ou de grande nervosité, les musiques dites “ de détente ”, ou “ de relaxation ”, peuvent vous être d’une grande utilité.

Etant donné qu’il en existe un très grand choix, et que toutes ne sont pas de très bonne qualité, nous nous permettrons donc de vous conseiller quelques auteurs, comme Stephen Halpern, Paul Horn, Paul Sauvanet, William Aura ou Tony Scott…

[]Quelques conseils psychologiques

John M. Perkins, dans son ouvrage “ Surfez sur votre stress ” (Le Souffle d’Or), prescrit cinq attitudes anti-stress, desquelles chacun peut effectivement s’inspirer librement pour résoudre ses problèmes.

Nous vous livrons ces cinq conseils, dans toute leur simplicité :

1/ Etre celui ou celle que l’on veut être.

2/ Faire la part des choses entre le problème et la solution.

3/ Se concentrer.

4/ Avoir la foi.

5/ Méditer.

Appliqué en technique, cela se décompose comme suit : Trouver une pièce tranquille ; s’installer dans une position confortable ; se détendre (relaxation) ; penser à ce que l’on est ; se concentrer sur son principal problème ; respirer profondément ; se détendre ; et méditer.

Novembre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling