BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Pratique de la méditation
Les deux accès à la réalité ultime - Bodhidharma
Le Bouddhisme au quotidien - Gueshe Thupten Tenpa
La posture : une question d’équilibre - Guy Mercier
Conseils à un méditant découragé - Ajahn Chah
Touche : Relaxation - Jean Pelissier
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Les obstacles, un cadeau du Dharma - Dzongsar Jamyang Khyentse
Même rubrique

Faire voeu de n’agir que pour le bien de tous les êtres - Maître Dogen
Promets moi - Thich Nhat Hanh
Immo - Ce qui est - Maître Dogen
Le pélerinage et le voyage de la vie - Lama Karta
Les dix étapes de la Voie du Boddhisattva - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
Qui est votre maitre ? - Kobun Chino Roshi
Une immense responsabilité : prendre le voeu de bodhisattva - Chogyam Trungpa Rimpoche
Autres textes
Se découvrir au travers de l’enseignement du Bouddha - Lama Thubten Yeshe
Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion - Lama Denys
Le vote en prison : un droit presque inexistant - Véronique Berkani
La cuisine crudivore - Geneviève Maillant
Réflexions d’un moine chrétien sur le zazen - P. William Skudlarek
Compassion et pardon - Jack Kornfield
La religion Bön, son fondateur, ses doctrines - Yungdrung Bon
Pema Chödrön

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


La pureté en trois points

Par Pema Chödrön

« Pour commencer, laissez simplement tomber toute attente vous concernant. C’est une instruction simple et bonne sur la façon de méditer. »

Le sujet de la méditation est de dissoudre la fixation sur nous-même, dans le processus de la méditation, et dans n’importe quel résultat que nous puissions en obtenir. A travers la méditation, nus commençons à prendre le pli de vivre avec une attitude sans saisie.

Quand vous vous asseyez pour méditer, vous pouvez intégrer à votre pratique la notion de la pureté en trois points : ne pas être pris dans les idées au sujet de vous-même, ne pas être pris dans les idées au sujet de la pratique, ne pas être pris dans les idées au sujet du résultat de la pratique.

Parfois, vous commencez la méditation avec l’idée « je m’assieds pour méditer ». Ce n’est pas très utile. Toutefois, vous pouvez juste claquer des doigts et Zap ! tout sens du soi a disparu. Vous devez commencer par là où vous en êtes. Avant de vous asseoir, vous pouvez vraiment réfléchir sur le fait que vous n’avez pas à vous raccrocher à une identité solide de vous même en tant que personne non valable ou valable, comme quelqu’un qui ne sait pas méditer, ou comme quelqu’un qui le peut. Vous pouvez pratiquer en éclairant la totalité de la personne que vous amenez à la méditation.

Par exemple, si vous êtes débutant, vous pourriez éprouver une certaine fierté dans le fait d’être un méditant. Vous revenez d’une retraite et vos amis disent : « Où étais-tu ? » et vous répondez : « Oh, j’ai juste médité une dizaine de jours sur l’île de Cape Breton. Nous avons gardé le silence la plupart du temps et nous avons médité des heures entières chaque jour ». Vous avez ce sentiment « Ouh ! Vont-ils être impressionnés... » Peut-être, en d’autres situations, allez vous vous sentir un peu gêné. Si vos parents vous demandent où vous étiez, vous diriez par exemple : « Oh, j’ai juste fait un tour à Cape Breton ».

Pour commencer, laissez juste tomber toute attente vous concernant. C’est une instruction simple et bonne pour apprendre à méditer. Libérez vous de toute sorte d’idée sur ce que vous êtes supposé être, et restez simplement assis. Puis souvenez vous de cette instruction occasionnellement pendant la période de méditation, car vous allez vous raconter pas mal de choses sur le fait que vous soyez bon ou mauvais. Vous allez passer pas mal de temps pendant l’étape centrale en tant qu’étoile de votre propre film. Vous pouvez passer pas mal de temps à planifier, vous désoler, et à essayer de tout améliorer.

Au lieu de vous raccrocher à une identité limitée (de vous même), faites de votre mieux pour vous observer minute après minute. Observez ce qui se passe. Vous allez geler cela en vous fixant dessus, parce que vous avez vraiment une idée de qui vous êtes ; nous avons tous une idée de qui nous sommes. Mais si vous observez simplement au lieu de vous fixer, la méditation elle-même va commencer à mettre sérieusement à mal cette identité. Vous allez commencer à avoir des doutes sur le fait d’exister sur un seul mode ; vous allez voir que "qui vous êtes" et "comment vous êtes" changent. Les cinq première minutes de la méditation, vous êtes déprimé ; le gong sonne et vous êtes content. Pendant la méditation en marchant, vous vous ennuyez ; vous vous asseyez sur votre coussin à nouveau et votre dos vous fait mal. Le gong sonne et vous réalisez que vous avez été faire quelques achats à New York. Le changement va et vient. Observez le sans attente concernant de comment vous êtes sensé être, ou qui vous êtes. restez simplement assis et voyez ce qui se passe.

Ceci est la première qualité de la pureté en trois points. Traditionnellement, elle est désignée comme « non soi ». Ce que cela vise, c’est à lâcher toutes les attentes d’être de façon particulière. La méditation est le véhicule parfait pour voir comment vous changez, changez, changez. Les pensées changent. Les émotions changent. On dit que les méditants avancés peuvent même voir les molécules changer. (personnellement je n’ai jamais fait cette expérience).

La seconde ligne directrice de cette pureté en trois points est : « non méditation ». Ne faites pas de votre méditation un projet ou un événement spécial ; n’entrez pas dans une attitude de grand sérieux et de solennité. Pour cela, n’ayez aucun concept de votre méditation, pas de religiosité. Ne vous accrochez à aucune notion en cela, même pas « Oh, la méditation , cela veut dire être totalement naturel ; vous vous asseyez simplement, détendez votre esprit, et êtes cool. ».

Nous avons des tas d’idées sur ce qu’est une bonne méditation, ce qu’est une mauvaise méditation. La notion ici, est que nous nous asseyons sans attentes en ce qui nous concerne et sans attente sur ce qu’est la pratique. Nous suivons simplement les instructions, sans imaginer que la méditation doit être ceci ou cela. Nous pouvons continuellement lâcher prise sur toutes les vues solides sur le méditant et la méditation, sur tout rattrapage. C’est l’entraînement - laisser aller et observer sans jugement, sans biais. Nous laissons simplement aller.

Ainsi pensez vous : « C’est la méditation. Je suis sensé observer et lâcher prise. mais je ne sais pas observer et je ne sais pas lâcher prise, et ma méditation est de la bouillie pour chat. D’un autre côté, j’ai un petit peu observé, et c’était bien. Si j’ai une chance de le dire à mon enseignante, elle sera contente ». Nous avons une tendance habituelle à solidifier l’expérience, mais souveniez vous de ces instructions : pas d’attentes. C’est ce que cela est. Vous n’avez pas à ajouter quoi que ce soit.

La troisième qualité de la pureté en trois points est : « Pas de résultat ». Lâchez tout espoir de fruit. Pratiquez sans espoir de quelque sorte que ce soit à partir de maintenant. il y a tout ce qu’il y a ; il n’y a pas de plus tard. Etre là est le seul chemin par lequel advient votre transformation. Si vous pratiquez avec espoir et peur, si vous pratiquez pour devenir ce que vous pensez que vous devriez être - même si c’est quelqu’un de plus calme, plus aimant, plus empli de compassion - vous ne faites que vous préparer à une déception. Vous ne pouvez aller d’ici à là. Etre totalement là à chaque moment - c’est le point, de maintenant jusqu’au moment de votre mort.

Après avoir médité, si vous remarquez quelque chose que vous ressentez comme un résultat - par exemple votre esprit semble reposé, ou vous avez le sentiment qu’il est totalement concentré en un point, ou vous ressentez une grande compassion ou bonté - observez simplement et lâchez. Trungpa Rinpoche utilisait souvent le mot « disown » (dis= privatif, own = posséder) Ce n’est pas que les résultats aient quelque chose de mauvais. mais lorsque nous nous accrochons aux résultats, ils ne sont d’aucune utilité. L’un des textes du mahamudra dit : « même les qualités de clarté, non dualité, et les bénédictions sont des obstacles si vous vous y accrochez ».

Donc telle est la pureté en trois points. Elle donne de bonnes directives pour pratiquer la méditation - ou n’importe quelle autre activité, en fait. N’ayez aucune attente sur ce que vous êtes - généreux ou malveillant ou n’importe quoi d’autre - pas d’attente concernant votre activité ou les processus, pas d’attente de fruit. C’est ainsi que nous passons d’un mode de vie conceptuel, nous figeant dans le temps et l’espace, à la détente dans l’espace vaste et fluide avec lequel nous sommes nés.

Pema Chödrön
Pema Chödrön est la directrice de l’Abbaye de Gampo à Cape Breton, Nova Scotia.

Traduction de l’anglais par Patricia Leurtet :

NDT : J’ai traduit "threefold purity" par pureté en trois points à défaut de mieux, mais le sens de threefold est : à trois feuilles (ou feuillets)
Sinon le sens est respecté.

Source : "Vous pouvez disposer des pages comme bon vous semble, vous pouvez les copier et les distribuer (et même les vendre ! :)) ) à condition d’indiquer, dans chaque copie, cette clause ainsi que sa provenance par ce lien : Textes et enseignements du bouddhisme


http://pema.free.fr





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling