BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Même rubrique

Qu’est-ce que la réalité ? - Lama Thubten Yeshe
Promets moi - Thich Nhat Hanh
La vie à l’hôpital du Bouddha - Thanissaro Bhikkhu
Ne soyez pas quelque chose - Ajahn Chah
Faire ses courses avec l’attitude juste - Lama Zopa Rinpoché
Le Dharma en deux mots - Dzongsar Khyentse Rinpoché
Des mérites aussi vastes que le ciel - Lama Zopa Rinpoché
Autres textes
Mahâprajnâpâramitâ - Houei Neng
La prière dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
L’économie solidaire - Conversation avec Jacques Archimbaud - La Vie Nouvelle
Mission et rôle des mentors de la responsabilité universelle -
L’établissement de l’attention. Signification, méthode et but - Vénérable Nyanaponika Maha Thera
Une saison en enfer - Eloi Leclerc
La céréale dans tous ses états - Jeanne Dumont
Ajahn Thiradhammo

Lorsque mettā (la bienveillance) ne fonctionne pas par Ajahn Thiradhammo
Pratique de l’amitié bienveillante pour vaincre les émotions négatives par Ajahn Thiradhammo

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Le doute

Par Ajahn Thiradhammo

TRAVAILLER AVEC LES CINQ OBSTACLES

Brahmane, si un pot rempli d’une eau agitée, trouble et boueuse, était placé dans l’obscurité, et qu’un homme doté d’une bonne vue essayait de voir son reflet dedans, il ne se reconnaîtrait pas et ne se verrait pas tel qu’il est vraiment. De même, si l’esprit de quelqu’un est envahi par le doute, submergé par le doute…

Le dernier des Cinq Obstacles est le doute (vicikicchā), également traduit par « perplexité » ou « incertitude ». Le doute est une forme de non-savoir ; il est donc étroitement lié à l’illusion (moha) et à l’ignorance (avijjā) et il s’exprime de différentes manières. Le doute dont il est surtout question dans le Canon pāli est le scepticisme, en particulier ne pas être convaincu de la valeur du Bouddha, du Dhamma, du Sangha et de l’entraînement sur la voie, mais il inclut également d’autres thèmes. Cependant, à l’heure actuelle, surtout avec la prépondérance de la pensée, le doute se manifeste sous différentes formes telles que le doute de soi, la confusion, l’inquiétude et l’indécision mais aussi, d’une certaine manière, sous forme de peur ou d’anxiété. Pour inclure ces autres formes de doute, ce chapitre est plus étendu que ceux consacrés aux autres obstacles. Les lecteurs qui ne seraient pas intéressés par ces aspects particuliers peuvent se limiter à lire le paragraphe intitulé « scepticisme ».

Le doute fait partie des sept prédispositions sous-jacentes (anusaya) que tout le monde possède dès le plus jeune âge (A.IV, 9 ; M.I, 111) ; c’est aussi l’une des dix entraves (sayojana) (A.V, 17). Sa dynamique est l’hésitation et l’incertitude menant à l’indécision et, dans les cas extrêmes, à l’inertie ou à la paralysie mentale. De nombreuses choses peuvent donner lieu au doute ; chacune a ses propres motivations. Si nous leur accordons trop souvent une attention excessive, cela ne fait qu’augmenter et aggraver le doute. Si, par exemple, nous nous demandons ce que nous réserve le futur – sujet de spéculation commun à de nombreuses personnes –, il est facile de voir que ce genre de questionnement peut nous submerger de doute, d’incertitude et de confusion.

Une méditation

Asseyez-vous ou restez debout dans un endroit calme et tranquille.

Portez votre attention sur la respiration pour concentrer et calmer l’esprit.

Quand vous vous sentirez prêt, amenez consciemment à l’esprit la pensée suivante : « Que va-t-il se passer demain ? » Ensuite, au lieu d’essayer de trouver une réponse, voyez si vous pouvez rester avec le sentiment de ne pas savoir, avec l’incertitude, le doute, peut-être même la sensation de confusion, d’inquiétude ou de peur que cette question soulève en vous.

Soyez conscient des ressentis dans le corps. Y a-t-il un endroit précis où les sensations sont particulièrement fortes ? Au niveau du cœur, du ventre, du cou, du visage, des mains ?

Quelle est la principale tonalité de ressenti associée à ces sensations ? Agréable, désagréable, neutre ?

Observez ce qui se passe dans l’esprit. Pouvez-vous être conscient de ce que vous ressentez quand vous ne savez pas ce qui va se passer, quand il y a de la confusion ou autre chose de ce genre ? Ou bien remarquez-vous que l’esprit tente furieusement de combler le vide, de vous distraire de cet état ou qu’il refuse de laisser se manifester cet état de non- savoir ?

Êtes-vous capable d’observer paisiblement tout ce qui se passe dans l’esprit ? Quelle est la tonalité de ressenti associée à cette expérience ?

Ramenez l’attention à la respiration. Comment est-elle en ce moment ? À présent, détendez votre posture et ouvrez les yeux.

Doute sceptique / perplexité

Le doute sceptique, c’est l’incertitude, ne pas bien connaître ou ne pas avoir confiance en certains enseignements ou expériences. Cela peut s’appliquer à des choses précises telles que les enseignements du Bouddha ou des expériences personnelles, ou être de nature moins spécifique, par exemple ne pas être certain ou totalement convaincu de quelque chose, d’un certain contexte ou du sens des choses. À plusieurs endroits, le Canon pāli (A.III, 248 ; M, I.101) mentionne la situation dans laquelle un moine a « de l’incertitude et du doute, n’est pas convaincu ni rassuré » par son enseignant, par le Dhamma, par le Sangha ni par la formation qu’il reçoit. Il est aussi « fâché et mécontent de ses compagnons moines ». Par conséquent, son esprit n’est pas enclin à l’ardeur, à la dévotion, à la persévérance ni à l’effort. C’est ce que l’on appelle « les cinq stérilités mentales ».

Nous pouvons avoir des doutes sur le Bouddha, le Dhamma et le Sangha de diverses manières, en fonction de notre compréhension de ces concepts. Peut-être que, d’un point de vue religieux, nous doutons qu’ils soient vraiment les « trois joyaux » dans lesquels nous pouvons prendre refuge. D’un autre côté, si nous les voyons comme représentant la sagesse, la vérité et la vertu, peut-être que le doute n’interviendra pas. Si nous doutons de tout l’entraînement spirituel, il est bien évident que cela mine notre engagement et l’énergie que nous investissons dans la pratique, ce qui limite notre capacité à faire l’expérience de la vérité des enseignements du Bouddha et à dépasser ainsi le doute. Si nous entretenons des doutes sur certains aspects de l’entraînement, cela peut conduire à une compréhension incomplète, déséquilibrée ou superficielle comme par exemple, apprécier les explications logiques des enseignements mais douter de la valeur de la méditation.

[…]

Confusion

La confusion est une forme de doute assez obscur. Elle peut être spécifique, par exemple lorsque l’on n’est pas clair à propos de certains enseignements ou de certains domaines d’expérience ; ou bien se manifester par une confusion non spécifique, un état d’être général. Elle peut prendre la forme d’un esprit occupé et distrait, d’un esprit « brumeux » ou flou dans sa façon de penser, ou encore se caractériser par un manque de clarté par rapport à ce que l’on fait ou ce que l’on devrait faire.

Inquiétude et indécision

L’inquiétude est un doute persistant sur ce qui aurait pu être, pourrait être ou devrait être, dans un sens négatif (si c’est positif, cela s’appelle fantasmer). Certaines personnes ayant un tempérament craintif, suspicieux ou pessimiste, vont générer de l’inquiétude pour apaiser leurs craintes ou leurs soupçons, contrecarrer d’éventuelles menaces ou se préparer à affronter des problèmes imminents. Malheureusement, cela ne fonctionne jamais vraiment puisque la plupart de ces éventualités résultent généralement d’un excès d’imagination et non de faits réels. Et quand la personne rencontre effectivement des difficultés, son esprit est tellement troublé par l’inquiétude qu’elle n’a pas la capacité mentale de les résoudre efficacement.

L’indécision, l’incapacité à décider d’un plan d’action ou d’une direction à prendre, sont étroitement associées à l’inquiétude. Il est utile et même appréciable d’avoir un certain degré de circonspection plutôt que de s’emballer impulsivement, mais si cela aboutit à une indécision paralysante, c’est aller trop loin.

[…]

CAUSES

Le Canon pāli donne deux causes connexes de doute : manquer suffisamment d’attention (A.I, 4) et accorder fréquemment une attention injustifiée à des choses qui soulèvent le doute (S.V, 103).

Comme mentionné plus haut, le manque d’attention est à l’origine de nombreux problèmes. En ce qui concerne le doute, il est la cause de l’apparition et de l’augmentation de l’illusion (AI, 201) et (du poison) de l’ignorance (MI, 7), l’apparition et l’augmentation de la vision erronée (AI, 31) et l’apparition de diverses spéculations mentales (MI, 8).

[…]

CESSATION

Classiquement, il y a deux manières de venir à bout du doute : en développant une attention « appropriée » (A.I, 5) et en étant clairement conscient de l’apparition des états sains et malsains, des états blâmables et irréprochables, des états inférieurs et supérieurs et des états sombres et lumineux (S.V, 106). La seconde de ces manières est également expliquée comme étant le nutriment nécessaire à l’investigation des phénomènes (dhamma-vicaya), l’un des sept facteurs d’éveil (S.V, 104). Ainsi, le principal moyen de résoudre le doute est d’étudier la nature même du doute et, pour commencer, identifier la forme de doute dont il s’agit.

Développer une attention appropriée est, bien sûr, utile à tout moment. En ce qui concerne le doute, il est bon d’essayer de déplacer l’attention depuis les réactions de doute vers l’observation de la nature même du doute et de ses causes fondamentales. Une attention appropriée aux états sains et malsains, etc., nous oriente directement vers ce qui est particulièrement pertinent pour résoudre le doute. Ressentir du doute, c’est comme être à l’arrêt complet, ne pas savoir dans quelle direction se tourner. Si nous ne sommes pas complètement paralysés ou prisonniers d’un désespoir débilitant, considérer ce qui est sain ou bénéfique peut être un moyen de commencer à sortir de ce dilemme. Même si notre doute n’est pas complètement résolu, faire un pas dans une direction irréprochable peut nous donner une nouvelle perspective.

Source : http://www.dhammadelaforet.org/sommaire/tiradhammo/les_5_obstacles.html



Le Dhamma de la Forêt


http://www.dhammadelaforet.org





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling