BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Poème
Conte Zen : Le fiancé de la princesse - Khoa Nguyen
Kinh Tam, la jeune fille qui avait usurpé la robe de moine - Bouddhisme Actualités
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
De la pure tranquillité - Maître Wanshi Shokaku
Le sourire - Jean-Pierre Maradan
Conte : L’arbre qui se comportait comme un chasseur - Centre Bouddhique International
Le garçon et les clous : un conte sur l’importance des amis - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Même rubrique

Tara, l’Eveil au féminin -
Méditer - Thich Nhat Hanh
Attention les yeux - Guy Mercier
La méditation bouddhique - Vénérable Thich Huyen-Vi
La méditation bouddhique - Lama Thubten Yeshe
Sutra du Kesa - Jean-Marc Tenryu Bazy
L’effort sans effort - Martine Batchelor
Autres textes
Les méfaits du tabac - Sa Sainteté Dudjom Rinpoche
Le Bouddha et les animaux - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
L’instant d’aimer - Thich Nhat Hanh
Conte : Les oiseaux sages et les oiseaux inconscients - Centre Bouddhique International
Nirvana - Jean-Yves Leclerc
Se reconnaître particulier - Xavier Nicolas
Méditation et non méditation - Yongey Mingyour Rinpoché
Lama Guendune Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


Il n’y a rien à faire pour la recherche du bonheur

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon. Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir

Par Lama Guendune Rinpoché

LE BONHEUR

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon.

Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.

Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance parce que n’a aucune réalité. Ne t’y attache pas. Ne te juge pas.

Laisse le jeu se faire tout seul, s’élever et retomber, sans rien changer, et tout s’évanouit et commence à nouveau sans cesse.

Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.

C’est comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper. Parce qu’il n’existe pas, qu’il a toujours été là et t’accompagne à chaque instant.

Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises ; elles sont comme des arcs-en-ciel.

A vouloir saisir l’insaisissable, on s’épuise en vain. Dès lors qu’on relâche cette saisie l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable.

Alors profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus.

Ne va pas chercher dans la jungle inextricable l’éléphant qui est tranquillement à la maison.

Rien à faire.

Rien à forcer

Rien à vouloir.

Et tout ce fait tout seul.

Octobre 2000








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling