BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Attention
Un nouveau départ - Village des pruniers
Le contact des sens, la fontaine de sagesse - Ajahn Chah
Comprendre le fonctionnement de son esprit - Lama Thubten Yeshe
L’attention aux choses ordinaires - Ajahn Sumedho
Les trois entraînements - Rév. Thich Tri Lai
L’attention - Ajahn Chah
Faire ses courses avec l’attitude juste - Lama Zopa Rinpoché
Koan
La loi réalisée de l’Univers - Maître Dogen
Les Tableaux de la quête du Boeuf - Vénérable Shinjin
Shobogenzo Zuimonki - La Voie est foncièrement parfaite - Maître Dogen
Shoyoroku - Maître Olivier Reigen Wang-Genh
La relation maître et disciple - Roland Rech
La transmission de maître à disciple - Roland Rech et Michel Bovay
Le Hwadou - Maître Kusan Sunim
Thich Nhat Hanh
Méditer - Thich Nhat Hanh
La rencontre sereine avec la réalité - Thich Nhat Hanh
L’art de se guérir - Thich Nhat Hanh
Respire, tu es vivant ... - Thich Nhat Hanh
Le chemin de la Paix : Cultiver la compassion en réponse à la violence - Thich Nhat Hanh
Etre libre là où vous êtes - Thich Nhat Hanh
Thich Nhat Hanh et le mouvement "Bouddhisme engagé" - Michael von Brück et Whalen Lai
Village des Pruniers
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
Discours de Berkeley donné par Thich Nhat Hanh , le 13 septembre - Thich Nhat Hanh
Les Quatre Mantra ou La vraie présence - Thich Nhat Hanh
La Sangha - Thich Nhat Hanh
Pour Nourrir Notre Joie - Thich Nhat Hanh
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Thich Nhât Hanh -
Même rubrique

S’ouvrir à ce qui est - Ajahn Sumedho
Pardonner ce n’est pas oublier - Rév. Jiken Kakudo
En hommage à Sa Sainteté le Dalaï-Lama - Trulshik Rinpoché
Le Bouddhisme, chemin de paix - Yukai Sensei
Faire voeu de n’agir que pour le bien de tous les êtres - Maître Dogen
Ma mère, une femme de compassion - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Zenki : Zen Attitude - Maître Dogen
Autres textes
Silence et parole dans la méditation ou silence dans la mystique chrétienne - Père Chevallier
Transmission royale, sacerdotale et prophétique - Jean-Pierre Pilorge
Le Tao du sommeil - Georges Charles
Esprit et pensées - Dilgo Kyentsé Rinpoché
Participons avec Matthieu Ricard à la création d’une clinique mobile à Bodhgaya - Matthieu Ricard
Lama Osel interviewé au Monastère de Séra -
Confucius et Bouddha : sources du développement asiatique ? - Gérard Donnadieu
Thich Nhat Hanh

Les quatre Mantras ou la vraie présence par Thich Nhat Hanh
A la recherche de l’Ultime par Thich Nhat Hanh
Attaque contre la terreur par Thich Nhat Hanh
Bouddhisme et Christianisme par Thich Nhat Hanh
Comment transformer les peurs par Thich Nhat Hanh
Embracing Our Pain in the Aftermath of the Tsunami par Thich Nhat Hanh
Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


L’univers dans un grain de poussière

... qu’il soit aussi minuscule qu’un grain de poussières oui aussi énorme qu’une montagne, quel que soit l’objet, il n’est pas séparé de la réalité ultime. En fait il contient l’immense totalité de la réalité.

... quand je regarde les arbres en face de moi, mon esprit ne sort pas de moi pour aller dans la forêt, et il n’ouvre pas non plus une porte en moi pour laisser les arbres entrer. Mon esprit et les arbres sont un ...
L’infiniment petit n’est pas intérieur, l’infiniment grand n’est pas extérieur.

Par Thich Nhat Hanh

L’UNIVERS DANS UN GRAIN DE POUSSIERES

par le Vén. Thich Nhat Hanh

L’esprit n’est ni intérieur ni extérieur ni ailleurs, il est introuvable...( Shantideva)

Hier après-midi, quand je suis revenu à mon ermitage, j’ai fermé toutes les portes et les fenêtres parce qu’il y avait du vent. Ce matin, ma fenêtre est ouverte et je peux voir la douce et verte forêt. Le soleil brille et un oiseau chante magnifiquement. La petite Thuy est déjà partie pour l’école. Je dois m’arrêter d’écrire pendant un moment pour pouvoir regarder les arbres qui s’étendent sur le flanc de la colline. Je suis conscient de leur présence et de ma propre présence.

Il n’est pas toujours obligatoire de fermer nos fenêtres-sens pour être concentrés. Les méditants débutants, pour arriver à se concentrer plus facilement sur leur respiration ou un autre objet, peuvent trouver plus efficace de fermer leurs fenêtres aux images et aux sons, mais la concentration est aussi possible avec ses fenêtres ouvertes. Les objets des sens n’existent pas simplement à l’extérieur du corps.

Même quand nous ne sommes pas en train de regarder, d’entendre, de sentir ou de goûter, nous ne pouvons pas ignorer les sentiments qui sont à l’intérieur de notre corps. Quand vous avez mal aux dents, ou une crampe à la jambe, vous sentez la douleur. Quand tous vos organes sont sains, vous ressentez un sentiment de bien-être. Le bouddhisme parle de trois types de sentiments : agréables, désagréables et neutres. Mais, en fait, les soi-disant sentiments neutres peuvent être assez agréables, si nous en sommes conscients.

Les sentiments à l’intérieur du corps forment un courant ininterrompu, que nous en soyons conscients ou non. Aussi « fermer nos fenêtres-sens » est en fait impossible. Même si nous étions capables de les enfermer d’une manière ou d’une autre, l’esprit et la conscience continueraient à s’activer, et nous recevrions néanmoins des images, des concepts, et des pensées en provenance de la mémoire. Quelques personnes pensent que méditer consiste à nous séparer du monde des pensées et des sentiments et à retourner à une sorte d’état pur dans lequel l’esprit se contemple et devient « vrai esprit ». C’est une idée séduisante, mais elle est fondamentalement trompeuse. Puisque l’esprit n’est pas séparé du monde des pensées et des sentiments, comment peut-il s’en détacher et se retirer en lui-même ? Quand je regarde les arbres en face de moi, mon esprit ne sort pas de moi pour aller dans la forêt, et il n’ouvre pas non plus une porte en moi pour laisser les arbres entrer. Mon esprit se fixe sur les arbres, mais ils ne sont pas un objet distinct. Mon esprit et les arbres sont un. Les arbres sont seulement une des manifestations miraculeuses de l’esprit.

Le sage connaît le samadhi, et il (ou elle) ne sait pas qu’il y a un monde extérieur où il ne faut pas rentrer ou un monde intérieur à pénétrer. Le monde se révèle lui-même, même quand les yeux sont fermés. Le monde n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Il est important et achevé dans chaque objet de contemplation - la respiration, le bout du nez, un koan, ou toute autre chose, qu’il soit aussi minuscule qu’un grain de poussière ou aussi énorme qu’une montagne. Quel que soit l’objet, il n’est pas séparé de la réalité ultime. En fait, il contient l’immense totalité de la réalité.

Je vous invite à méditer avec moi. Asseyez-vous, je vous prie, dans une position qui vous semble confortable afin que vous soyez à l’aise, et concentrez votre attention sur votre respiration, en la laissant devenir très fluide, très légère. Après quelques instants, portez votre attention sur les sentiments dans votre corps. Si vous ressentez une quelconque douleur ou inconfort, ou quelque chose de plaisant, amenez votre attention sur ceci et immergez-vous dans ce sentiment de toute votre conscience éveillée. Après un petit moment, remarquez le fonctionnement de vos différents organes - votre cœur, vos poumons, votre foie, vos reins, votre système digestif, et ainsi de suite. En règle générale, ces organes fonctionnent sans difficulté et n’attirent pas votre attention à moins qu’ils ne vous fassent mal. Remarquez le sang qui coule comme une rivière à travers le paysage, abreuvant les champs d’eau fraîche. Vous savez que cette rivière de sang nourrit toutes les cellules de votre corps et que vos organes composés de cellules enrichissent (système digestif), purifient (le foie, les poumons), et envoient (le coeur) le sang dans l’organisme. Tous les organes du corps, y compris le système nerveux et les glandes, comptent les uns sur les autres pour leur existence. Les poumons sont nécessaires au sang, donc les poumons appartiennent au sang. Le sang est nécessaire aux poumons, aussi le sang appartient aux poumons. De la même façon, nous pouvons dire que les poumons appartiennent au cœur, que le foie appartient aux poumons, et ainsi de suite, et nous nous rendons compte que chaque organe dans le corps implique l’existence des autres. Ceci est appelé « l’interdépendance de toutes choses », ou « inter-être » dans le Soutra Avatamsaka. La cause et l’effet ne sont pas perçus comme linéaires, mais comme un filet, non pas composé de deux dimensions, mais plutôt d’un système de mailles innombrables entremêlées dans toutes les directions dans l’espace multidimensionnel. Non seulement les organes contiennent en eux-mêmes l’existence de tous les autres organes mais chaque cellule contient en elle-même toutes les autres cellules. Une est présente dans toutes et toutes sont dans chacune. Ceci est exprimé clairement dans le Soutra Avatamsaka : « L’un est dans tout, tout est dans l’un. »
Quand nous comprenons pleinement ceci, nous sommes libérés du piège de penser en termes de « un » et de « plusieurs », une habitude qui nous a emprisonnés pendant si longtemps. Quand je dis : « Une cellule contient en elle-même toutes les autres cellules », ne vous méprenez pas et ne pensez pas qu’il existe une méthode pour augmenter le volume d’une cellule afin d’y mettre toutes les autres. Je veux dire que la présence d’une cellule implique celle de toutes les autres, parce qu’elles ne peuvent pas exister indépendamment, séparées les unes des autres. Un maÎtre zen vietnamien du XIIe siècle a dit un jour :
« Si un grain de poussière n’existe pas, l’univers tout entier ne peut pas exister. »
En observant un grain de poussière, un être éveillé voit l’univers. Les méditants débutants, quoiqu’ils ne puissent pas voir ceci aussi clairement qu’une pomme dans leur main, sont capables de le comprendre avec de l’observation et de la réflexion. Le Soutra Avatamsaka contient des phrases qui peuvent terrifier ou remplir de confusion les lecteurs qui n’ont pas médité sur le principe de l’interdépendance.
« Dans chaque grain de poussière, je vois d’innombrables mondes du Bouddha ; dans chacun de ces mondes, des multitudes de Bouddhas rayonnants, leurs précieuses auras brillantes. »
« Mettre un monde dans tous les mondes, mettre tous les mondes dans un monde. »
« D’innombrables montagnes Sumeru peuvent être suspendues au bout des cheveux. ».
Dans le monde phénoménal, les choses semblent exister comme des entités séparées qui ont une place spécifique : « ceci » est à l’extérieur de « cela ». Quand nous comprenons profondément le principe de l’interdépendance, nous nous apercevons que ce sens de la séparation est erroné. Chaque objet est composé de et contient tous les autres. A la lumière de la méditation sur l’interdépendance, le concept de « un/plusieurs » s’effondre, et emporte avec lui ceux de « grand/petit », « intérieur/extérieur », et tous les autres. Le poète Nguyen Cong Tru, au moment de réaliser cela, s’exclama :
« Dans le monde et dans les mondes au-delà, Bouddha est incomparable ! Ce qui est petit n’est pas à l’intérieur. Ce qui est grand n’est pas à l’extérieur ».

Extrait de La Vision Profonde, De la pleine conscience a la contemplation Intérieure de Vénérable Thich Nhat Hanh
@ Editions Albin Michel, 1995.

Village des pruniers
Centre Martineau
33580 Dieulivol
Téléphone :05 56 61 84 18


http://www.villagedespruniers.org/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling