BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Poème
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Conte : Les oiseaux sages et les oiseaux inconscients - Centre Bouddhique International
L’arbre qui se comportait comme un chasseur -
Conte Zen : Le fiancé de la princesse - Khoa Nguyen
Conte de sagesse : Mahakapi, le singe roi - Patrice Favaro
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Le Buddha clarifie sa position quant à la consommation de chair animale - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La légende de Kouan-Yin déesse de la compassion - Jean-Pierre Chambraud
La relation maître et disciple - Roland Rech
La vie du Bouddha : entre mythe et réalité - Michel Henri Dufour
L’espèce humaine n’a pas l’exclusivité des droits - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Une éthique du bonheur et de la bonté - Sofia Stril-Rever
Padmasambhava - Stephen Batchelor
Autres textes
L’énigme birmane - Marie-Hélène Cardinaud-Steyaert
Prérogatives de la papauté - Jean-Pierre Sara
Pardon et réconciliation dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Foi et médecine - Damon Adams
Shambhala, la voie du guerrier - Patrice Cayla
Noël, fête du corps - Anne Tardy
Le discours sur les cinq façons de mettre fin à la colère -
Khoa Nguyen

Forum par Khoa Nguyen , Eric
Le Yi King : 64 hexagrammes pour exposer la totalité des affaires humaines par Khoa Nguyen
Participer à BuddhaLine par Khoa Nguyen , Webmaster
Poèmes Zen par Khoa Nguyen
Principes opératoirs éternels par Khoa Nguyen
Une histoire zen de voleurs père et fils par Khoa Nguyen
Votre avis ! par Khoa Nguyen , Webmaster

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


La porte de la montagne

Quatre contes d’après le recueil « En ramassant des feuilles de l’arbre Bodhi » du moine Thich Thanh Tu

Par Khoa Nguyen

D’après le recueil « En ramassant des feuilles de l’arbre Bodhi » du moine Thich Thanh Tu

LA PASTEQUE MURE

Taiyo Kyogen se rend au potager, il interroge le jardinier qui est en train de planter des pastèques.

— Les pastèques sont-elles mûres ?

— Y en a qui sont mûres.

— Choisis en une belle pour la déguster.

— Qui est-ce qui va la déguster ?

— Quelqu’un qui ne vient pas dans le potager.

— Qui sait s’il la mangera ou pas ?

— Le connais-tu ?

— Même si je ne le connais pas, je ne pourrai pas la lui refuser.

HOMMES ET FEMMES

Le Bouddha explique que huit fils attachent les hommes aux femmes et réciproquement :

- La beauté

- Les rires

- Les paroles

- La voix chantante

- Les larmes

- Les vêtements

- Les cadeaux

- Le toucher.

A-t-il oublié les sentiments ?

Où SE TROUVE LA VOIE ?

Nansen, Kisu et Mayoku vont rendre visite au maître national Nanyo. En chemin Nansen dessine un rond par terre et déclare :

— Si on peut répondre, on y va. Sinon on rentre.

Kisu pénètre à l’intérieur du cercle et s’assoit en méditation. Mayoku se prosterne à la manière d’une fidèle laïque.

Nansen crie : « Ça suffit. »

Tous les trois retournent auprès de leur maître Baso.

LE FILS DE FAMILLE

Nan’in demande à son disciple Fuketsu :

— Juste avant de mourir, Rinzai déclare : « Qui aurait pu deviner que mon Trésor de l’Oeil de la Vraie Loi s’éteindrait avec cet âne aveugle. » D’habitude il était débordant d’énergie, pourquoi se montre-t-il si déprimé et si pessimiste ?

Fuketsu explique :

— Tout a été dit, il n’a plus de secret à transmettre.

Nan’in s’étonne :

— Pourquoi Sansho non plus ne dit rien ?

Fuketsu commente :

— Le fils de famille a reçu l’héritage, il ne faut pas le comparer avec des amis en visite.

Fuketsu s’identifie donc clairement au fils de famille, Nan’in approuve de la tête.

PIEGES ET FARCES

Pour ôter à ses disciples leurs illusions, un maître tranche dans le vif :

— Vimalakirti reste assis en silence, Manjusri fait son éloge, on peut enseigner autrement. Le Bouddha montre la fleur, Mahakasyapa sourit, c’est donner du poison amer. Neuf années Bodhidharma regarde le mur, c’est infantiliser les descendants. Au milieu de la nuit Hung-Jen transmet la robe à Hui-Neng, c’est tromper la postérité. Ma-Tsu prétend que l’esprit c’est le Bouddha, il attend au pied de l’arbre un autre lièvre. Pan-Shan affirme « Ni esprit ni Bouddha », il délaie la boue dans l’eau. Des vues pareilles précipitent notre école dans la décadence et tuent nos lignées.

Presque la même véhémence que Rinzai et Tokusan !

Avril 2001

BuddhaLine


http://www.buddhaline.net





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling