BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Interdépendance
Science et bouddhisme : à la croisée des chemins - Trinh Xuan Thuan
Bouddhisme : un nouvel humanisme possible pour l’entreprise - Jean-Pierre Méchin
Brève présentation du bouddhisme - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Inter-être ou l’interdépendance de tous les phénonèmes - Thich Nhat Hanh
Monde poubelle ou nature plus belle ? Les dures lois de l’interdépendance - Patrick Shan
De l’interdépendance : portée universelle et actualité du Bouddha-Dharma - Lama Denys
La regle d’or : interdépendance et responsabilité - Lama Denys
Théravada
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Nourrir la pratique - Michel Henri Dufour
The happy monk - Ajahn Amaro
Quel bouddhisme ? - Michel Henri Dufour
Espace Théravada - Espace Théravada
Approche de la méditation - Michel Henri Dufour
Une histoire de banque d’ovule - Jack Kornfield
Même rubrique

La prière dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Le Buddha, un pionnier des “droits de l’homme” - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La révolution intérieure du bouddhisme - Michel Henri Dufour
Pardon et réconciliation dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
La nécessaire réciprocité dans la relation de soin - Frank Ostaseski
La renaissance selon le bouddhisme ancien - Michel Henri Dufour
Autres textes
L’amour bienveillant - Yongey Mingyour Rinpoché
Vivre ensemble à Menla Ling -
Don sacré et don profane dans le Theravada - Vénérable Parawahera Chandaratana
Les pré-requis de la pratique Ch’an - Hsu Yun
Reine de Saba : soirée poétique et philosophique - Jean-Pierre Pilorge
L’école des larmes - Takho
La Mort selon les bouddhistes - Tich Thien Châu
Joseph Goldstein

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


La conscience ordinaire

Il existe une interdépendance à de nombreux niveaux différents, mental et physique, affectant l’état même de la planète.

Par Joseph Goldstein

Il est intéressant de noter que dans les textes le Bouddha dit que lorsqu’il existe un niveau élevé de moralité dans une société, ou dans le monde, les conditions environnementales sont bénéfiques, et lorsque les personnes commencent à se comporter d’une manière non éthique les catastrophes naturelles telles que famines, inondations et différentes sortes de problèmes écologiques augmentent. Aussi l’esprit a-t-il sans doute beaucoup plus d’influence qu’on ne le croit généralement.

Il existe une interdépendance à de nombreux niveaux différents, mental et physique, affectant l’état même de la planète. De façon plus spécifique, lorsqu’on analyse les raisons pratiques des désastres écologiques, cela revient également à la conduite éthique, ou siila. Lorsque les actions prennent leur source dans l’avidité, la haine ou la peur, que ce soit de la part d’individus, de corporations ou de gouvernements, généralement des effets désastreux pour la planète suivent. Il existe également une compréhension de la non-dualité qui vient avec la méditation profonde ; c’est un véritable sentiment d’interconnexion. Le danger serait de limiter ce sentiment d’unité à un plan romantique ou sentimental. Par exemple, réfléchissons à la façon dont nous ressentons nos bras et nos jambes. Nous ne sommes pas sentimentaux à leur sujet ; nous prenons soin d’eux tout simplement parce qu’ils font partie de nous-même. Cela se passe d’une manière toute naturelle. Dans le même sens je suis sûr que prendre soin des choses qui nous entourent peut se faire très simplement. Ce n’est qu’une affaire de conscience ordinaire, d’effort d’attention. Il n’est pas nécessaire d’attendre l’éveil total ou “l’unité avec l’univers”. C’est beaucoup plus simple que cela.

Je pense également que nous avons tous besoin de pratiquer l’observation des conséquences ; voir que nos actions ne se passent pas dans le néant. Chacun de nous est, par nature, plus enclin à observer certaines catégories d’actions. Ainsi certaines personnes peuvent-elles prêter grande attention aux produits qu’elles achètent et d’autres seront plus conscientes du langage qu’elles emploient. Notre pratique peut consister simplement à étendre les champs dans lesquels nous observons les conséquences de nos actions.

La méditation peut également aider à développer une véritable ouverture à la souffrance présente, qu’elle soit écologique, politique ou personnelle, de façon à ce qu’il existe une réponse de compassion à cette souffrance. En même temps la méditation permet à l’esprit de maintenir une profonde équanimité vis-à-vis du “théâtre du monde” se déroulant devant nous, sachant que ce n’est qu’un processus impliquant un nombre considérable de cycles de temps et d’univers, et que si la souffrance peut cesser c’est uniquement grâce à la purification de l’esprit.






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling