BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Compassion
La compassion une energie de guerison - Pema Wangyal Rinpoche
Bernie Glassman, moine zen : sa compassion est dans la rue - Jean-Pierre Chambraud
Le chemin de la Paix : Cultiver la compassion en réponse à la violence - Thich Nhat Hanh
L’idéal de bodhisattva dans le bouddhisme - Yukai Sensei
Kalachakra ou l’expérience du lien universel - Sa Sainteté le Dalaï Lama
La légende de Kouan-Yin déesse de la compassion - Jean-Pierre Chambraud
Foi et compassion dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Même rubrique

Deux aspects du sentiment religieux - Alain Bavelier
Donne moi la sagesse - Père Benoit Billot
7e Assemblée de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix - DIMMID
Réflexions d’un moine chrétien sur le zazen - P. William Skudlarek
Zen et tradition juive - Dan Toledano
Echange Spirituel Est - Ouest : découvrir une tradition qui se vit avec son corps. - DIMMID
Quelques repères pour l’histoire du soufisme - Eric "Younès" Geoffroy
Autres textes
Paix intérieure -
Prière de l’entraînement de l’esprit en sept points - Jamyang Khyentsé Wangpo
Aperçu sur le kamma suivant le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
Silence, calme, vastitude - Tenzin Wangyal Rinpoche
Investir dans la jeunesse et les générations futures -
Le même goût de la douleur et de la joie - Sofia Stril-Rever
Les Cinq Entraînements - Thich Nhat Hanh
Alonso Ufano

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Spiritualité > Interreligieux


La compassion de saint François d’Assise

Par Alonso Ufano

Il est difficile de parler de compassion ou d’écrire sur la compassion. Pas seulement parce que les mots n’arrivent pas à l’exprimer, même s’ils la montrent du doigt, mais parce que l’acte de compassion est inconscient. Pourtant ce n’est pas quelque chose d’éthéré mais d’ici, des pieds, des genoux, de là où ça fait mal, de la vie.

La compassion, c’est l’actualisation de la mission salutaire de toute religion, de tout chemin spirituel. Plus la mission est pure et large, plus la compassion est profonde et plus son bras enveloppe tous les êtres.

On dit que le Bouddha Sakyamuni, dans une incarnation antérieure, voyant une tigresse famélique qui ne pouvait plus nourrir ses petits, offrit son corps en nourriture. En offrant cette masse de chair rouge, celle-ci emplit l’univers entier et tous les êtres se nourrissent d’elle. C’est ainsi que dans une postérieure incarnation le Bouddha atteint l’illumination et, avec lui, tous les êtres.

C’est la masse de chair rouge chantée par le Dharma, partout.

Par ces prolégomènes, nous nous aventurons dans la « compréhension » de la dimension compatissante de la vie de saint François d’Assise qui aimait tous les êtres en Dieu et qui les traitait comme des frères : soleil, lune, étoiles, terre, feu, loup...

Pour lui, les animaux et les choses exprimaient la gloire de Dieu. Il se sentait petit avec les petits, un moi avec les autres qui devenait le néant.

Que tous les autres passent avant moi sur l’autre rive. Le salut, la libération des autres c’est mon salut.

Pour saint François, la compassion est une pratique, une vie et une disponibilité. C’est une étreinte qui nous enveloppe avec tous les êtres, c’est une empathie du Tout dans ses individualités, un dépassement de l’égocentrisme humain jusqu’à des limites jamais imaginées par le moi et, moins encore, cherchées par lui.

C’est avec cette étreinte qu’il est possible ‑ seulement à partir de soi, du non-esprit - de comprendre, et non pas de connaître, la pratique vitale de la compassion-amour de saint François. Ses paroles, cautionnées par sa vie, sont toujours d’actualité, même si peu d’entre nous les pratiquons.

Le premier commandement consiste à créer le bien.
On ne peut pas détruire une guerre avec une autre.

Il ne faut rien attaquer.
La vérité se défend par elle-même, Frère Lion.

Son seul péché fut d’envier les oiseaux parce qu’ils réussissaient à faire la chose la plus belle de la création : voler.

À son époque, il fut accusé de faire des miracles, ce qui est exigé pour être saint. Sa réponse :

Il n’y a pas de miracles, il y a réconciliation.
J’ai aimé les loups et ils m’ont donné leur tendresse.
J’ai aimé les arbres et ils m’ont donné leur ombre.
J’ai aimé les étoiles et elles m’ont donné leur éclat.
J’ai été gentil avec le feu et il l’a été avec moi.
Il n’y a pas de miracles. Plutôt, tout est miracle.

Le paradis se trouve dans le cœur, l’enfer aussi.
Pendant toute ma vie je n’ai fait qu’aimer.
Et le premier commandement de l’amour,
c’est laisser vivre ce qui est vivant, plus encore, tout ce qui existe.
Mais si tu n’as pas d’amour, même la parole de Dieu est vide de Dieu.

Pratique vitale de la compassion-amour de saint François

Sa pratique, certifiée par sa vie, c’est une constante disponibilité à quelque chose de plus important que lui et dont tous les êtres sont l’expression.

Comment agir par rapport à ceux-ci, à l’autre, aux autres ?

Que j’apporte l’amour là où il y a la haine ;
que j’apporte le pardon là où il y a l’offense ;
que j’apporte l’union là où il y a la discorde ;
que j’apporte la vérité là où il y a l’erreur ;
que j’apporte la foi là où il y a le doute ;
que j’apporte la lumière là où il y a les ténèbres ;
que j’apporte la joie là où il y a la tristesse ;
que j’apporte l’espoir là où il y a le désespoir.

Par rapport à lui-même, ne pas chercher :

à être consolé mais à consoler ;
à être compris mais à comprendre ;
à être aimé mais à aimer.

Cette disponibilité, cette étreinte autour des êtres, cette joie et cette lumière de printemps, c’est parce « qu’il faut donner, s’oublier, pardonner et mourir, pour recevoir, trouver, être pardonné et ressusciter à la vie éternelle ». C’est que l’on pousse le ciel avec la tête et la terre avec les genoux. Le seul qui se relève, c’est celui qui est tombé.

Moi, le frère François, serviteur inutile,
à genoux je demande à tous les frères du monde
qu’ils respectent, qu’ils vénèrent et qu’ils honorent tout ce qui vit.
Plutôt, tout ce qui existe.

Zen - Bulletin de l’Association Zen Internationale
Association Zen Internationale
175, rue de Tolbiac - 75013 Paris
Tél. : 01 53 80 19 19 - Fax : 01 53 80 14 33


http://www.zen-azi.org





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling