BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Kannon, bodhisattva de la compassion - Bouddhisme Actualités
Les douze principes du bouddhisme -
Une histoire de banque d’ovule - Jack Kornfield
La révolution intérieure du bouddhisme - Michel Henri Dufour
Le Bouddha, pionner des droits de l’homme - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Pour l’apprentissage du Pâli et la lecture de l’enseignement du Buddha - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Les Tableaux de la quête du Boeuf - Vénérable Shinjin
Autres textes
L’amour authentique - Dzogchen Rinpoché
Les Cinq Entraînements - Thich Nhat Hanh
Vous connaître vous-même, c’est vous oublier - Pema Chödrön
Une nouvelle culture pour un agir renouvelé - Réseau Cultures
Le mur de la prison d’en face - Cecile Duflot
Les principes du Zen pour venir combattre le SIDA - Gustav Niebuhr
La liberté absolue - Suzuki Shunryu Roshi

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Kalachakra : Un Mandala pour la Paix


En septembre 2014 nous mettons en avant quatre articles sur l’initiation de Kalachakra, afin d’apporter des informations aux participants de l’initiation de Kalachakra par Khentrul Rinpoche les 4 et 5 octobre 2014 au centre Menla Ling :
- Les 4 et 5 octobre 2014 : initiation complète de Kalachakra
- Du 6 au 12 octobre 2014 : retraite des Préliminaires/Ngondro de Kalachakra
[Plus d’information]



Préface du Dalaï-lama

Textes de Sofia STRIL-REVER et Matthieu RICARD

Photographies de Manuel BAUER, Matthieu RICARD et Olivier ADAM

Kalachakra, un mandala pour la Paix, permet de suivre les différentes phases de la construction d’un mandala de sables lors de la cérémonie du Kalachakra (roue du temps en Sanskrit), grand rituel d’initiation que le Dalaï-Lama a transmis une trentaine de fois de par le monde.

C’est au VIe siècle avant J.-C. que le Bouddha Shakyamuni enseigna ce parcours de couleurs, conçu comme la projection sur une surface plane de son chemin vers l’Eveil. Aujourd’hui, ce rite est perpétué dans des monastères et des lieux publics, en Occident. Les officiants déposent dans un diagramme tracé à la craie sur une table, des sables colorés dont le symbolisme représente l’inscription de la conscience humaine dans la vie universelle. A la fin de la cérémonie, le mandala est rituellement démantelé. Les sables sacrés sont recueillis dans une urne, puis versés dans une rivière, un lac ou l’océan. Le grand cycle de l’eau emporte les bénédictions de Kalachakra, pour le bien de tous les vivants, dans tous les mondes.

De manière claire et précise, ce livre présente les différentes phases de construction du mandala de sables et permet de mieux comprendre le Kalachakra à travers deux parties :

- La Roue du temps incarnée permet de comprendre ce grand rituel bouddhiste tibétain ;
- Entrer comme un enfant dans le mandala de la roue du temps est une invitation à pénétrer la construction même du mandale.

La troisième partie intitulée La roue du temps et notre monde confronte les approches scientifiques et spirituelles ; car la tradition du Kalachakra apporte une contribution singulière à la problématique des neurosciences en dévoilant des aspects méconnus du fonctionnement de la conscience.

Les textes sont accompagnés de 115 photographies en couleur et en noir et blanc qui témoignent avec force de l’expérience intérieure vécue par les participants aux rituels tantriques dont le Dalaï-lama transmet l’initiation.

Un livre qui s’adresse aux bouddhistes mais également aux personnes intéressées par la spiritualité et l’éveil de soi.

Caractéristiques de l’ouvrage

Editions de la Martinière
ISBN : 2732437352
192 pages - 22 x 24,5 cm
Prix : 32 €
Acheté sur Amazon

KALACHAKRA

Un Mandala pour la Paix

article paru dans Bouddhisme Actualités - mai 2008

Le livre, Kalachakra, un mandala pour la Paix, préfacé par le Dalaï-Lama,
permet de suivre les différentes phases de la construction d’un mandala de sables lors de la cérémonie de la Roue du temps, ou Kalachakra, grand rituel d’initiation que le Dalaï-Lama a transmis une trentaine de fois de par le monde.

Sofia Stril-Rever, co-auteur du livre avec Matthieu Ricard, répond aux questions de Bouddhisme Actualités .

Bouddhisme Actualités : On vous connaît comme traductrice des Ecritures bouddhistes de Kalachakra. Pourquoi consacrez-vous un album de photos à la tradition de Kalachakra ?

Sofia Stril-Rever : C’est un projet mûri depuis plusieurs années qui se réalise. Pour tenter de comprendre ce que disent les textes de Kalachakra, je me suis immergée dans cette tradition dont j’ai reçu l’initiation sept fois, tout en suivant régulièrement le rituel du troisième mois de l’année tibétaine, accompli au monastère de Namgyal. J’ai toujours pensé que rendre en images la tradition de Kalachakra aiderait les lecteurs à s’imprégner du symbolisme qui est l’essence même du bouddhisme vajrayana auquel se rattache Kalachakra. Dans ce livre, les images parlent autant que les textes et les photographes, Matthieu Ricard, Manuel Bauer ou Olivier Adam, ont eux-mêmes participé à plusieurs initiations de Kalachakra. Leurs clichés, pris dans le vif de l’expérience, nous rendent perceptible l’intériorité des rituels tantriques.

La première partie du livre est intitulée LA ROUE DU TEMPS INCARNEE. Quel message avez-vous voulu transmettre ?

Le mandala de Kalachakra, avant d’être une figure au symbolisme extrêmement précis, s’incarne dans l’immense mandala humain des foules venues des hauts plateaux du Tibet et de l’Asie centrale, d’Inde, d’Asie du Sud-Est, d’Occident et même de Chine continentale. Près de 200 000 personnes se rassemblent en Inde pour ces grandes cérémonies où la ferveur est palpable et où l’enseignement se vit dans le corps à corps de la foule en prière. C’est une expérience très physique qui a des répercussions profondes sur notre compréhension de l’interdépendance et du lien avec tous les êtres, dans la nouvelle réalité du monde contemporain dont le Dalaï-lama dit qu’il n’est plus qu’ « une seule humanité, une seule famille, un seul corps. »

Vous dites dans l’Avant-Propos que l’expérience de Kalachakra a changé votre vie. De quelle manière ?

Tout a changé. Je n’ai plus été la même personne. Entrer dans l’expérience de Kalachakra ne m’a pas laissée indemne. Je dirais volontiers qu’on donne tout ou rien à Kalachakra, mais j’exagère peut-être. En tout cas, c’est ainsi que ça s’est passé pour moi. J’ai tout donné et je donne tout à cette pratique.

Je me souviens du premier mandala de la Roue du temps qui m’a bouleversée. Tandis que je regardais les moines déposer les poudres de couleurs, ce fut pour moi la révélation d’une aurore spirituelle. Drapé dans les plis pourpres et or des robes des moines, au fur et à mesure que le mandala prenait forme, je voyais se lever le soleil d’une lumière aimante, rayonnant de la vie primordiale qui anime tous les êtres. Chaque mandala de Kalachakra m’impressionne autant que le premier. Les années passent et je me sens encore une toute petite élève de cette tradition. Bien sûr, si je me retourne, je réalise le chemin parcouru, un pas appelant le suivant. L’esprit de Kalachakra m’a transformée. La Roue du temps m’a donné accès à un plan de réalité où tout est relié. J’ai compris peu à peu que le cœur du mandala représente le réseau miraculeux du vivant, tissé d’intelligence et de générosité. Et c’est extraordinaire car dans la tradition de Kalachakra, on apprend que la même énergie qui nous fait respirer, fait aussi se déplacer les étoiles ou les corps célestes. Une fois qu’on l’a appris, il reste à le vivre, c’est l’aventure intérieure du Tantra qui dévoile peu à peu la vitalité des forces d’Eveil.


Vous insistez beaucoup sur l’inscription du mandala de Kalachakra dans le monde contemporain. Pourquoi ?

C’est l’un des messages essentiels du livre qui doit beaucoup aux contributions de Matthieu Ricard et du physicien Laurent Nottale, auteur du best-seller La relativité dans tous ses états. Matthieu Ricard développe dans un chapitre l’impact de la méditation sur notre cerveau. Se visualiser sous forme d’une déité comme Kalachakra à quatre visages et vingt-quatre bras de couleurs différentes, en union avec sa parèdre, affecte notre schéma corporel et le sentiment de l’identité de soi. Comme le disait excellemment lama Yeshi, « Votre visage actuel n’est pas vous », ou encore, « Il y a plusieurs corps dans votre corps ». La méditation tantrique nous entraîne dans la découverte de notre vérité-vacuité et Matthieu Ricard explique très bien ce que les neurosciences ont confirmé à propos de l’approche contemplative, tout en marquant les limites. Car les états profonds de la conscience échappent aux méthodes actuelles de détection, si sophistiquées soient-elles, mais les effets de la méditation sur l’activité cérébrale ou les métabolismes sont de mieux en mieux identifiés. Et la tradition du Kalachakra apporte une contribution singulière à la problématique des neurosciences, en dévoilant des aspects méconnus du fonctionnement de l’esprit.

Quant au physicien Laurent Nottale, il a pu confirmer la validité des particules d’espace de Kalachakra, reprenant une intuition du Dalaï-lama qui les associe au nouveau paradigme de la physique. J’aurais aimé développer cette partie passionnante, mais elle n’avait pas sa place dans un livre grand public. Nous avons toutefois rendu accessible une telle approche, qui situe le mandala de Kalachakra dans l’esprit du dialogue instauré par le Dalaï-lama avec les sciences.


Vous insistez aussi sur ce que nous enseigne Kalachakra à propos de l’avenir du monde ?

Oui, et sans tenter d’expliquer les prophéties liées au royaume de Shambhala qui mériteraient un développement plus approfondi, je voudrais situer ce livre dans l’actualité douloureuse du Tibet. Les enseignements de Kalachakra sont la sagesse d’Eveil qui fonde l’engagement politique du Dalaï-lama. Depuis les tribunes internationales, Sa Sainteté nous appelle à une éthique de la responsabilité universelle. Or l’enseignement de base du mandala est l’interdépendance qui rassemble tous les vivants dans une communauté de conscience. Le Dalaï-lama a plusieurs fois déclaré publiquement qu’il souhaitait donner l’initiation de Kalachakra place Tiananmen, à Pékin, à ses « frères et sœur chinois ». Il nous a demandé de prier avec lui pour qu’un tel vœu se réalise. Ainsi la place de la Paix céleste deviendrait-elle la place de la Paix dans le monde car l’esprit du mandala est dédié à l’accomplissement de la paix intérieure faisant advenir la paix au dehors.

Sofia STRIL-REVER a traduit du sanskrit les textes-racines de Kalachakra. Membre du Conseil de l’International Kalachakra Network, elle guide un groupe de pratique de Kalachakra, au centre Kalachakra de Paris.

Biographie des auteurs

Diplômée en Etudes indiennes de l’Université de Paris 7, Sofia STRIL-REVER a reçu une formation traditionnelle auprès d’un pandit indien à l’université de Sarnath (Inde) et d’un lama tibétain au monastère de Kirti (Dharamsala). Elle a introduit en France les textes-racines de Kalachakra traduits du sanskrit pour la première fois en une langue occidentale. Cofondatrice du portail internet BuddhaLine, premier site francophone sur le bouddhisme, et Membre du Conseil de l’International Kalachakra Network, elle guide un groupe de pratique de Kalachakra et coordonne un programme d’accompagnement spirituel.
Active également au plan humanitaire, c’est sur le terrain, à Dharamsala, qu’elle a rencontré Jetsun Pema, sœur du Dalaï-Lama à qui elle a consacré un livre d’entretiens Enfants du Tibet. Après Matthieu Ricard, elle est la traductrice officielle du Dalaï-Lama lors de ses enseignements devant un public international. Cette française, intime de sœur Emmanuelle dont elle a recueilli le témoignage de La Folie d’amour et des Mille et Un bonheurs, a trouvé en Inde sa terre spirituelle. La rencontre du bouddhisme et du soufisme lui a révélé la transparence du cœur qui permet d’accueillir un partage en profondeur de spiritualités différentes.

Né en 1946, Matthieu RICARD est le fils du philosophe Jean-François REVEL et de l’artiste peintre Yahne Le Toumelin. Il voyage en Inde pour la première fois en 1967 où il fait la connaissance de remarquables maîtres spirituels tibétains. Après avoir complété sa thèse en génétique cellulaire à l’Institut Pasteur, sous la direction du Professeur François Jacob, Prix Nobel de Médecine, il décide de s’établir dans l’Himalaya où il devient moine. Il vit actuellement au monastère de Shéchèn au Népal. Egalement photographe et membre de l’agence Rapho, Matthieu Ricard photographie les maîtres spirituels, l’art et les paysages du Tibet, du Bhoutan et du Népal. Ses photographies ont été exposées au festival Visa Pour l’Image à Perpignan, au Forum des Halles de Paris, mais aussi à Aperture Gallery, Asia Society et RMA Museum à New York. Il a publié de nombreux ouvrages de photographies dont L’Esprit du Tibet, Moines Danseurs du Tibet, Himalaya Bouddhiste (avec ses amis Olivier et Danielle Föllmi) et Tibet, regards de compassion (éditions de La Martinière – 2006). Il est également l’auteur, avec son père, d’un dialogue Le Moine et le Philosophe (traduit en 21 langues), avec l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan, de L’infini dans la paume de la main et plus récemment du best-seller Plaidoyer pour le bonheur. Il a traduit du tibétain plusieurs livres dont La Vie de Shabkar. Il est par ailleurs l’interprète français du Dalaï-lama depuis 1989. Matthieu Ricard consacre l’intégralité de ses droits d’auteurs à des projets humanitaires menés à bien au Tibet, au Népal et en Inde.

Né en 1966 en Suisse, Manuel BAUER est le photographe officiel du Dalaï-Lama. Il est également connu pour son travail sur Calcutta, le Tibet et la diaspora tibétaine. Il est l’auteur du livre Sa Sainteté le XIVe Dalaï-lama, Voyage pour la paix (éditions de La Martinière). Ses photographie sont publiées dans de nombreux magazines internationaux comme GEO, El Pais ou Paris-Match. Depuis 1999, il a entrepris, en étroite collaboration avec le Dalaï-lama, de réunir des archives visuelles complètes sur celui-ci.

Olivier ADAM est physicien, normalien de formation. Il est aujourd’hui photographe indépendant et il enseigne à Paris à l’école de photographie Auguste Renoir. Il travaille depuis plusieurs années sur la culture et le bouddhisme tibétains, en suivant notamment l’enseignement de Kalachakra que donne le Dalaï-lama. De tradition humaniste, il travaille sur des sujets personnels, mêlant les rituels, l’homme et le sacré.





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling