BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phakyab Rinpoche

Poème
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
Conte de sagesse : Mahakapi, le singe roi - Patrice Favaro
De la pure tranquillité - Maître Wanshi Shokaku
Promets moi - Thich Nhat Hanh
Never give up - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Conte Zen : Le fiancé de la princesse - Khoa Nguyen
Village des Pruniers
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
Thich Nhât Hanh -
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Les principes du Zen pour venir combattre le SIDA - Gustav Niebuhr
L’arrêt, le calme, le repos et la guérison - Thich Nhat Hanh
La pratique de la pleine conscience - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Les douze principes du bouddhisme -
Le véritable visage de Bouddha - Michel Henri Dufour
Le Buddha dénonce le mal fait aux animaux lors des sacrifices - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux - Roland Rech
Une histoire de banque d’ovule - Jack Kornfield
La légende de Kouan-Yin déesse de la compassion - Jean-Pierre Chambraud
Les anciens manuscrits indiens du bouddhisme -
Autres textes
Le Chant de l’Éveil - Kodo Sawaki
Sandokaï - Maître Sekito Kisen
Une diététique pour le cerveau - Alexandre Koehler
La Voie de Bouddha - Shunryu Suzuki
Le personnalisme est mort, vive la personne - Hubert Hausemer
Aller à Lhassa, oui, mais certainement pas en otage de la Chine - Sofia Stril-Rever
Cultiver la compassion - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Jean-Pierre Maradan

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Le sourire

Une chanson du Village

Par Jean-Pierre Maradan


Je souris à l’étoile qui au ciel encore luit,
Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,
A ce jour qui commence, à l’oiseau qui m’enchante,
je souris au monde et le monde me sourit.

Je souris à l’enfant qui vient sur mon chemin,
Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,
Ceux qui loin dans le monde vivent dans la misère,
Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.

Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,
En voyant de ce monde la profonde douleur,
Je veux sourire encore à travers mes pleurs,
Sourire à la vie, sourire à la mort.

Et quand le jour viendra où il fera très froid,
Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,
Par le courant de la vie qui jamais ne s’arrête,
Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.

La peur alors ne fermera plus le chemin,
Mon coeur - tout grand - s’ouvrira enfin,
Je deviendrai alors le sourire de la terre,
De la fleur de l’oiseau de la pluie et du vent.

Et un jour, peut-être, dans un petit enfant,
Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,
Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,
Je continuerai ce beau chemin.








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling