BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Enfants du Tibet
De coeur à coeur avec soeur Emmanuelle - Sofia Stril-Rever
Chamdon et Dolma, 17 et 13 ans, contraintes de rentrer au Tibet - Takho
Stérilisation forcée des femmes tibétaines - Jacques Peret
Le XIè Panchen Lama, le plus jeune prisonnier politique du monde - Association Solidarité Tibet
Violence et discrimination envers les femmes tibétaines - Jacques Peret
Je suis fière que vous ayez sacrifié votre vie pour notre patrie, le Tibet… - Takho
La vie en prison est pire que la vie d’un animal - Takho
Même rubrique

Paroles de jeunes tibétains - Takho
Témoignages tibétains -
Tibet, reconstruire, préserver, partager... - Matthieu Ricard
L’école des larmes - Takho
Participons avec Matthieu Ricard à la création d’une clinique mobile à Bodhgaya - Matthieu Ricard
Témoignages tibétains (2) -
Pourquoi j’ai dû quitter le Tibet à dix ans… - Tsering Dolkar
Autres textes
Prendre Refuge - Bokar Rimpotché
Mourir avec esprit d’Eveil - Lama Zopa Rinpoché
Méditation et pratique formelle - Centre Bouddhique International
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
Le Shingon, bouddhisme tantrique du japon - Thierry Mollandin
La paix : un art, une pratique, une approche bouddhiste - Thich Nhat Hanh
Le conte en prison -

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Tibet


Le Tibet se meurt

Un Français, qui a voulu garder l’anonymat, nous envoie ce témoignage qui accuse. Il rentre d’un voyage dans un Tibet sinisé par la force qui perd son identité, sa culture et son âme. Dans l’indifférence des nations du monde, le Tibet est à l’agonie.

Je rentre du Tibet. C’était mon troisième séjour et sans doute le dernier jusqu’à ce que la situation évolue dans un sens positif.

En 1997, après un voyage au mont Kailash, je considérais que rien ne tuerait l’âme des Tibétains. Cette fois, mon appréciation sera beaucoup plus nuancée. Ce que j’ai pu constater, c’est l’évolution négative du Tibet en trois ans.

D’abord constat est fait que les Chinois sont partout. De la frontière à Zangmu, en passant par Tingri, Sakya, Shigatse ou Gyantse, ils sont partout. A Sakya, lieu culte, ils construisent aussi des bâtisses sans âme, aux couleurs bleu des vitres et blanche des murs en carrelage. C’est abominablement laid. Au monastère de Tashilumpo, nous avons assisté à un festival tibétain sous le regard d’officiers chinois. Nos billets, pris le matin, étaient valables pour l’entrée au spectacle, moyennant dix yuans de plus : le moine à l’entrée refusa nos billets et prétexta que nous devions repayer.


Quand nous lui avons objecté que ce n’était pas vrai, il a sorti le talkie walkie et a contacté la police chinoise, « China police », comme il l’a si bien hurlé. A Lhassa, pendant la visite de certains monastères, des espions étaient là, surveillant faits et gestes. Les caméras sont partout, les officiers aussi. Sur les étals à Lhassa, je n’avais jusqu’alors jamais remarque les services à assiettes à l’effigie de MAO. Désormais ils sont bien mis en évidence. Par ailleurs la chaîne de télévision "tibétain" qui diffuse en chinois........montrait le soir un "reportage dit culturel" sur le Tibet : je

découvris ainsi des parades militaires, face au Potala, et plus grave un reportage tourné dans un village tibétain. Une équipe munie d’un projecteur, écran et vidéo, projetait, devant les tibétains assis, un film (d’endoctrinement) rappelant l’œuvre de MAO : sans doute cette méthode vise t’elle à libérer une fois de plus l’esprit des tibétains spectateurs.......!". Bref, les Chinois occupent la place.

Ce que je constate, c’est la marginalisation du peuple tibétain dans son propre pays. Marginalisation du fait que la majorité de la population est chinoise donc, par déduction, les Tibétains sont minoritaires. Marginalisation du fait que les Chinois ont par exemple demandé aux vendeurs du Barkhor d’aller exercer ailleurs ; les vendeurs se retrouvent à cinq cents mètres du Barkhor. Une amie tibétaine, rencontrée en 1998 et revue à Lhassa sur son étal, m’en a donné l’explication : " Je suis là parce que la police chinoise m’a demandé de me mettre là, Mindou, gyami yakpo mindou !". A terme, c’est sans doute la fermeture de ces commerces.

Marginalisation du fait que les camps se rapprochent des villages et que les gosses tibétains deviennent des mendiants le long de la route. Certes les touristes qui vont au Tibet entretiennent cela aussi.

Marginalisation du fait que plus rien, à Lhassa, ne rappelle l’âme et l’esprit du Tibet d’autrefois. Les monastères sont sans âme, les moines y font du business, les visites n’ont plus qu’un intérêt limité, tant la foule se presse : le Potala, Drepung, Sera, Tashilumpo etc sont des vitrines rapportant des devises aux Chinois qui contrôlent tout.

Marginalisation du fait qu’à titre symbolique les vendeurs de khatas à Lhassa sont exclusivement chinois : j’ai pesté contre des Français qui étaient en train d’acheter des khatas à ces Chinois pour les offrir à des amis en France, à titre de symbole du Tibet. Ils ont finalement écouté mon propos et rendu les khatas.

Marginalisation d’un peuple qui, à très court terme, cessera d’exister car les jeunes générations naissent dans un univers chinois et, bientôt, peut-être dans une décennie ou deux, n’auront plus aucun repère par rapport à leur culture d’origine. Les haines auront disparu et rien du Tibet traditionnel n’existera.

Note d’espoir parmi ces constats navrants, des jeunes sont prêts à parler. J’ai ainsi appris que des festivals avaient été interdits, que les conditions de vie pour les Tibétains sont difficiles, que les Chinois font ce qu’ils veulent et mettent sur table d’écoute toute personne suspectée de ne pas collaborer. Ces personnes qui veulent parler attendent une solution qui ne peut être que politique. Car, selon elles, « L’engouement pour le bouddhisme et pour le folklore qui s’y rattache ne peut pas conduire à une solution viable. »

J’ai vu et ressenti un Tibet aux abois, un Tibet à l’agonie, un Tibet décadent. Une semaine après mon retour, j’ai été malade, sans doute trop de haine contenue, après ce que j’ai vu. Nous sommes plusieurs ici à considérer qu’il est trop tard maintenant pour sauver ce Tibet. Nous sommes plusieurs à considérer que le Dalaï-Lama, en leader charismatique, doit faire quelque chose dont le Tibet serait l’épicentre, quelque chose qui vise le monde entier, la paix dans le monde. Il doit à notre sens se poser en leader comme le firent Gandhi ou Martin Luther King, à la différence que ces derniers cherchaient une solution dans leur pays et que le Dalaï-Lama est en dehors de son pays.

Nous avons organisé un débat autour d’une table, une lettre sera adressée à Sa Sainteté. Les rares, très rares Tibétains présents autour de la table ont objecté que le Dalaï-Lama fait déjà beaucoup et que, dès lors que l’on place les choses sur le plan politique, le Dalaï-Lama n’a plus de poids. Mais sans doute une action unilatérale de sa part, aurait-elle l’effet immédiat de mettre les hommes de bonne conscience en face leur responsabilité. Il est temps d’agir si ce n’est déjà trop tard.

Quant aux jeunes Tibétains en exil par exemple à Katmandou, il serait grand temps qu’ils prennent conscience que l’alcool, les boîtes de nuit et les bars ne seront d’aucun secours pour leur pays qu’ils disent ne pas oublier. Mais quels tristes visages ils offrent au petit matin dans la rue, ivres et titubants ! Je peux bien évidemment, nous pouvons devrais-je dire, apporter les preuves de ces propos. Aussi je pense que le Dalaï-Lama ne pourra pas remettre ces jeunes dans le droit chemin et que ce ne sont pas ces Tibétains-là qui peuvent se battre pour leur pays. Reste la solution unilatérale d’un homme qui doit se poser en leader non seulement d’un peuple mais surtout d’une cause. C’est la conviction de beaucoup d’intellectuels ou de personnes tout simplement concernées par les problèmes du monde. Puissent ces propos servir à transmettre le message !

Depuis quelques temps je côtoie une jeune Tibétaine de vingt-cinq ans, sortie du Tibet en 1992, coupée de sa famille, seule avec sa vie, et son fardeau de non-dits. Le hasard des choses fait que son employeur est chinois et comme elle me l’a confié, « son lieu de travail s’assimile à une prison ; pas le droit de téléphoner, pas le droit de sortir, des heures et des heures de travail chaque jour. »

Lorsque j’étais face au Jowo, en posant en offrande la khata que cette amie m’avait donnée à Katmandou, je pensais en moi-même : « Que vais-je dire à K. à mon retour, sur l’état de son pays ? Dois-je lui dire la vérité ou lui mentir ? » Mentir aurait été la trahir, je lui ai simplement fait écouter mon témoignage. Elle a pleuré, cela suffit en soi-même.

Le Tibet se meurt, j’ai presque envie de dire (à regret bien sûr) qu’il est déjà mort. On ne peut plus s’accommoder de bla-bla-bla, il faut réagir et le premier qui doit le faire c’est Sa Sainteté le Dalaï-Lama. Nous sommes plusieurs à le penser, nous souhaitons communiquer cette opinion à Sa Sainteté en personne.

Je ne reviendrai au Tibet que si les choses bougent ou, éventuellement, pour une reportage avec des journalistes motivés. Il est intéressant de constater que dans mon groupe, sur vingt-neuf personnes, environ un tiers étaient des journalistes anonymes. Sans doute auront-ils à cœur de faire comme moi, de témoigner. C’est un Tibet défiguré, dénaturé, et des Tibétains marginalisés que j’ai vus. En trois ans, la métamorphose est totale. Lhassa compte trois cent mille habitants mais les infrastructures en plein essor prévoient sans doute plus d’un million d’habitants dont 90 % ou plus seront chinois. Il faut admettre que maintenant il est inutile de dire « voyage au Tibet », il faut parler de « voyage en Chine » quand on se rend sur le Toit du monde !

Pour contacter l’auteur, envoyez un email à l’adresse alainpact@hotmail.com





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling