BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phakyab Rinpoche

Pratique de la méditation
Les obstacles, un cadeau du Dharma - Dzongsar Jamyang Khyentse
La méditation : fondement d’une autothérapie pour l’occident ? - Luc Marianni
Attention les yeux - Guy Mercier
Méditation guidée sur mettā (bienveillance) - Ajahn Brahmavamso
Oserais-je m’éveiller ? - Ajahn Sumedho
Méditer - Thich Nhat Hanh
Méditation et retraite - Lama Denys
Même rubrique

Sarasvati, brillante comme mille soleils -
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
Une retraite au Village des Pruniers - Daniel Milles
La méditation de l’étreinte - Thich Nhat Hanh
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
La Pleine Conscience de la respiration - Thich Nhat Hanh
Meditation Teachings - Amaravati Publications
Autres textes
Apprenez à transformer la colère grâce à la compassion - Lama Zopa Rinpoché
Shoyoroku - Maître Olivier Reigen Wang-Genh
Ouvrir la main des pensées - Kosho Uchiyama Roshi
Conte d’amitié : Le Vent et la Lune - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Qui est Bouddha ? - Vén. Balangoda Ananda Maittriya Maha Nayaka Thera
Soi-même et les autres - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Pourquoi le Bouddhisme ? - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Christophe Humblot

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


La Méditation

Par Christophe Humblot

On l’appelle en sanskrit bhavana, et gôm en tibétain, ce qui donne l’idée de cultiver l’esprit, de l’habituer ou de le familiariser avec des états toujours plus détendus, ouverts, spacieux et chaleureux, comme un ciel d’été.

Il existe de nombreux types de méditation, et les différentes formes de yoga en font partie, c’est pourquoi on peut établir deux grands groupes : la pacification mentale ou la concentration en un point (shamatha), et la méditation analytique, appelée encore vision pénétrante (vipashyana).
Alors pourquoi ces deux ?

La première permet de poser un peu les valises et de voir à quel point notre esprit part dans tous les sens ; ce qui peut nous permettre d’adopter une certaine forme de recul ou de second degré par rapport à nos concepts. Notre esprit pouvant ainsi se concentrer sur différents types de support (le corps, les sensations, la conscience elle-même, diverses émotions bienfaisantes comme la bienveillance, la compassion etc…) aura l’occasion d’acquérir plus de stabilité et d’acuité.

La seconde repose sur les bases de la concentration car, de même qu’un cracheur de feu ne se brûlera pas s’il s’est rendu maître des flammes, nous avons d’abord besoin d’acquérir un certain contrôle sur les concepts pour les utiliser à bon escient. Dans quel but ? Afin de faire naître une véritable compréhension suscitant par exemple certains types de feeling, comme la bienveillance ou encore la compassion ; des états d’esprit orientés vers les autres et qui du même coup apportent une grande paix à ceux qui les cultivent. Les raisonnements peuvent aussi nous permettre de comprendre ce qui demeure au-delà de nos cinq facultés sensorielles ; même si ultimement les concepts eux-mêmes seront consumés dans la clarté de la sagesse même qu’ils auront avivée.



Pèndé Tcheuling


http://club-naropa.wix.com/pendetcheuling





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling