BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Poème
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Conte : L’arbre qui se comportait comme un chasseur - Centre Bouddhique International
L’arbre qui se comportait comme un chasseur -
Le Chant d’Illusion - Nyoshül Khen Rinpoche
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Trouver une nouvelle source - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le garçon et les clous : un conte sur l’importance des amis - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Village des Pruniers
Rencontre au Village des Pruniers - Marc Puissant
Embrasser sa colère - Thich Nhat Hanh
Soeur Gina, abbesse au Village des Pruniers - Jean-Pierre et Rachel Cartier
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
Les 14 entraînements de l’Ordre de L’Inter-être - Thich Nhat Hanh
Promets moi - Thich Nhat Hanh
Un nouveau départ - Village des pruniers
Même rubrique

Kinh Tam, la jeune fille qui avait usurpé la robe de moine - Bouddhisme Actualités
La prière dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Conte : Les oiseaux sages et les oiseaux inconscients - Centre Bouddhique International
Les douze principes du bouddhisme -
Le Bouddha et les animaux - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La relation maître et disciple - Roland Rech
Le savoir et la vertu font l’être supérieur - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Autres textes
Pourquoi j’ai dû quitter le Tibet à dix ans… - Tsering Dolkar
Pour un humanisme générique - Jean Chesneaux
Jîvaka Sutta - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Au coeur de la vie spirituelle - Henri Madelin
Zazen sans rien gagner - Rév. Issho Fujita
Le personnalisme est mort, vive la personne - Hubert Hausemer
La Tradition des Moines de la Forêt - Michel Henri Dufour
Jean-Pierre Maradan

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Le sourire

Une chanson du Village

Par Jean-Pierre Maradan


Je souris à l’étoile qui au ciel encore luit,
Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,
A ce jour qui commence, à l’oiseau qui m’enchante,
je souris au monde et le monde me sourit.

Je souris à l’enfant qui vient sur mon chemin,
Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,
Ceux qui loin dans le monde vivent dans la misère,
Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.

Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,
En voyant de ce monde la profonde douleur,
Je veux sourire encore à travers mes pleurs,
Sourire à la vie, sourire à la mort.

Et quand le jour viendra où il fera très froid,
Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,
Par le courant de la vie qui jamais ne s’arrête,
Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.

La peur alors ne fermera plus le chemin,
Mon coeur - tout grand - s’ouvrira enfin,
Je deviendrai alors le sourire de la terre,
De la fleur de l’oiseau de la pluie et du vent.

Et un jour, peut-être, dans un petit enfant,
Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,
Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,
Je continuerai ce beau chemin.








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling