BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Moines/nones
La pratique d’un moine - Michel Henri Dufour
Le bouddhisme à l’épreuve de la vie - Sofia Stril-Rever
La communauté monastique - Michel Henri Dufour
Nonnes zen japonaises au XXe siècle - Jade Reidy
Le moine Théravada : vers la perfection du don - Michel Henri Dufour
La fondation de l’ordre des nonnes - Bouddhisme Actualités
Soeur Gina, abbesse au Village des Pruniers - Jean-Pierre et Rachel Cartier
Mort / Renaissance
Harmoniser la pratique de sa vie avec les cinq pouvoirs - Guéshé Rabten
L’Initiation de Kalachakra (2° partie) - Sofia Stril-Rever
Les Tülkous, ou Lamas réincarnés : continuité sans identité - Michel Henri Dufour
Zenki : Zen Attitude - Maître Dogen
Vivre, se préparer à mourir - Dr Balfour Mount
La Mort selon les bouddhistes - Tich Thien Châu
L’approche de la mort dans le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
Même rubrique

La fulgurante épopée des Karmapas : entretien avec Francesca Yvonne Caroutch - Fabrice Midal
Etre disciple, rencontre avec Matthieu Ricard - Matthieu Ricard
Les yeux de la compassion doivent être capables de voir loin - Jetsun Pema
Bouddhisme et engagement politique - Lama Thubten Yeshe
Guérir par la méditation, entretien avec Tulkou Thondoup Rinpotché - Jean-Claude Cartier
Entretien avec Nicole Lattès, éditeur de Matthieu Ricard - Sofia Stril-Rever
Travaillé au corps sur le chemin de la profondeur - Père Benoit Billot
Autres textes
Méditation et retraite - Lama Denys
Les trois entraînements - Rév. Thich Tri Lai
Samatha et Vipassana - Lama Seunam Ouangmo
La méditation bouddhique, une voie vers la libération de l’esprit - Dr Trinh Dinh Hy
Peu à peu, une nouvelle coopération apparaît - Gilles Strawczynski
Les quatre Mantras ou la vraie présence - Thich Nhat Hanh
Affaiblir les perturbations - Khènsour Jampa Tègchok Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Entretiens


Lama Osel interviewé au Monastère de Séra

Lama Osel est le tulku de Lama Tubten Yeshe, l’enfant espagnol retrouvé par Lama Zopa Rinpoche

UN FONDS pour LAMA OSEL (F.L.O.)

Qui est Lama Osel ?

Lama Osel a été reconnu comme la réincarnation de Lama Thoubten Yeshé (1935-1984) qui fût l’un des premiers maîtres tibétains à avoir enseigné directement en anglais.

Lama Yeshé dédia sa vie à transmettre l’essence du bouddhisme avec un charisme et une énergie incomparables. Il créa la Fondation pour la Préservation de la Tradition du Mahayana (FPMT) qui compte à présent plus d’une centaine de centres et activités apparentées dans 21 pays du monde.

Osel Hissa Torres est né le 16 février 1985 de parents espagnols, disciples de Lama, à proximité du centre d’Osel Ling dont ils étaient les co-fondateurs. Il n’avait que 14 mois lorsqu’il fût reconnu par S.S. le Dalai Lama, comme la réincarnation de Lama .

Lama Osel vit depuis plusieurs années déjà, dans sa maison personnelle, au monastère de Séra, dans le Sud de l’Inde, en compagnie de son père Paco et de son frère Kunkyen, également moine.

Son éducation combine la formation bouddhique tibétaine qui sied à un toulkou avec une formation occidentale. Il a pour enseignants un gueshé tibétain érudit et un enseignant australien qualifié.

POUR APPRENDRE A MIEUX LE CONNAITRE,

Voici un extrait d’un entretien donné au magazine Mandala par Lama Osel à la veille de ses 15 ans.

M : Qu’aimez-vous dans les retraites ?

L : Mon esprit est très paisible quand je fais une retraite. Je n’étudie pas quand je suis en retraite et cela contraste agréablement avec les études.

M : Pensez-vous que vos études développent votre habilité à méditer ?

L : Présentement, je ne sais pas encore très bien méditer sur tout, mais dans le futur, je crois que cela m’aidera. Au départ, quand vous lisez les textes, vous savez sur quoi méditer parce que le texte le dit. Mais pour le moment, je ne comprends pas très bien, alors je me contente de lire et de réciter. Je ne sais pas quoi visualiser.

Lorsque j’ai accompli la retraite de Tara blanche avec mon enseignant, celui-ci m’a expliqué sur quoi méditer, alors cette fois là, oui, je méditais.

M : Etes-vous heureux de faire ce que vous faites au monastère ?

L : Je suis très heureux ici. Je n’imagine pas que ce puisse être mieux. C’est pour moi le meilleur endroit au monde pour étudier le bouddhisme et tout a été fait pour me faciliter les études. Comment dire ? C’est une renaissance tellement fortunée ! J’aurais eu beaucoup de remords si j’ étais resté en Espagne.

M : Est-ce que vous passez du temps avec d’autres moines ?

L : Non" habituellement, je suis à la maison. Habituellement, je ne sors pas, je reste à l’intérieur jusqu’à ce que j’aille aux poudings.

M : Etes-vous d’accord avec cela ?

L : Oui. Les autres ont le droit de sortir. Seuls, quelques lamas n’en ont pas le droit. Il y a 84 réincarnations ici, mais la plupart d’entre elles n’ont personne à leur service, aussi sont-elles livrées à elles- même. Certaines ont des serviteurs ; la plupart sont jeunes.

M : Que faites-vous de vos vacances ?

L:Je m’assieds et j’utilise mes mains pour jouer à l’ordinateur. Parfois, je joue au ballon" parfois je vais de haut en bas, dans la maison. Maintenant, ce sont les vacances du Nouvel An tibétain" le Losar. Toutes les maisons débordent de musique et l’on joue au billard ( c’est le jeu où l’on frappe les boules avec une canne). Il y a aussi un autre jeu où l’on frappe la balle avec les mains ; c’est très bien. Je crois que j’ai 2 semaines de vacances.

M : Avez-vous apprécié les enseignements à Bodhgaya en décembre ?

L : Oui, complètement. J’apprécie vraiment d’être très proche de Sa Sainteté. Spécialement à la fin" quand S.S.a donné ses conseils aux moines de Kopan" j’ai adoré. Je crois que quelqu’un l’a enregistré.

M :Lors de vos études avec votre enseignant, débattez-vous de vacuité ?

L : La vacuité ne sera abordée que plus tard, après de nombreuses années d’enseignement. Maintenant, il s’agit surtout de nous aiguiser l’esprit, aussi étudions-nous les couleurs. Cela aide à vous rendre l’esprit pointu pour le futur quand vous commencez effectivement. . . Donc, pas de vacuité encore !

M : Quel sujet aimez-vous ?

L:Tout. Je trouve que tout est bien conçu et de plus extrêmement vaste et très bien écrit.

M : Etudiez-vous certaines choses par vous-même ou toute votre éducation est-elle guidée par vos enseignants ?

L : Parfois, lorsque je suis seul, je lis certaines choses... Je lis des livres en anglais et parfois aussi en tibétain comme « Sernkyi Shidhe »( L’esprit paisible), un livre de S.S.. Je ne le comprends pas, je m’y efforce juste mais je ne comprends pas. Cela parle surtout de compassIon.

En ce qui concerne les livres occidentaux, je lis des choses comme « Le Seigneur des Anneaux » mais les livres tibétains, eux, traitent tous de bouddhisme. Lire en anglais me permet d’accélérer ma lecture et d’améliorer ma grammaire. L’orthographe aussi s’améliore si vous êtes capable de bien lire et vous avez plus de vocabulaire à votre disposition pour parler. Tout cela vient de la lecture de livres ! J’ai trouvé que cela m’aide de lire en anglais.

Mais je préfère vraiment de loin le tibétain à l’anglais. En anglais, Je n’ai pas ce « sem chouk » -sem signifie esprit, shouk, fort, passionné - ; je ne l’ai pas en anglais mais en tibétain" je l’ai, cette passion... Mon esprit se passionne pour l’ensemble des études bouddhiques.

M : Puisque vous avez mentionné les mathématiques précédemment, êtes-vous intéressé par l’étude d’autres matières ?

L:J’aime les mathématiques ; je les aime pour la façon dont vous y utilisez votre esprit. C’est aussi un domaine très vaste.

M : Et les sciences ?

L : Je ne les aime pas beaucoup, surtout la physique. Oui, je déteste particulièrement la physique, je n’y comprends rien" c’est très difficile. Je pense que j’étudierai un peu plus la psychologie occidentale dans le futur, juste pour voir de quoi il en retourne.

M : D’après ce que vous avez vu en Occident, y-a-t-il quelque chose que vous ayez appris qui vous semble une bonne formule pour traiter l’attachement ?

L : Cela peut aider de penser à l’impermanence, de penser qu’un jour, vous deviendrez vieux puis que ce sera fini. . . Vous pouvez penser à la mort et vous dire : « Je dois faire de mon mieux dès maintenant ». Vous pouvez aussi imaginer quelqu’un à qui vous êtes attaché comme un être sensible, votre mère. ; cela change la relation.

M : Etes-vous satisfait de la façon dont vous ’loyez le F .P .M. T. se développer ?

L : A certains égards, oui. Toutefois, beaucoup de personnes sont ennemies" enfin pas ennemies mais disons qu’elles manquent d’harmonie ; elles disent : « Les bouddhistes, bla, bla, bla... » mais ensuite : »Cette personne est ceci, cette personne est cela, cette personne n’est pas bien... » ; on trouve beaucoup de problèmes de ce genre. Sinon" je trouve que c’est très bien.

M : Il parait qu’une fois, Lama Zopa Rinpoché a dit que vous commencerez à prendre quelques responsabilité dans l’association quand vous aurez 18 ans.

L : Vraiment ? Je ne le savais pas.

M : Avez-vous l’énergie pour cela ?

L : J’ai l’énergie mais je dois en savoir beaucoup sur la philosophie bouddhique pour cela. Sije donnais des enseignements, je pourrais faire des erreurs. Aussi ai-je besoin de tout étudier pour le moment où je commencerai à donner des enseignements. Tout le reste est très facile -(rires)

je crois. Mais je n’ai pas encore d’expérience. Je pense que c’est très facile ; enfin peut-être pas très facile mais assez, enfin je l’espère

M : Donc, si vous avez un esprit contrôlé grâce aux études et à la méditation, alors tout le reste sera facile ?

L : Non, non. Ce que je veux dire c’est que je pense qu’il est facile d’arriver avec des plans pour construire telle chose et de dire : »Faites ceci, faites cela ». Je pense que c’est facile mais je n’en suis pas sûr. De toutes façons, je verrai quand je commencerai....

Dernières nouvelles de Lama Osel (Mandala –juillet/août 2000)

Premiers débats

« Le 11 mai, j’ ai commencé à débattre. J’en ai été vraiment heureux. J’étais terrifié au départ mais avec du recul, quand j’y repense, je me demande pourquoi j’étais si nerveux. Mes études s’améliorent. J’ai juste rajouté les débats et maintenant je consacre 15 heures par jour aux études, débats et prières ; ceci tous les jours sauf le mardi qui est notre jour de congé. »

Cours d’anglais

« J’ai fini de lire « Le comte de Monte Christo ». J’ai adoré ! Je pense que c’est un des meilleurs livres que j’aie jamais lus. Maintenant, je suis entrain de lire « Vingt Mille Lieues sous les Mers »

Changement au Labrang d’Osel

La construction du premier étage est terminé et je me suis installé dans ma nouvelle chambre. Je l’aime beaucoup. Elle est très calme et paisible. C’est un excellent endroit pour étudier parce que j’y ai très peu de distractions.

Le vénérable Jampa Ludrup, assistant de Lama pour les études d’anglais, rapporte :

« Je suis très heureux de rendre compte que Lama travaille très bien. En ce moment, il déborde d’énergie, de confiance et d’enthousiasme et pratique les débats avec d’autres moines qui viennent du Labrang. Il s’est très bien comporté sur l’aire des débats, allant jusqu’à battre un moine d’une classe supérieure. Il y a été l’objet d’une grande attention ; il avait une foule de 20 ou 30 moines autour de lui ; malgré cela, il n’a pas été trop nerveux. Il y a été extrêmement bien préparé par Gen-la. Il s’y est plu comme un poisson dans l’eau.

En ce qui me concerne, j’avais la plus grande difficulté à trouver quelqu’un qui m’aide à apprendre à débattre or Lama m’a proposé de le faire. J’en ai été très surpris et ravi ; maintenant, il m’enseigne une demi-heure par jour tous les 2 jours. Je pense que cela fait de moi son premier étudiant ! Je me sens très privilégié ; c’est vraiment très gentil de sa part. »

(Veuillez excuser toute faute de traduction, celle-ci a été faite de façon hâtive sans correction extérieure. J’espère que je n’ai pas déformé la pensée des auteurs et que l’essentiel du message passera.

M. Le Dimna)

LA MARQUE D’UN VRAI LAMA

par le Vénérable Roger Kunsang

J’ai le souvenir d’une rencontre avec Lama Osel alors qu’il avait environ 12 ans. Cela se passait dans la chambre de Lama Zopa Rinpoché, dans la maison de Lama, au monastère de Séra-jé, dans le sud de l’Inde. La discussion tournait autour de la discipline de Lama, de son attitude à l’égard des autres, de son éducation. y participaient, outre Lama Zopa Rinpoché, Lama Osel, Paco, son père, Gueshé Tséring Tashi (son serviteur, un moine de Kopan aujourd’hui gueshé Lharampa), Gueshé Thubten Chonyi (l’administrateur de sa maison gueshé Lharampa également et de Kopan au départ ) ainsi que Gueshé Thubten Gyourmé (un autre moine de Kopan, gueshé Lharampa).

Chacun énuméra successivement de façon explicite, tout ce que Lama avait accompli de façon insatisfaisante ou n’avait pas accompli du tout .( Lama Zopa Rinpoché, lui, ne dit rien se contentant d’écouter).

Ils ne retiennent en rien leurs critiques. En réalité, arrivé à un certain point, je commençai à me sentir très mal à l’aise et à penser qu’être critiqué si lourdement est le genre de choses qui peut vraiment abîmer un jeune garçon. Evidemment, personne n’était en colère ni ne criait ; ils étaient simplement francs et directs.

Après quasiment une heure de cette critique détaillée des agissements de Lama, chacun ayant dit ce qu’il avait à dire, le silence retomba dans la pièce.

Tandis qu’il recevait tout ce qui se disait de lui, Lama était resté assis, le regard lointain ; il semblait calme et détendu. Il prit ensuite la parole, disant : » C’est juste mais vous avez oublié la fois où j’ai fait ceci et cela et cette autre fois où j’ai fait telle et telle erreur... ». Non seulement, Lama entreprit de rappeler à ses aînés, les erreurs qu’il avait faites et qu’ils avaient oubliées mais il y rajouta une liste d’autres choses qu’il avait faites et dont ils n’avaient jamais été au courant. Quand je l’entendis parler ainsi, je pensai que c’était là, la marque d’un Lama authentique.

J’ai aussi le souvenir de cette fois où Lama, qui avait alors environ 10 ans, venait de traverser une période très difficile. Je lui demandai s’il l’avait ressentie comme difficile, il me dit : » Oui, très difficile ». Je lui demandai s’il souhaitait en dire un peu plus (pensant qu’il pouvait être bon pour lui que nous en reparlions) mais Lama me répondit : »Non" c’est fini, c’est du passé. Maintenant, je veux faire ce que j’ ai à faire » . J’étais très impressionné. Il avait vraiment lâché prise. Il ne semblait ni agité ni bouleversé. Il en avait vraiment fini avec tout cela et voulait en sortir .

Participer à son éducation, pourquoi ?

Votre soutien financier assurera la maintenance de sa maison à Séra, couvrira les frais de sa double éducation, lui permettra de se déplacer en Inde et de rendre une visite annuelle à sa famille en Espagne. Il permettra aussi de faire des offrandes et des poudjas au nom de Lama et d’aider sa famille en Espagne puisque son père a, jusqu’alors, été en permanence à ses côtés. Les dons individuels sont les seules ressources permettant de couvrir les dépenses précitées.

Votre gentillesse et votre générosité permettront à Lama de poursuivre un cursus scolaire d’une qualité incomparable.

Le F .L.O.(Que vos dons coulent à flots !)

Cette association a été créée récemment pour répondre à un manque, constaté au niveau français. Son unique visée est la récolte de fonds pour subvenir aux frais d’éducation de Lama Osel.

Il a donc été procédé à l’ouverture d’un compte épargne au

Crédit Mutuel St Joseph. 467 route de Saint Joseph 44.100 NANTES

Code banque 15.749

Compte 000.33.5901.16

Clé Rib 80

L’organisation internationale dont le siège est aux USA considère qu ’une participation régulière à long terme est la meilleure solution qui soit.

Si vous optez pour cette solution vous pouvez choisir le virement automatique de banque à banque, virement mensuel ou trimestriel sachant que le virement du FLO vers les USA aura lieu chaque trimestre à compter de janvier.

Vous pouvez aussi, à tous moments, pour des versements réguliers ou exceptionnels, adresser vos chèques ( libellés à l’ordre du F.L.O.) à la présidente qui les versera sur le compte.

Prévenez toujours de vos dons afin que vos noms soient transmis en haut lieu pour les dédicaces.

Quoi qu’il en soit -renseignements complémentaires ou envoi de dons- une seule adresse :

F.L.O. c/o Michelle le Dimna,

9 rue Mathelin Rodier

44.000 NANTES

Tous vos dons, aussi infimes soient-ils, sont les bienvenus. N’oubliez pas d’en dédier les mérites pour le bien de tous les êtres.

Puisse Lama Osel être d’un grand bénéfice pour tous !

Puisse-t-il vivre et enseigner longtemps !

Puisse-t-il rayonner partout !

OCtobre 2000





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling