BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Des moines heureux : La vie au nouveau Monastère de Thupten Mindolling en Orissa, Inde - Michèle Béran
Qu’est-ce que « le toucher structuré » ? - Tony Neuman
Massages, onctions et frictions : mode d’emploi - Alexandre Koehler
La peinture thérapie - Jean-Baptiste Loin
Les méfaits du tabac - Sa Sainteté Dudjom Rinpoche
La chronobiologie : notre horloge biologique interne - Marie-Pierre Bécas
Etre touché - Pierre-Michel Trémeau
Autres textes
Les pré-requis de la pratique Ch’an - Hsu Yun
Science et bouddhisme : à la croisée des chemins - Trinh Xuan Thuan
Un fondement universel pour les droits de l’homme - Lama Denys
Les Quatre Nobles Vérités - Vénérable Thich Huyen-Vi
Ni corps ni esprit : voilà la Voie suprême - Houang-po
La Sangha - Thich Nhat Hanh
Les droits découlent des devoirs - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Tony Neuman

Le massage assis, l’art traditionnel japonais d’acupression « amma » par Tony Neuman

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Art de vivre > Bien être


Le toucher, des effets thérapeutiques importants, sans que ce soit son objectif

Chaque fois qu’une personne en touche une autre d’une manière honnête, claire et compassionnée, il en résulte des effets bénéfiques

Par Tony Neuman

Il est important de comprendre que le but du massage assis n’est pas de remplacer le massage sur table. Au contraire, il est le plus souvent utilisé en complément de celui-ci. Personnellement, j’adore le travail que je suis en mesure d’effectuer sur ma table, avec des huiles, durant une heure, en travaillant directement sur la peau. Le massage assis n’est en aucune façon meilleur (ou moins bon) qu’une autre méthode : il est seulement différent. Chaque approche a ses limites, y compris le massage assis. Mais chacune a aussi ses avantages particuliers.

Certains masseurs ne pratiquent que le massage assis ; d’autres divisent leur pratique en deux parties : une partie massage assis et une autre sur table, afin de diversifier leur pratique. Certains couples sont venus assister à mes cours pour apprendre le massage assis dans le seul but de se masser l’un l’autre régulièrement. Ils recherchent seulement des techniques simples qu’ils pourront utiliser pour se donner mutuellement un petit massage après le travail. D’autres encore utilisent le massage assis uniquement comme un outil de marketing ; ils se servent de la chaise pour faire des démonstrations de massages, mais leur objectif principal est de promouvoir le massage sur table - nous aborderons cette question dans le chapitre sur le marketing.

Ainsi, le massage assis a de nombreuses applications différentes et joue des rôles multiples et divers dans la communauté. L’un des rôles, toutefois, que le massage assis ne joue pas, c’est le rôle thérapeutique. Son objectif est de favoriser la détente et le rajeunissement, d’accroître la circulation de l’énergie ; il ne cherche pas à "réparer" des troubles musculo-squelettiques. Si quelqu’un vient me consulter et me dit : "J’ai des maux de tête, votre massage peut-il me soulager ?", je réponds : "Je suis désolé, mais ce massage n’est pas thérapeutique. Je ne peux rien faire pour vos maux de tête, mais je peux vous assurer qu’à la fin du massage, même si vous avez encore mal à la tête, vous vous sentirez mieux". Ainsi, je n’assume pas la responsabilité des maux de tête, de lombalgies, de cervicalgies, etc., de mes clients. Ceci étant dit, il arrive souvent qu’à la fin du massage, des douleurs aient disparu. Dans ce cas, je n’en suis pas responsable. Et si ces maux persistent, je n’en suis pas plus responsable.

Chaque fois qu’une personne en touche une autre d’une manière honnête, claire et compassionnée, il en résulte des effets bénéfiques. Si l’un de vos amis est triste, une main gentiment posée sur son épaule peut l’aider plus que toute autre chose ! Le toucher est rassurant et tendre. Il nous rappelle qu’on n’est pas aussi seul qu’on le pense. Ainsi, lorsque nous proposons un massage assis, même sans avoir de visée thérapeutique, il se peut fort bien que nos efforts aient des effets très thérapeutiques, à de nombreux niveaux. Mais le fait d’être au clair et explicites sur ce que nous pratiquons ou pas dans ce massage de 15 minutes contribue à diminuer la confusion et la méfiance que le massage suscite dans l’esprit du public.

C’est d’ailleurs ce dédain et cette méfiance mêmes qui poussent les praticiens à se présenter eux-mêmes comme des "thérapeutes". Peut-être cherchent-ils à renforcer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes ou leur crédibilité. Ils estiment que s’ils se contentaient simplement d’offrir un toucher, cela ne serait pas suffisant. Il leur faut " réparer" quelque chose pour se sentir efficace. Nous, les masseurs, nous avons l’occasion formidable de créer un type nouveau de pratique professionnelle, qui ne cherche pas nécessairement à imiter le modèle médical, qui ne vise pas à traiter, mais plutôt à prévenir et à favoriser le bien-être.

Ma formation de base est fortement orientée vers la thérapie neuromusculaire. J’éprouve un grand plaisir à pratiquer cette technique et je crois profondément à son potentiel et à son efficacité. J’ai également étudié le massage intégrateur, qui traite les émotions ancrées dans le corps. Ce sont deux approches merveilleuses. Elles ont toutes deux pour but de "changer" quelque chose chez le client : éliminer les points de déclenchement ou bien aider le corps à se débarrasser de quelque traumatisme passé refoulé. Ces techniques occupent une place tout à fait légitime dans ma profession, mais, si j’aime tant le massage assis, c’est parce qu’il semble avoir des effets thérapeutiques importants chez bon nombre de gens, sans que ce soit son objectif. En proposant rnoins, et en donnant plus, on peut contribuer à rétablir la confiance du public envers la profession de masseur.

Un client m’a confié en se lamentant qu’il avait consulté pendant des semaines un thérapeute qui affirmait pratiquer toutes les méthodes suivantes : réflexologie, massage médical, polarité, reiki, shiatsu, massage californien, thérapie neuromusculaire, drainage lymphatique, etc. Sa carte de visite était surchargée de méthodes, aussi ce client se sentait-il rassuré en pensant que son masseur, avec toutes ces techniques, pourrait l’aider à le débarrasser d’une cervicalgie tenace. De nombreuses semaines et de nombreux dollars plus tard, le client est sorti de cette expérience déçu, frustré et en colère, car son thérapeute proposait beaucoup de choses mais, n’avait pas pour autant réussi à le débarrasser de son problème.

Si l’on pouvait accepter le fait qu’un toucher authentique, honnête et de qualité représente déjà un énorme bienfait, alors nous n’aurions plus besoin de nous présenter comme des "thérapeutes" dans le seul but de nous faire accepter par les autres. Nous devons avoir la conviction, bien ancrée en nous, que ce que nous offrons est suffisant, et que nous jouons un rôle important dans la société, en tant que spécialistes du toucher.

Il faut un grand courage pour donner l’exemple, pour ne pas être constamment un suiveur. Beaucoup de gens associent le massage à la rééducation et ne se rendent chez le masseur que lorsqu’ils ont un problème. Aussi, de nombreux masseurs ont-ils tiré des conclusions et se présentent comme des masseurs "dépanneurs" pour répondre à la demande du marché.

Si nous arrivons à faire comprendre aux gens qu’il existe un autre type de massage, qu’il n’est pas nécessaire d’attendre d’avoir mal pour se faire masser, alors nous contribuerons à changer leur vision du massage. Nous devons jouer un rôle d’éducateurs du toucher. Il y a généralement peu d’occasions dans notre société de découvrir le toucher, et surtout un toucher qui ne soit ni sexuel ni violent.

(...)

C’est un toucher qui est fondé sur la formation, l’intention et l’expérience. Il est donc très différent du "toucher spontané". Si vous placez votre main sur l’épaule d’une personne prostrée, il s’agira alors d’un toucher spontané, empreint de compassion. Mais le toucher structuré cherche à obtenir quelque chose de très spécifique : dans le cas du massage assis, son objectif est d’accroître la circulation de l’énergie dans les méridiens, ainsi que de détendre et de réénergétiser une personne en 15 minutes. C’est un toucher qui se fonde sur une formation : anatomie et physiologie, techniques et concentration spécifiques, etc. En outre, il s’agit d’un toucher qui a évolué au fil d’années d’expérience, fondé sur une sensibilité très sophistiquée, et qui s’est adapté à de nombreux types corporels, à de nombreuses personnalités et à de nombreuses conditions.

Le praticien du massage assis peut exercer son travail en public et rendre le massage accessible au plus grand nombre. L’accessibilité engendre l’acceptabilité. Plus une chose est accessible, et plus elle est acceptable. Plus les gens ont accès au toucher structuré, plus ce genre de toucher sera respecté, et moins on s’en méfiera. Non seulement le toucher structuré n’est plus un luxe, mais aujourd’hui, sous la forme du massage assis, il est tout aussi abordable qu’une coupe de cheveux.

Extrait du livre : Le massage assis, l’art traditionnel japonais d’acupression « amma »

Auteur : Tony NEUMAN

http://www.touchline.ch

Avril 2001


http://www.touchline.ch





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling