BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Pratique de la méditation
Les neuf étapes de Samatha - Déchoung Rinpotché
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Méditation guidée sur mettā (bienveillance) - Ajahn Brahmavamso
Oserais-je m’éveiller ? - Ajahn Sumedho
Face à la douleur - Ajahn Mahā Boowa
La méditation : fondement d’une autothérapie pour l’occident ? - Luc Marianni
Conseils à un méditant découragé - Ajahn Chah
Même rubrique

Le Moine Joyeux : détaché des richesses et du pouvoir, le bonheur s’accroît - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Une immense responsabilité : prendre le voeu de bodhisattva - Chogyam Trungpa Rimpoche
Neurosciences et méditation - Matthieu Ricard
Entraînement aux Dix Merveilleux Mouvements à la Pleine Conscience - Thich Nhat Hanh
La joie - Bhikkhu Bodhi
Prêt pour la mort ? - Dzogchen Ponlop Rimpoche
Partager ce qu’on ressent ici et maintenant - Suzuki Roshi
Autres textes
Quelle articulation ? - Adels
La compassion et l’individu - Sa Sainteté le Dalaï Lama
L’amour bienveillant et la Compassion - Mingyur Rinpoché
Shushogi - Les bonnes raisons de la pratique et de la réalisation - Maître Dogen
Mondialisation : vers une redécouverte du local ? - Adels
Le sourire du Bouddha - Martin Evans
Moment Propice - Maître Dogen
Lama Zopa Rinpoché

Accueillir la mort avec joie par Lama Zopa Rinpoché
Apprenez à transformer la colère grâce à la compassion par Lama Zopa Rinpoché
Comment être utile aux mourants par Lama Zopa Rinpoché
Découverte du Bouddhisme - Comment Méditer ? par Lama Zopa Rinpoché
Des mérites aussi vastes que le ciel par Lama Zopa Rinpoché
Discours de Lama Zopa Rimpoche le 1er mai 2001 au centre Kalachakra par Lama Zopa Rinpoché
Faire ses courses avec l’attitude juste par Lama Zopa Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Le pouvoir de la pensée positive

Par Lama Zopa Rinpoché

Pour en revenir à ce que je disais auparavant, contemplez les bienfaits indescriptibles qu’il y a à voir de manière positive ceux qui ne vous aime pas, ceux qui se mettent en colère contre vous. Songez à tous les profits que vous pouvez en tirer : tout le bonheur obtenu tout au long du chemin vers l’Éveil et la possibilité d’offrir un bonheur sans limite à tous les êtres sensibles. Plus cela sera clair pour vous, plus il vous sera facile de considérer de manière positive quelqu’un en colère contre vous. De cette façon votre propre colère ne surgit pas, et vous engendrez, au contraire, un esprit heureux, paisible et patient.

Peu importe la force de la colère de l’autre à votre égard, peu importe ses plaintes et ses lamentations, votre esprit habité par la patience ne voit pas cette personne comme un ennemi, comme quelqu’un à éviter, comme quelqu’un à fuir ou comme irritante. Vous voyez plutôt cette personne comme bonne et précieuse. Vous pensez : « Elle est entrain de purifier mon karma négatif ; toute critique à mon encontre m’aide à purifier le karma négatif que j’ai créé en critiquant les autres et en leur faisant du mal. Quelle bonté a cette personne de m’apporter ainsi son aide ».

En tournant ainsi votre esprit vers la patience, d’un coté vous obtenez ce jour même, à la minute, à la seconde même, une paix et un bonheur immédiats et de l’autre, un bienfait à long terme. Tout cela grâce à la bonté de cette personne en colère. En revanche, si vous ne pratiquez pas la patience et interpréter de manière négative, comme une agression dirigée contre vous, tout ce que fait, avec son corps, sa parole, et son esprit, la personne en colère, votre esprit appose non seulement une étiquette négative sur la situation mais de plus y croît ; ce qui déclenchera votre propre colère. Cette colère vous fera voir cette personne furieuse comme quelqu’un de négatif, d’indésirable, quelqu’un que vous voulez ni voir, ni aider, quelqu’un que vous souhaitez offenser et frapper violemment. Quand votre esprit est sous l’emprise de la colère, vous voyez l’autre complètement sous un autre jour, totalement à l’inverse de la manière dont votre patience le perçoit. Votre colère vous en revoie une image repoussante.

Le bonheur et les difficultés dont nous faisons chaque jour l’expérience viennent de notre esprit. Peu importe l’expérience que nous faisons à n’importe quel moment donné, celle-ci dépend de notre façon de penser, de nos concepts et de notre attitude. Notre attitude détermine ce que nous ressentons.

Par exemple, un jour, au Tibet deux moines s’en retournaient à leur monastère après un long voyage. En guise de bienvenue, leur maître leur offrit du thé froid. L’un des disciples pensa : « Comme notre maître est bon, il savait que nous avions chaud et soif, il nous a donc intentionnellement offert du thé froid. » L’autre pensa : « Comme il est mesquin et paresseux, il n’a même pas prix la peine de nous donner du thé chaud. » Ceci l’irrita et le mit en colère, c’est ainsi qu’il se détruisit lui-même. Il n’y avait aucun bienfait à retirer de sa façon de penser, ni pour lui-même, ni pour son maître. Par contre, grâce à sa vision positive de la situation, le premier étudiant rendit son maître heureux, en retira lui-même du bonheur, un esprit en paix, et, puisque le thé lui avait été offert par son maître, il créa beaucoup de mérites par la même occasion. L’action, c’est-à-dire l’offrande de thé, était la même pour les deux. C’est l’interprétation de chacun des étudiants qui a fait la différence. L’un deux l’a vu de manière positive et en fut heureux ; l’autre de manière négative et s’en créa un problème.

J’ai commencé mon intervention en citant le Bouddha Shakyamuni :

Ne commet aucun acte nuisible,
Ne mène à bien que des actions justes,
Discipline ton esprit,
Tel est l’enseignement du Bouddha.

La première ligne fait référence à la cause de la souffrance, la deuxième à la cause du bonheur. Tout le débat sur l’importance et les bienfaits de la patience s’est développé à partir de ces deux lignes. Tout vient de votre esprit, tout dépend de votre façon de penser, de vos concepts d’un moment à l’autre. Apposez-vous une étiquette positive ou négative sur les choses ? La pire des souffrances, celle que l’on appelle l’enfer, vient de votre propre esprit ; le bonheur le plus grand, celui que l’on appelle l’Éveil, vient de votre propre esprit.

C’est pourquoi le bouddha dit que ce n’est qu’en maîtrisant ou en prenant soin de son propre esprit que l’on parvient à éviter pour de bon les pensées négatives, la cause de la souffrance, et à ne conserver qu’un esprit positif dont le résultat n’est alors que du bonheur. Observez sans cesse votre esprit. Pratiquez l’attention. Surveillez votre esprit, protégez-le des pensées qui le perturbent et éliminez vos émotions perturbatrices. Comment y arriver ? En accomplissant les cinq chemins (voir les autres articles de Lama Zopa). Et dans le cas du Mahayana, en réalisant la bodhicitta et en développant la sagesse qui réalise la vacuité, vous pouvez complètement éliminer les deux types de perturbations mentales et atteindre l’Éveil suprême.

Aussi, discipliner son esprit est l’enseignement du Bouddha. C’est la clé. Votre propre esprit est la porte du bonheur ; votre esprit est la porte de la souffrance. Tout dépend de l’usage que vous en faites. C’est comme la télécommande qui contrôle les différentes chaînes de votre téléviseur. Appuyez sur tel bouton, le son augmente, appuyer sur tel autre, il diminue. Votre manière de penser détermine votre bonheur ou votre souffrance.

Texte tiré de Vertu et Réalité,

De Lama Zopa.

https://www.facebook.com/notes/bouddha-bouddhisme-enseignements/14-lama-zopa-le-pouvoir-de-la-pens%C3%A9e-positive/10150105332238305

Fondation pour la Préservation de la Tradition Mahayana (FPMT)
Institut Vajra Yogini - http://www.institutvajrayogini.fr/
Kalachakra Centre - http://www.centre-kalachakra.com
Nalanda Monastery - http://www.nalanda-monastery.eu
Thakpa Kachoe Retreat Land - http://www.thakpakachoe.com


http://www.fpmt.org





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling