BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Dalaï Lama

Autres textes
Lama Sonam Rabgye - Le Rosaire des Joyaux de la Sublime Voie (1 juin) -
Livre : A la poursuite du Nirvana obstinément de Pierre Morvilliers -
Livre "Transformer sa vie par la méditation" de Nathalie Ferron -
Retraite Satipaṭṭhāna Vipassanā - Quatre fondements de l’Attention guidée par la nonne Sayagyi Daw Sobhanā (12 - 27 avril) - Eric
10 ans du Centre Zen Sôtô de Genève (19 mai) -
Son Eminence Namkha Drimed Rabjam Rinpoche enseigne a paris ( les 14 et 15 juin ), barcelone ( du 18 au 20 juin ), marseille ( les 21 et 22 juin ) -
Retraite des préliminaires du corps d’arc-en-ciel - Yuthok Nyinghik Ngondro avec Sofia Stril-Rever (9 mars) - Eric
Retraite Zen Soto, session d’été, dirigée par Olivier Reigen Wang-Genh (13 - 19 août) -
Concert unique avec Lama Gyourmé et Jean-Philippe Rykiel -
Programme de Ganden Tcheuling - 2006 -
An Appeal to the Chinese People from His Holiness the 14th Dalai Lama -

IMPRIMER

L’experience de Kalachakra avec Jhado Rinpoche & Sungjang Rinpoche (avril - mai 2012)

Au Jardin des Accomplissements spontanés, en vallée de l’Eure,

Programme d’avril - mai 2012

Le mandala de Kalachakra nous introduit dans la dimension de l’amour infini et de la grande compassion aimante sans limite ni préjugé. Cette expérience de vie fondamentale est cachée à l’esprit ordinaire où prédominent les émotions et les poisons mentaux. Mais l’initiation et la pratique du mandala nous font découvrir que, dans notre forme physique et notre intelligence ordinaires, il existe un corps et un esprit subtils, ainsi nommés du fait de leur connexion intime avec des niveaux profonds de conscience. C’est à partir de ces plans très subtils qu’émerge une énergie potentielle de sagesse et de félicité, susceptible de transformer radicalement notre vie. La déité Kalachakra et son mandala représentent l’essence de ce que nous sommes véritablement et ce que nous pouvons devenir.


Image réalisée selon les instructions de Jhado Rinpoché, en hommage à Kirti Tsenshab Rinpoché
Copyright : Sofia Stril-Rever

Dans le processus de l’initiation qui nous transforme en la déité et son mandala, notre image corporelle ordinaire se dématérialise dans l’énergie de l’Eveil. Nous accédons à un niveau de conscience où les apparences se manifestent en même temps que leur vide d’être en soi. C’est le sens de la purification de nos facteurs d’existence qui produisent l’illusion dans leur fonctionnement ordinaire, mais révèlent la sagesse de notre nature de Bouddha lors de l’initiation. Car Kalachakra père-mère, au centre du mandala, est également situé sur notre cœur et depuis ce chakra, il répand la félicité dans tout notre système nerveux subtil. Cet état de conscience, associé à la vacuité, est source de claire lumière.

La claire lumière se lève spontanément dans l’esprit à l’instant de la mort, après la dissolution des éléments. Elle se manifeste aussi pendant le recueillement méditatif où l’esprit repose dans son état naturel, libre de saisie. Si, par la méditation, nous cultivons la claire lumière de notre vivant, nous la reconnaîtrons au moment de la mort. Renaître, grâce à l’initiation de Kalachakra, c’est aussi toucher le point de non-naissance et de non-mort dans la claire lumière qui brille au cœur du mandala comme au lotus du cœur.

Naître et mourir, le commencement et la fin de la vie sont en apparence opposés. Une apparence qui n’est qu’un effet de l’ignorance. Dans l’enseignement des Tantras, le maître-mot est continuité. Le mot sanskrit tantra signifie littéralement « la navette du tisserand, la trame du tissu ». Sa traduction tibétaine rgyud désigne le fil, semblable à un collier de perles. L’expérience de la continuité tantrique, basée sur la réalisation de la vacuité, permet d’intégrer ces contraires pour vivre une plénitude. Naître et mourir sont des événements situés dans une continuité de conscience. Ils marquent un enchaînement d’états de l’esprit où début et fin ne sont plus disjoints. C’est l’aspect singulier des Tantras de faire se rejoindre le naître et le mourir à travers l’expérience de la continuité fondamentale de la conscience et la maîtrise des processus de la pensée.

Vie et mort se touchent, elles s’égalisent dans la pratique des Tantras. On demanda un jour au Dalaï-lama comment il pouvait décrire si précisément le processus de la mort. Il répondit qu’il mourait six fois par jour. Six fois par jour, le méditant avancé de la Roue du temps meurt au samsara et renaît enfant des Bouddhas, dans la claire lumière de la méditation.

Le mandala de Kalachakra au cœur de la galaxie illustre l’union des apparences et de la vacuité. Chaque étoile peut être comparée au grain de sable d’un immense mandala cosmique. Les retraites et enseignements de Kalachakra nous invitent à devenir un avec l’univers et à expérimenter ce niveau de réalité où le mandala de la Roue du temps est indifférencié du mandala du monde.

- Jeudi 5 - dimanche 8 avril 2012, retraite de Kalachakra avec SUNGJANG RINPOCHE, transmission des yogas externes et internes

- Samedi 21 - mardi 24 avril 2012, enseignements d’expérience de Kalachakra avec JHADO RINPOCHE sur le corps subtil et règles pour la récitation des 100 000 mantras de Kalachakra

- Mardi 1er - dimanche 6 mai 2012, Retraite de Kalachakra avec SUNGJANG RINPOCHE, transmission des yogas externes et internes

Détails et inscription : sofia@buddhaline.net




Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling