BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Meditation
La méditation bouddhique - Lama Thubten Yeshe
Méditation et pratique formelle - Centre Bouddhique International
Méditation sur la respiration - Anapana-Sati
Les 14 entraînements de l’Ordre de L’Inter-être - Thich Nhat Hanh
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Une instruction majeure sur la méditation - Dilgo Kyentsé Rinpoché
La pacification de l’esprit - Yongey Mingyour Rinpoché
Thich Nhat Hanh
Pour Nourrir Notre Joie - Thich Nhat Hanh
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
La Pleine Conscience de la respiration - Thich Nhat Hanh
Thich Nhât Hanh -
Les Quatre Mantra ou La vraie présence - Thich Nhat Hanh
Village des Pruniers
L ’ homme n’est pas notre ennemi - Thich Nhat Hanh
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
La Sangha - Thich Nhat Hanh
Actualités septembre 2009 : Le monastère de Bat Nha au Vietnam -
L’enseignement sur la meilleure façon de vivre seul - Thich Nhat Hanh
L’univers dans un grain de poussière - Thich Nhat Hanh
Etre libre là où vous êtes - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Le sublime échange du bonheur et de la souffrance - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Immo - Ce qui est - Maître Dogen
L’esprit de la Voie - Kodo Sawaki
Les sept caractéristiques d’une personne du Dharma - Chögyam Trungpa Rinpoche
Le Chemin de la compassion - Sogyal Rinpoché
Le boudhisme, les refuges et les préceptes - Ajahn Khemasiri
Puisse le XXIéme siècle être non-violent - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Autres textes
Economie solidaire et tiers secteur - Jean-Louis Lavillle
Notre société fabrique de l’enfermement - Claude Aufort
La Patience - Ajahn Sumedho
L’approche de la mort dans le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
Le conte, psychothérapie des enfants - Josiane Klasset
Protestants et bouddhistes se sont rencontrés - Jean-François Gantois
Kalachakra pour la paix dans le monde - Sofia Stril-Rever
Thich Nhat Hanh

Les quatre Mantras ou la vraie présence par Thich Nhat Hanh
A la recherche de l’Ultime par Thich Nhat Hanh
Attaque contre la terreur par Thich Nhat Hanh
Bouddhisme et Christianisme par Thich Nhat Hanh
Comment transformer les peurs par Thich Nhat Hanh
Discours de Berkeley donné par Thich Nhat Hanh , le 13 septembre par Thich Nhat Hanh
Embracing Our Pain in the Aftermath of the Tsunami par Thich Nhat Hanh

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


La pratique de la pleine conscience

Thich Nhat Hanh nous livre dans ce texte sa compréhension d’un des enseignements sur la méditation les plus pratiqués parmi les moines et les laïques : une explication détaillée de la pratique d’Anapana Sati, quelquefois traduite par « l’attention au va et vient du souffle »

Par Thich Nhat Hanh

Nous pouvons dire que notre corps est un autel et nous ne devons pas laisser notre corps vacant. Nous utilisons notre respiration pour ramener notre esprit à notre corps. Quand on regarde un temple déserté nous savons que ce temple est abandonné. Ce n’est pas la peine de réfléchir pour le savoir qu’ il n’y a personne à l’intérieur pour s’en occuper. En regardant quelqu’un qui n’est pas en pleine conscience, nous savons tout de suite en observant comment il s’asseoit, marche, parle et travaille que cette personne ne pratique pas la pleine conscience. Il est comme un temple sans abbé et sans résident.

Lorsque nous pratiquons la méditation assise, nous devons d’abord ramener notre corps à notre esprit et notre esprit à notre corps. Nous nous asseyons de façon à être réellement présent. Ce n’est pas difficile. Lorsque nous pratiquons la pleine conscience, nous établissons notre présence dans le moment. Lorsque notre corps et notre esprit ne sont pas en unité dans le moment nous sommes dispersés. Lorsque notre corps et notre esprit font un, nous sommes concentrés, le contraire de dispersés. C’est très simple. C’est la réalité de notre pratique. Lorsque nous nous asseyons, nous rassemblons notre corps et notre esprit, lorsque nous mangeons nous rassemblons notre corps et notre esprit. Ce qui est le plus précieux, c’est d’avoir la possibilité de faire cela. Dans la société, parfois nous n’avons pas la possibilité de le faire. Mais dans l’environnement d’un centre de pratique, cette possibilité nous est offerte. C’est pour cela que nous avons rejoint le corps du Sangha. Chaque personne présente est une inspiration pour notre pratique.

Lorsque nous sommes assis en méditation, personne ne nous pose de question, personne ne nous demande de faire quoi que ce soit : nous sommes complètement libres et par conséquent la qualité de notre assise ne dépend que de nous-mêmes. Si notre assise est bonne, nous sommes comme une montagne dans le moment présent ; nous nous ouvrons comme une fleur. Si notre assise n’est pas bonne, les pensées nous emportent. La façon dont nous nous asseyons ne dépend que de nous-même.

Le Bouddha a dit à ses moines : " Pour pratiquer, il suffit d’un peu d’herbe au pied d’un arbre, rien de plus. Un endroit tranquille suffit, le reste vous appartient.

Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’une salle de méditation et de notre Sangha. Toutes les conditions nécessaires sont réunies.

S’asseoir en méditation, c’est être vraiment là dans le moment présent. C’est la présence de l’union du corps et l’esprit. Grâce à celle-ci, nous sommes en contact avec la vie. Parce que la vie ne peut être qu’ici et maintenant. Ce genre de contact est très profond.

Dans du soutra sur l’attention au va et vient du souffle (Anapana sati), le premier objet de la pleine conscience est notre corps. C’est pour cela que le corps est notre temple. Nous devons donc le respecter, comprendre son importance et y revenir sans cesse car il est notre refuge. Si nous sommes dispersés, si notre corps tombe malade, nous n’avons plus de refuge, nous n’avons plus de temple auquel retourner. Les gens autour de nous pratiquent aussi de façon à ce que leur corps soit leur temple. Nous retournons à notre corps pour en prendre soin, pour être présent dans notre temple, de façon à ce que notre pratique ait un effet pas seulement pour nous mais aussi pour notre Sangha. A ce moment notre temple est pris en charge et il devient un refuge non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour ceux qui nous entourent.

Le soutra sur l’attention au va et vient du souffle commence ainsi :

Quand j’inspire, je sais que j’inspire.

Quand j’expire, je sais que j’expire.

Quand j’inspire longuement, je sais que c’est une longue inspiration.

Quand j’expire longuement, je sais que c’est une longue expiration.

Quand cette respiration est profonde, je sais que cette respiration est profonde.

Quand cette respiration est lente, je sais que cette respiration est lente.

Nous sommes présents pendant que nous inspirons et expirons. Pendant que nous inspirons, nous pratiquons. Pendant que nous expirons, nous pratiquons. Les inspirations se continuent dans les expirations qui se continuent dans les inspirations. C’est comme quand on joue du violon. Nous sommes conscients du mouvement de l’archet vers le haut puis vers le bas. Chaque mouvement est une continuation de l’autre : Inspire Expire Inspire Expire. Si vous êtes musicien, vous gardez votre archet sur les cordes. Si vous êtes un méditant vous gardez votre esprit sur votre respiration et vous ne vous dispersez pas.

Un violoniste suisse connu venait pratiquer au Village des Pruniers, et un jour, alors que j’enseignais la pleine conscience de la respiration, il a fait la remarque suivante :

Il n’y a pas d’espace entre l’inspiration et l’expiration, c’est comme le son du violon qui ne s’interrompt pas entre le mouvement ascendant et le mouvement descendant de l’archet.

Nous pensons qu’il y a interruption entre l’inspiration et l’expiration mais lorsque l’on respire correctement il n’y a pas d’interruption. On peut représenter cela sous la forme d’un 8. Lorsque la pleine conscience est maintenue, c’est ainsi qu’est la respiration ; sans interruption.

J’inspire et je suis conscient pendant toute l’inspiration, pas seulement quand je commence à inspirer et quand l’inspiration se termine. Même chose avec l’expiration. Lorsque j’inspire et que j’expire je deviens la respiration et je ne suis que cela Je ne suis rien d’autre, je ne pense pas, je n’ai ni pensée initiale ni pensée successive. Lorsque je dis "Ceci est une inspiration", c’est simplement une reconnaissance, ce n’est pas une pensée. C’est cela la méditation guidée, c’est reconnaître la qualité de notre respiration.

Dans la méditation nous utilisons des images et non des idées :

J’inspire, je suis une montagne, j’expire, je me sens solide comme une montagne.

J’inspire, je me sens comme une fleur, j’expire, je suis frais (ou fraîche ) comme une fleur.

J’inspire, je suis l’eau calme, j’expire, je reflète ce qui est vrai.

Ce ne sont pas là des pensées, ce sont des images que l’on utilise en méditation. Une personne qui médite est comme un poète. La respiration, c’est notre musique. Les images sont notre poésie. Si notre esprit va se dispersant en toutes directions, ce n’est pas un véritable poème. Lorsque nous pratiquons l’attention à la respiration, nous sommes la respiration, nous mettons toute notre attention dans la respiration, iI n’y a pas de pensées et nous maintenons notre pleine conscience, notre concentration, grâce à notre respiration. La respiration est suivie.

Les quatre premières respirations que le Bouddha a enseignées sont :

J’inspire une longue inspiration et je sais que c’est une longue inspiration.

J’expire une longue expiration et je sais que c’est une longue expiration.

J’inspire une inspiration courte et je sais que c’est une inspiration courte.

J’expire une expiration courte et je sais que c’est une expiration courte.

C’est cela suivre sa respiration, A la troisième respiration, c’est différent :

J’inspire et je suis conscient de mon corps tout entier.

Lorsque nous pratiquons ainsi, nous utilisons la pleine conscience juste pour envelopper tout notre corps. La respiration, c’est la pleine conscience ; c’est un train qui transporte. Il est possible que ce train soit vide. Respiration pure. A partir de la troisième respiration il y a quelque chose dans ce train ; notre corps. Lorsqu’on dit "J’inspire, c’est la respiration pure. Mais lorsqu’on dit : " J’inspire et je suis conscient de mon corps" La respiration transporte quelque chose. "Je suis une fleur". La respiration transporte la fleur."J’expire et je sais que je suis frais (ou fraîche)". Nous sommes l’expiration, notre expiration transporte la fraîcheur d’une fleur. La respiration n’est plus simple, elle transporte quelque chose Lorsque nous expirons, l’objet de notre attention, c’est l’expiration, mais aussi le sourire que nous apportons à la fleur.

La respiration peut être pure et simple mais peut aussi avoir un.objet. Cet objet est maintenu pendant toute la durée de notre respiration :

"J’inspire et je suis conscient de mon cœur ".

Pendant toute mon inspiration, je sais que c’est mon inspiration, mais je sais aussi que mon cœur est présent Nous devons maintenir la pleine conscience de notre cœur pendant toute la durée de notre inspiration. En expirant, l’objet de ma pleine conscience est mon sourire à mon cœur. Ce sont des choses que l’on peut voir immédiatement dans le soutra sur la pleine conscience de la respiration. L’inspiration commence et finit là, et l’objet de notre pleine conscience juste, c’est notre respiration. Mais si nous transportons un autre objet avec notre respiration c’est aussi la chose avec laquelle nous sommes en contact pendant toute notre inspiration. L’inspiration, c’est l’objet numéro un, et l’expiration c’est l’objet numéro deux.

Le Village des Pruniers

LA PRATIQUE DE LA PLEINE CONSCIENCE

Décembre 1994

Village des pruniers
Centre Martineau
33580 Dieulivol
Téléphone :05 56 61 84 18


http://www.villagedespruniers.org/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling