BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Poème
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
De la pure tranquillité - Maître Wanshi Shokaku
Il n’y a rien à faire pour la recherche du bonheur - Lama Guendune Rinpoché
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
Village des Pruniers
Espace Village des Pruniers - Sanghas du Village des Pruniers
Entretien avec maître Thich Nhât Hanh - Vincent Bardet
Rencontre au Village des Pruniers - Marc Puissant
Attaque contre la terreur - Thich Nhat Hanh
Un nouveau départ - Village des pruniers
Promets moi - Thich Nhat Hanh
L’arrêt, le calme, le repos et la guérison - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Pardon et réconciliation dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Compassion et responsabilité universelle - Bernie Glassman
La vie du Bouddha : entre mythe et réalité - Michel Henri Dufour
Les rendez-vous du Larzac... - Germaine Brocchiero
Conte : Le Paon Dansant - Centre Bouddhique International
La révolution intérieure du bouddhisme - Michel Henri Dufour
A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur - Michel Henri Dufour
Autres textes
Samatha et Vipassana - Lama Seunam Ouangmo
Associations en réseaux : du mythe au laboratoire - Valérie Peugeot
Pardonner ce n’est pas oublier - Rév. Jiken Kakudo
Les sels de Schüssler, une biothérapie parmi les meilleures - Alexandre Koehler
Silence, calme, vastitude - Tenzin Wangyal Rinpoche
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Shushogi - Les bonnes raisons de la pratique et de la réalisation - Maître Dogen
Jean-Pierre Maradan

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Le sourire

Une chanson du Village

Par Jean-Pierre Maradan


Je souris à l’étoile qui au ciel encore luit,
Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,
A ce jour qui commence, à l’oiseau qui m’enchante,
je souris au monde et le monde me sourit.

Je souris à l’enfant qui vient sur mon chemin,
Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,
Ceux qui loin dans le monde vivent dans la misère,
Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.

Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,
En voyant de ce monde la profonde douleur,
Je veux sourire encore à travers mes pleurs,
Sourire à la vie, sourire à la mort.

Et quand le jour viendra où il fera très froid,
Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,
Par le courant de la vie qui jamais ne s’arrête,
Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.

La peur alors ne fermera plus le chemin,
Mon coeur - tout grand - s’ouvrira enfin,
Je deviendrai alors le sourire de la terre,
De la fleur de l’oiseau de la pluie et du vent.

Et un jour, peut-être, dans un petit enfant,
Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,
Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,
Je continuerai ce beau chemin.








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling