BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Moines/nones
Nonnes zen japonaises au XXe siècle - Jade Reidy
Soeur Gina, abbesse au Village des Pruniers - Jean-Pierre et Rachel Cartier
Titre : « Atteindre l’Eveil en tant que femme » ou le destin singulier d’une jeune anglaise devenue nonne bouddhiste - Sofia Stril-Rever
La communauté monastique - Michel Henri Dufour
Le bouddhisme à l’épreuve de la vie - Sofia Stril-Rever
La Tradition des Moines de la Forêt - Michel Henri Dufour
La fondation de l’ordre des nonnes - Bouddhisme Actualités
Même rubrique

Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident - Michel Henri Dufour
La méditation bouddhique - Charles Genoud
Sutra du Kesa - Jean-Marc Tenryu Bazy
L’effort sans effort - Martine Batchelor
Tara, l’Eveil au féminin -
Une retraite au Village des Pruniers - Daniel Milles
Vivre ensemble à Menla Ling -
Autres textes
Vesak - Michel Henri Dufour
La loi de causalité - Vénérable Tich Thien Châu
Voir les choses telles qu’elles sont réellement - Ajahn Chah
Vous n’êtes vivant que dans l’instant présent - Jon Kabat-Zinn
La perte lors du passage de l’opératif au spéculatif - Jean-Pierre Schnetzler
Shobogenzo Zuimonki - La Voie est foncièrement parfaite - Maître Dogen
Les impératifs du développement durable - René Passet
Michel Henri Dufour

A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur par Michel Henri Dufour
Ajahn Chah par Michel Henri Dufour
Approche de la méditation par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la Forêt par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la forêt par Michel Henri Dufour
Interview d’Ayyaa Upekkhaa par Michel Henri Dufour
L’oeil divin, ou ce que voit le Bouddha par Michel Henri Dufour

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


La pratique d’un moine

La pratique selon l’enseignement de l’école Théravada telle qu’elle est enseignée dans la tradition des moines de la forêt en Thaïlande

Par Michel Henri Dufour

La vie monastique n’est pas la seule voie offerte à celui qui désire s’engager dans la pratique bouddhique en général et dans l’école de la forêt au sein du Theravâda en particulier. Dans certains milieux il court l’étrange idée que le bouddhisme existe uniquement pour les moines. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Il y a en réalité quelque chose à accomplir pour tout le monde, moine ou laïc. S’il est exact que de nombreux sermons (sutta) du Bouddha soient adressés aux moines cela n’en interdit pas l’usage aux laïcs et la part d’enseignement bouddhique que chacun applique à sa vie, bien que dépendant dans une certaine mesure de l’environnement (métier, famille, etc. ) dans le cas du laïc, dépend plus largement de sa propre détermination et énergie. Le moine se trouve dans un ensemble de conditions plus propices à l’application de l’Enseignement du Bouddha puisqu’il est censé avoir moins de distractions que le laïc. Mais même parmi les moines l’habileté et l’intérêt varient naturellement, tout particulièrement lorsqu’ils sont aussi nombreux qu’en Thaïlande.

les laïcs (upasâka et upâsikâ)

On devient upasâka, littéralement “celui qui s’assoit auprès de (l’enseignant)”, après avoir pris les Trois Refuges, utilisés en tant que points d’ancrage, de référence, témoignage de l’engagement dans la Voie bouddhique.

Cet engagement implique :

- placer sa confiance (foi raisonnée) dans les “Trois Joyaux” (ou “Refuges”) : le Bouddha (celui-ci n’étant pas révéré en tant que personne historique mais comme représentation de la connaissance transcendante suprême, idéal de perfection accessible à chacun par ses propres efforts), l’Enseignement, Dhamma (en tant que Vérité ultime, vision des choses telles qu’elles sont), la Communauté des Nobles Disciples, Sangha (en tant qu’exemple de vie vertueuse), et les prendre comme guides,

- accepter les principes de base enseignés par le Bouddha et travailler à leur vérification par la pratique de la culture mentale (ou méditation),

- avoir compris la nécessité de vivre selon les principes éthiques fondamentaux, sîla.

Dans un souci de cohérence entre la recherche de la sagesse et la pratique de la compassion, et d’harmonie entre développement intellectuel et émotionnel, tout bouddhiste est également invité à cultiver ce que l’on nomme les pâramî ou pâramitâ  :

Signifiant littéralement “allé au-delà”, ces qualités ou vertus transcendantes, ou maîtrises, traditionnellement au nombre de dix, sont tout spécialement recommandées par le Bouddha pour ceux qui aspirent à l’Éveil : 1. dâna, don, 2. sîla, conduite éthique, 3. nekkhamma, renoncement (aux plaisirs sensuels), 4. paññâ, connaissance transcendante, 5. viriya, effort, énergie, 6. khanti, patience, endurance, 7. sacca, détermination vers la Vérité, 8. adhitthâna, résolution, 9. mettâ, bienveillance, 10. upekkhâ, équanimité.

Novembre 2000

Association Bouddhique Theravâda
c/o Michel Henri Dufour, 22 rue de la Grange Aubel, 71000 SANCÉ -
Tél. : 03 85 20 14 42


http://perso.club-internet.fr/mhd-abt/vivekarama





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling