BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phakyab Rinpoche

Poème
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Conte : Les Démons dans le Désert - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le Moine Joyeux : détaché des richesses et du pouvoir, le bonheur s’accroît - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
De la pure tranquillité - Maître Wanshi Shokaku
Conte Zen : Le fiancé de la princesse - Khoa Nguyen
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Village des Pruniers
Rencontre au Village des Pruniers - Marc Puissant
Le chemin de la Paix : Cultiver la compassion en réponse à la violence - Thich Nhat Hanh
L ’ homme n’est pas notre ennemi - Thich Nhat Hanh
Thich Nhât Hanh -
La paix : un art, une pratique, une approche bouddhiste - Thich Nhat Hanh
Les 14 entraînements de l’Ordre de L’Inter-être - Thich Nhat Hanh
La Sangha - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

La regle d’or : interdépendance et responsabilité - Lama Denys
Foi et compassion dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Une éthique du bonheur et de la bonté - Sofia Stril-Rever
Compassion et responsabilité universelle - Bernie Glassman
Pour l’apprentissage du Pâli et la lecture de l’enseignement du Buddha - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Vesak - Michel Henri Dufour
Les variations biologiques au sein de l’espèce humaine sont minimes - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Autres textes
Reine de Saba : soirée poétique et philosophique - Jean-Pierre Pilorge
Les Tülkous, ou Lamas réincarnés : continuité sans identité - Michel Henri Dufour
Les réseaux de la compassion : services d’assistance médicale et d’accompagnement de la FPMT -
La féminisation de nos cultures - Thierry Verhelst
« Des fruits en son temps » : les espérances du dialogue interreligieux - DIMMID
Sur le dialogue inter-religieux - Asghar Ali Engineer
La peinture thérapie - Jean-Baptiste Loin
Jean-Pierre Maradan

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Le sourire

Une chanson du Village

Par Jean-Pierre Maradan


Je souris à l’étoile qui au ciel encore luit,
Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,
A ce jour qui commence, à l’oiseau qui m’enchante,
je souris au monde et le monde me sourit.

Je souris à l’enfant qui vient sur mon chemin,
Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,
Ceux qui loin dans le monde vivent dans la misère,
Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.

Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,
En voyant de ce monde la profonde douleur,
Je veux sourire encore à travers mes pleurs,
Sourire à la vie, sourire à la mort.

Et quand le jour viendra où il fera très froid,
Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,
Par le courant de la vie qui jamais ne s’arrête,
Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.

La peur alors ne fermera plus le chemin,
Mon coeur - tout grand - s’ouvrira enfin,
Je deviendrai alors le sourire de la terre,
De la fleur de l’oiseau de la pluie et du vent.

Et un jour, peut-être, dans un petit enfant,
Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,
Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,
Je continuerai ce beau chemin.








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling