BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Poème
Conte d’amitié : Le Vent et la Lune - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Conte : Les Démons dans le Désert - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Promets moi - Thich Nhat Hanh
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
Appelez-moi par mes vrais noms - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Prajnaparamita, Perfection de la Sagesse -
La posture : une question d’équilibre - Guy Mercier
Sutra du Kesa - Jean-Marc Tenryu Bazy
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
Etre en relation avec soi - Ayya Khema
Les Cinq Entraînements - Thich Nhat Hanh
La méditation de l’étreinte - Thich Nhat Hanh
Autres textes
Kalachakra : Un Mandala pour la Paix -
L’optimisme éclairé - Matthieu Ricard
Komyoko Zanmai - Maître Koun Ejo
Le Sermon sur le Sauvage - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Témoignages tibétains -
La regle d’or : interdépendance et responsabilité - Lama Denys
Recettes végétariennes : Pour cuisiner dans la non violence et la paix - Marjolaine Jolicoeur
Lama Guendune Rinpoché

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


Il n’y a rien à faire pour la recherche du bonheur

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon. Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir

Par Lama Guendune Rinpoché

LE BONHEUR

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon.

Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.

Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance parce que n’a aucune réalité. Ne t’y attache pas. Ne te juge pas.

Laisse le jeu se faire tout seul, s’élever et retomber, sans rien changer, et tout s’évanouit et commence à nouveau sans cesse.

Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.

C’est comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper. Parce qu’il n’existe pas, qu’il a toujours été là et t’accompagne à chaque instant.

Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises ; elles sont comme des arcs-en-ciel.

A vouloir saisir l’insaisissable, on s’épuise en vain. Dès lors qu’on relâche cette saisie l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable.

Alors profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus.

Ne va pas chercher dans la jungle inextricable l’éléphant qui est tranquillement à la maison.

Rien à faire.

Rien à forcer

Rien à vouloir.

Et tout ce fait tout seul.

Octobre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling