BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Tibet Libre -
Visions du futur, une histoire des peurs et des espoirs de l’humanité - Sofia Stril-Rever
Danses sacrées du Tibet : Le Tcham - Via Découvertes
Le nouvel an chinois - Jean Nasr
Pratique de la calligraphie chinoise - Jacques Foussadier
Rencontre avec l’Asie au musée Guimet - Sofia Stril-Rever
Exposition Tibet Mandala Arche 2000 - Association Detchene Eusel Ling
Autres textes
Une immense responsabilité : prendre le voeu de bodhisattva - Chogyam Trungpa Rimpoche
Histoires de famille - Patrice Cayrou
Une instruction majeure sur la méditation - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Aller à Lhassa, oui, mais certainement pas en otage de la Chine - Sofia Stril-Rever
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
La mantra thérapie selon le Dr Nida Chenagtsang -
Les Quatre Mantra ou La vraie présence - Thich Nhat Hanh
Rémy Gastambide

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Art de vivre > Art et culture


Le panthéon bouddhique

Une collection de peintures de l’artiste peintre Rémy Gastambide dans laquelle il revisite les figures mythiques du panthéon bouddhique au grand complet.

Par Rémy Gastambide

image 163 x 407
Né le 1er janvier 1969 à Saïgon (Sud Vietnam), Rémy bac Ai a été adopté par un couple franco-suisse, les Gastambide, et élevé à Reims. Après des études supérieures de dessin académique et d’illustration à Paris puis à Londres, Rémy s’est tourné vers la photographie de reportage. Et ceci, en hommage aux images de la guerre du Vitenam qu’il a decouvertes à son adolescence.Au cours de ses "voyages/ retours aux sources" au Vietnam, puis aux USA, depuis 1991, Rémy a poursuivi un essai photographique sur les amérasiens de la guerre du Vietnam (enfants de GI’s US et de mère vietnamienne), à travers lesquels il interroge sa propre identité de métis noir. Son travail a fait l’objet de diverses parutions dans la presse française et internationale, ainsi que plusieurs expositions en France, angleterre, USA, Mali et Allemagne, depuis 1994.Aujourd’hui, Rémy Bac Ai s’oriente à nouveau vers le dessin et la peinture, ses "Premières amours". Choisissant le thème du bouddhisme, il explore les fondements de sa foi en cette "philosophie", livrant les fruits de sa propre expérience dans cette voie religieuse, qu’il a suivi, étant plus jeune, sous la guidance du moine Thich Nhat Hanh.L’artiste signe ses "toiles", ou ses bandes de papier, de son nom vietnamien : Nguyên Bac Ai, inscrivant ainsi son oeuvre de cette identitié qu’il considère comme véritable, "Identité intérieure, passé enfoui".

Rémy Bac Ai revisite les figures mythiques du panthéon bouddhique au grand complet. Il nous offre, à travers la technique picturale de son choix : encre de chine, réhaut de blanc, et papier Kraft, le reflet de sa facination pour les dessins de ses quatre modèles : Egon Schiele (Autriche), Akuin Ekaku (Japon), Giovanni Battista Tiepolo (Italie), Grünwald (Allemagne), privilégiant par là, le dessin avant tout, la "moelle épinière du corps pictural".Bouddhas, Bodhisattvas, Arahats, Gardiens, etc...sont campés sous la forme d’esquisses spontanées plus grandes que nature : 2,80 mètres sur 1 mètre. Quête de l’esprit du dessin de part le trait jeté, quête du bouddhisme de part l’esprit de la tâche, Rémy Bac Ai a réalisé près de 90 oeuvres depuis Juin 1999.Pour lui, ces oeuvres ne sont pourtant que des croquis, les prémisses pour d’autres oeuvres à venir, de plus grand format encore. En fait, Rémy bac Ai nourrie depuis toujours, le désir de décorer une pagode bouddhiste. Il cherche aujourd’hui a collaborer à un chantier consacré à l’édification de tels édifices religieux. "Je conçois, tout comme je vois en cette tâche, la raison même de mon engagement personnel et spirituel d’artiste : C’est le but même de ma vie !". " A Reims, la ville où j’ai grandi, se trouve la Chapelle Foujita, décorée par l’artiste japonais du Montparnasse des années folles, à la fin de sa vie. Cet achèvement représente pour moi, un modèle de vie d’artiste !!".Alors, "Du spirituel dans l’art" pour ce jeune artiste de 32 ans ? Non, seulement le désir d’unir ces deux énergies créatrices, l’art et l’homme, pour former un tout harmonieux, et la réalisation d’un être humain complet.

Retrouvez de nombreuses autres peintures à l’adresse :

http://www.phapviet.com/gastambide


http://www.phapviet.com/gastambide/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling