BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Réalité
La vérité ne relève pas de la mémoire ni de la connaissance mais de la compréhension - Vénérable Walpola Rahula
Hosso - Dharma - La réalité de tous les phénomènes - Maître Dogen
Vertu et Réalité - Lama Zopa Rinpoché
Sandokaï - Maître Sekito Kisen
Pourquoi une double vérité dans le Bouddhisme - Vénérable Dr.T.Dhammaratana
La loi réalisée de l’Univers - Maître Dogen
Nous avons besoin de compassion - Lama Thubten Yeshe
Thich Nhat Hanh
L’univers dans un grain de poussière - Thich Nhat Hanh
Un nouveau départ - Village des pruniers
L’enseignement sur la meilleure façon de vivre seul - Thich Nhat Hanh
Bouddhisme et Christianisme - Thich Nhat Hanh
Thich Nhât Hanh -
Entretien avec maître Thich Nhât Hanh - Vincent Bardet
La Pleine Conscience de la respiration - Thich Nhat Hanh
Village des Pruniers
Espace Village des Pruniers - Sanghas du Village des Pruniers
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
Promets moi - Thich Nhat Hanh
Respire, tu es vivant ... - Thich Nhat Hanh
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
Le bouddhisme "engagé" selon Maître Thich Nhat Hanh - Vincent Bardet
Discours de Berkeley donné par Thich Nhat Hanh , le 13 septembre - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Aryaprajnaparamitahridaya Sutra – Le Soutra du Cœur de la Noble Perfection de la Sagesse -
Méditation guidée sur mettā (bienveillance) - Ajahn Brahmavamso
Chants des Dakinis -
Méditation et retraite - Lama Denys
La Méditation - Christophe Humblot
La pratique d’un moine - Michel Henri Dufour
Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident - Michel Henri Dufour
Autres textes
Le contact des sens, la fontaine de sagesse - Ajahn Chah
A quoi sert la psy ? - Josiane Klasset
Le Manifeste de la Responsabilité universelle, coeur du livre Nouvelle Réalité -
Deux Soeurs, deux voies - DIMMID
Conte : Les Démons dans le Désert - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le Pardon - Matthieu Ricard
La Mort selon les bouddhistes - Tich Thien Châu
Thich Nhat Hanh

Les quatre Mantras ou la vraie présence par Thich Nhat Hanh
A la recherche de l’Ultime par Thich Nhat Hanh
Appelez-moi par mes vrais noms par Thich Nhat Hanh
Attaque contre la terreur par Thich Nhat Hanh
Comment transformer les peurs par Thich Nhat Hanh
Embracing Our Pain in the Aftermath of the Tsunami par Thich Nhat Hanh
Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


La rencontre sereine avec la réalité

La méditation n’est pas une évasion : c’est une rencontre sereine avec la réalité.

Par Thich Nhat Hanh

La rencontre sereine avec la réalité

Assis en Pleine Conscience, le corps et l’esprit peuvent être en paix et complètement détendus, mais cet état paisible et relaxé est fondamentalement différent de la somnolence semi-consciente et paresseuse que l’on connaît en faisant la sieste. Loin d’être de la Pleine Conscience, l’assise dans cet état de demi-sommeil paresseux est comme une assise dans une caverne obscure. Dans la pleine présence d’esprit, on est non seulement reposé et heureux, mais aussi alerte et éveillé.

La méditation n’est pas une évasion : c’est une rencontre sereine avec la réalité. Celui qui pratique la Pleine Conscience ne doit pas être moins attentif qu’un conducteur au volant ; si le pratiquant n’est pas vigilant, il sera vite distrait, négligent, tout comme un conducteur somnolent sera susceptible de causer un accident. Soyez aussi attentifs qu’une personne marchent avec des échasses - tout faux pas est risque de chute.

Aux débutants, je recommande la méthode de la reconnaissance pure : reconnattre sans juger. les sensations, les sentiments, que ce soit de compassion ou de colère doivent être accueillis, reconnus et traités d’une façon absolument égale ; car tous deux sont nous-mêmes. Je suis la mandarine que je mange, je suis la graine de moutarde que je plante. Tout est à traiter avec le même soin. Dans la Pleine Conscience, la compassion, la colère, la graine de moutarde, tout est sacré.

La méthode de l’observation pure et de la reconnaissance peut sembler difficile à pratiquer lorsque nous sommes en proie à la tristesse, à l’anxiété, à la colère, à la passion... Dans ce cas, orientez votre méditation précisément, en utilisant votre propre état d’esprit comme le sujet de votre méditation. Une telle méditation est révélatrice et curative. Sous le regard de la concentration et de la méditation, la tristesse, l’anxiété, la colère ou la passion se découvrent dans leur véritable nature - une révélation amenant naturellement à la guérison et à la libération. Nous devrions traiter notre anxiété, notre douleur, notre haine et notre passion avec douceur et respect, ne pas leur résister, mais vivre en leur compagnie, faire la paix avec elles et pénétrer leur nature par la méditation sur l’interdépendance.

Chacun de nos objets de méditation est semblable à un plat que l’on doit cuire longtemps à feu vif. Il faut le mettre dans une marmite, le couvrir et allumer le feu. La marmite, c’est nous-mêmes ; la chaleur nécessaire à la cuisson, c’est le pouvoir de concentration, et le combustible provient de la pratique continue de la Pleine Conscience. Si la chaleur n’est pas suffisante, la nourriture ne cuira pas mais, une fois cuit, le plat est succulent. Quand le pratiquant arrive à toucher la véritable nature de l’objet de sa méditation - sa colère, ses craintes ou la personne détestée - il est libéré.

Vivre en pleine conscience, c’est vivre le moment présent. Tout simplement ! On n’a pas besoin de s’observer longtemps pour constater que notre présent est presque toujours habité par… le passé et le futur ! On saute du lit le matin en pensant à tout ce qui nous attend dans les prochaines heures et on rentre le soir avec tout ce qu’il y a eu de bon et de moins bon dans la.journée.

La tête pleine de souvenirs et de projets qui se bousculent sans arrêt, comment pouvons-nous alors réellement apprécier, par exemple, la joie de l’enfant débordant de bonheur à nous retrouver ? Nous ne sommes pas là avec lui, à partager sa joie de vivre... nous sommes ailleurs à laisser trotter dans notre tête ce qui ne fait plus ou ne fait pas encore partie du présent.

Comment pouvons-nous réellement voir la tendre beauté d’une fleur si notre esprit vagabonde entre l’hier et le plus tard ? Comment pouvons-nous être fasciné par la radiante beauté d’un coucher de soleil si nous l’observons distraitement en pensant aux plaisirs à venir du souper qui mijote ?

La joie, la paix, le bonheur nous entourent constamment dans les simples petits traits et gestes de tous les jours. Si nous ne sommes pas pleinement là pour les apprécier, comment pourrons nous jouir de leur réalité ?

Nous passons le tiers de notre vie endormis ( 8 heures de sommeil, en moyenne sur 24 ). Combien, des deux tiers restants, vivons-nous pleinement, bien ancrés dans le merveilleux présent, à jouir pleinement de cet indescriptible cadeau qu’est la vie ?

Pas étonnant qu’on entende fréquemment des remarques du genre : "... mes dernières vacances" ou encore "ma jeunesse" et même "ma vie, ça a passé tellement vite ... je n’ai rien vu !"

Vivre le moment présent ... Nous sommes ici et maintenant ... Nous en sommes conscients et le seul moment à vivre est cet instant présent. Unique et merveilleux moment ... C’est le seul moment qui soit réel.

Calme, Sourire, Instant présent, Moment unique.

Thich Nhat Hanh

Le Miracle de la Pleine Conscience, L’espace bleu, 1994

Village des pruniers
Centre Martineau
33580 Dieulivol
Téléphone :05 56 61 84 18


http://www.villagedespruniers.org/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling