BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Sofia Stril-Rever
Dilgo Khyentsé Rinpotché, une montagne immuable - Sofia Stril-Rever
Partager la folie d’amour - Sofia Stril-Rever
L’Initiation de Kalachakra - Sofia Stril-Rever
Tenzin Dhargyal, dit Tendhar, peintre de Kalachakra - Sofia Stril-Rever
De coeur à coeur avec Jetsun Pema - Sofia Stril-Rever
Entretien avec Nicole Lattès, éditeur de Matthieu Ricard - Sofia Stril-Rever
L’innocence face aux oeuvres - Sofia Stril-Rever
Même rubrique

Bouddhisme aux multiples facettes - Daniel Milles
Le bouddhisme et les Européens - Traleg Rinpoché
L’énigme birmane - Marie-Hélène Cardinaud-Steyaert
Le Shingon, bouddhisme tantrique du japon - Thierry Mollandin
La redécouverte de Dogen - Pierre Crépon
Lamrim, quand le Bouddha nous parle de nous - Sofia Stril-Rever
Générer la Divinité - Gyatrul Rinpotché
Autres textes
Face à la douleur - Ajahn Mahā Boowa
La Relation de Maître à Disciple - Thich Tri Sieu
Khandro Rinpotché : "La révolution tranquille des moniales a commencé" - Bouddhisme Actualités
L’obéissance (Rai Hai Tokuzi) - Maître Dogen
Comment faire face à la peur ? - Lama Tsoknyi Rinpoche
Formation au coaching d’entreprise - Benoit Gros
Qu’est-ce que « le toucher structuré » ? - Tony Neuman
Sofia Stril-Rever

"L’autobiographie spirituelle" du Dalaï-lama recueillie par Sofia Stril-Rever ou le bilan de 50 ans d’exil par Sofia Stril-Rever
Aller à Lhassa, oui, mais certainement pas en otage de la Chine par Sofia Stril-Rever
Aniruddha, vingt-deuxième et actuel roi-kalkin de Shambhala par Sofia Stril-Rever
Ce que j’ai appris en recueillant l’Autobiographie spirituelle du Dalaï-lama par Sofia Stril-Rever
Danses tibétaines interdites à Katmandou par les Chinois par Sofia Stril-Rever
De coeur à coeur avec soeur Emmanuelle par Sofia Stril-Rever
Francisco Varela, passeur entre science et Dharma par Sofia Stril-Rever

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Découverte


Le chant des Dakinis

Par Sofia Stril-Rever

Sofia Stril-Rever présente l’album DAKINIS, produit par SometimeStudio, où elle interprète des mantras sacrés, accompagnée des musiciens Hiroko Komiya et Ramuntcho Matta.

Sofia Stril-Rever : Le chant est une communion avec la vie. J’aime chanter au plus près des éléments, dans la nature, en plein air. Chanter me fait entrer dans une dimension où je communique avec la terre, le ciel, les arbres, l’eau, la lumière. Dans la forêt les oiseaux me répondent et le chant devient un passage qui me fait entrer au cœur d’une totalité. Il me ramène à une source où il n’y a plus que naissance et renouveau.

Le CD que j’ai enregistré est dans la continuité d’une aventure nouvelle qui a commencé à partir de 2008 quand, au lieu de chanter dans la nature, j’ai chanté au pied du trône du Dalaï-lama, au Zénith de Nantes. C’était à la demande d’un lama qui avait voulu que, selon la tradition, le Soutra du Cœur de la noble Perfection de la Sagesse soit récité au début des enseignements de Sa Sainteté. Et il s’était adressé à moi car je connaissais par cœur ce texte en sanskrit qui fait partie de mes pratiques. Ce fut une expérience très inspirante.
Principalement parce que Sa Sainteté est dans notre monde l’émanation d’Avalokiteshvara et que dans le Soutra du Cœur, c’est lui qui enseigne au Vénérable Shariputra. Mais aussi parce que pour la première fois je chantais en public. Il y avait environ 10 000 personnes et j’ai eu la surprise qu’un grand nombre me confient à quel point ce chant les avait émus.

Parallèlement j’avais entrepris une formation en mantrathérapie avec le Dr Nida Chenagtsang, lama médecin, et je pratiquais une nouvelle dimension du chant axée sur la guérison. Les sons entrent en effet en résonance avec le système énergétique subtil et certains mantras sont de véritables formules de soin. Ils ont été recueillis par des êtres éveillés et font l’objet d’une transmission. Mipham Rinpoché, par exemple, grand érudit et pratiquant du Tantra de Kalachakra, en a compilé plus de 100 000 au début du 20ème siècle et j’ai pu observer l’effet bienfaisant de ces mantras sur moi-même et autrui.

Chanter est naturel pour moi mais j’ai étudié la métrique et la récitation sanskrites auprès de pandits indiens à l’université tibétaine de Sarnath, en Inde centrale. Ce fut une révélation de chanter en cette langue sacrée qui harmonise les plans divins et humains. Les lettres et les sons de l’alphabet sanskrit représentent la vibration de l’énergie vitale et la forme des lettres reproduit le réseau d’entrelacement des canaux dans le corps subtil.

Ma pratique du chant s’est développée tandis que je traduisais de sanskrit en français le Livre du corps subtil du Tantra de Kalachakra. Je me suis mise à chanter quotidiennement des vers du Tantra appris par cœur et j’ai ainsi expérimenté de quelle manière la voix résonne à partir du corps tout en s’ouvrant et se libérant par l’esprit. C’est donc un texte sacré qui m’a donné accès à cet espace de contemplation à la fois physique et spirituel, extérieur et intérieur où la voix prend naissance. Le premier lama pour qui j’ai chanté le Tantra de Kalachakra a été Namkhai Norbu en 2003 et il m’a encouragée à poursuivre. En juillet 2011 quand Robert Thurman m’a demandé de donner une conférence lors de l’initiation de Kalachakra transmise à Washington par Sa Sainteté le Dalaï-lama, j’ai chanté le début du Tantra. Quel étonnement d’entendre ensuite tant de personnes me dire qu’elles avaient eu les larmes aux yeux en m’écoutant !

Le Mantra Yoga s’est imposé comme un développement de la contemplation chanté. Ce n’est pas un yoga postural et les mouvements qui l’accompagnent ne sont pas très physiques. Sans requérir d’aptitude ni de souplesse particulières. ils visent à développer la respiration, ouvrir et nettoyer les chakras et les canaux en concentrant l’esprit sur le souffle. C’est la découverte et le recentrement sur le système énergétique subtil qui est l’outil principal du Mantra Yoga. La voix est l’expression de notre dimension d’énergie et le chant ou la récitation de mantras masse les chakras en libérant les blocages du système nerveux subtil et réharmonise corps et esprit.

Dans la pratique du Mantra Yoga, l’esprit se révèle à lui-même dans la dimension de la voix et tout le corps vibre à l’unisson de la conscience. La répétition des mantras donne accès à des plans qui existent en nous de par notre présence au monde. L’incantation opère une mise à nu du mental et c’est alors que la voix « spontanée » de l’esprit s’élève dans l’espace de la grande paix naturelle, vibrant de sagesse, joie, amour.

J’ai choisi de consacrer ce premier album aux Dakinis parce qu’elles m’inspirent. Le féminin est au plus près du corps et de la sagesse car la femme connaît les secrets de la vie. Elle met au monde les enfants qui seront l’humanité de demain, elle est donc responsable du futur. Les Dakinis sont des mères universelles, gardiennes de la Vie. Ce fut une expérience incroyable de chanter par exemple pour Amma, la grande sainte indienne, une Dakini de notre temps. Quelques jours avant de la rencontrer, le mantra de son nom s’était formé dans mon cœur et je le lui ai chanté pendant l’un de ses Darshan. Chaque fois que je chante en public ou dans la nature, je forme le vœu qu’au-delà de toutes les peurs et de toutes les souffrances, le chant des Dakinis donne à tous les êtres la force de renaître à leur réalité profondément aimante et lumineuse.

L’album DAKINIS est produit par sometimeStudio 26 rue Saint-Claude 75003 PARIS. Vous pouvez le commander à l’adresse contact@sometimestudio.org ou en vous rendant sur le site www.sometimestudio.org

Et pour découvrir le MANTRA YOGA écrire à sofia@buddhaline.net


http://www.buddhaline.net





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling