BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phalyab Rinpoche

Espaces
Dalaï-Lama
Responsabilité Universelle
Kalachakra
Village des Pruniers
Théravada
Matthieu Ricard
Sofia Stril-Rever
Namgyal Archives
Enfants du Tibet
Menla Ling
Soignants bouddhistes
Pratique de la méditation


Articles
Spiritualité
Art de vivre
Société
Annuaire de sites
Bouddhisme général
Théravada
Mahayana/Zen
Vajrayana
Spiritualité
Art de vivre
Société

Participer
Forum
Newsletter
Partenaires

LES BRÈVES
Kalachakra, ouvrage écrit par les moines de Namgyal

mercredi 15 août 2001


Ecrit par les moines de Namgyal, cet ouvrage est publié par Enrico Del Vico et sa maison d’édition italienne Tibet Domani. Vous pourrez bientôt avoir tous les renseignements nécessaires pour pouvoir vous procurer ce splendide livre.

En attendant, nous vous proposons la préface de ce livre par sa Sainteté le Dalaï-Lama :

Le Tantra de Kalachakra est une pratique de méditation bouddhiste. Il appartient aux Tantra de la plus haute classe, qui sont les enseignements les plus profonds du véhicule des Bodhisattva. La tradition rapporte qu’ à la requête du roi de Shambhala, Suchandra, le Bouddha Shakyamuni se manifesta en Kalachakra, dans le sud de l’Inde, pour conférer l’initiation de ce Tantra.
Le roi Suchandra répandit ensuite largement dans son royaume de Shambhala tous les enseignements de Kalachakra qui réapparurent en Inde au onzième siècle, peu de temps après avoir été transmis au Tibet. Jusqu ’ aux bouleversements de l’histoire contemporaine, le 1àntra circula non seulement parmi les Tibétains, mais aussi dans les régions du nord de la Mongolie, au Sikkim, au Bhoutan, au Népal et dans les contrées himalayennes du sud et de l’ouest.

Le système de Kalachakra fut l’un des derniers et des plus complexes à être passé de l’Inde au Tibet. A la différence d’ autres Tantra dont l’initiation ne peut être donnée qu’ à un groupe de vingt-cinq personnes, l’initiation de Kalachakra est traditionnellement conférée à des foules nombreuses. De telles initiations sont associées à un mandala, palais sacré où résident les déités, représenté généralement sous forme graphique. Dans ma tradition, nous avons adopté un mandala, soigneusement assemblé avant chaque initiation à partir de sables de diverses couleurs, puis démantelé à la fin.

Sur la voie bouddhiste qui utilise les mandala comme supports de méditation, vient en premier lieu le souhait ardent de mettre un terme à la souffrance. La vie des êtres ordinaires inclut en effet tant les plaisirs mitigés des dieux et des hommes que la douleur et la détresse des animaux, des esprits avides et des êtres infernaux. L’ adepte prend donc le voeu de réaliser l’Eveil, pour le bien des autres, en parvenant à une compréhension juste de la réalité. Initialement, l’histoire du mandala de Kalachakra est indissociable de toute une communauté, le royaume de Shambhala. De nos jours, on ne sait où se trouve Shambhala, mais je pense que ce royaume existe, même si personne ne le voit ou ne communique avec lui au plan ordinaire. Certains suggèrent qu’il se trouve sur une autre planète, d’ autres que c’ est une terre pure. Quelle que soit la réponse, les textes annoncent pour l’avenir de nouvelles relations bénéfiques entre Shambhala et notre monde.
A la différence d ’ autres mandala qui concernent seulement les pratiquants, le mandala de Kalachakra est destiné à l’ensemble de la communauté humaine et de la société. On admet que l’un des bienfaits de l’initiation de Kalachakra consiste à établir un lien avec Shambhala, même pour ceux qui n ’y sont pas spécialement préparés. Le jour où Shambhala interférera avec notre monde, il en résultera des effets bénéfiques. Je crois que le fait de donner l’initiation à un grand nombre de personnes crée un lien puissant et positif entre ceux qui sont présents car l’initiation dépose dans leur esprit des germes de paix.

Le monastère de Namgyal partage une longue histoire avec les Dalaï-Lama. Depuis l’époque du septième Dalaï-Lama, Kalsang Gyatso, ce monastère a été plus particulièrement responsable des pratiques du système de Kalachakra. Les moines se sont consacrés à cette tâche avec succès. Aujourd’hui leur assistance est un atout majeur qui me permet de donner facilement l’initiation de Kalachakra quand on me le demande.

En 1992, le monastère de Namgyal a achevé la construction du temple de Kalachakra, adjacent au temple principal de Thekchen Choeling, ici à Dharamsala. Sur les murs du temple, très visité, le mandala de Kalachakra et l’ensemble de ses déités sont représentés. Les Tibétains croient que le seul fait de les regarder sème les germes de potentialités bienfaisantes.
Les mandala ont récemment suscité beaucoup d’intérêt, à cause de leur symbolisme coloré et raffiné. Si l’on peut dévoiler simplement et ouvertement certains de leurs aspects, d’autres, liés au tantrisme, sont gardés secrets. C’est pourquoi beaucoup de spéculations et de fausses interprétations ont circulé. Parce que de sérieux malentendus peuvent faire plus de mal que l’ exposé partiel de ce qui est traditionnellement gardé secret, j’ ai encouragé plus d’ouverture et de clarté dans l’explication des mandala.

Dépositaires et héritiers de la tradition de Kalachakra, avec ses rituels, ses pratiques de méditation et son art, les moines du monastère de Namgyal ont un rôle tout à fait unique dans la transmission de ce Tantra. Ce livre répond en partie à plusieurs demandes témoignant d’un intérêt grandissant pour Kalachakra. Il fournit une introduction dans le système du Tantra dont il présente les nombreuses déités et le palais du mandala. Les illustrations reproduisent les fresques du temple de Kalachakra. Je félicite et remercie tous ceux qui, par leur contribution et leurs efforts, ont réussi à élucider ce difficile sujet. J’offre mes prières pour que ce livre permette aux lecteurs d’approfondir leur compréhension des enseignements sublimes du Bouddha.

Le 24 janvier 1996



Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling