BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Compassion
Le chemin de la Paix : Cultiver la compassion en réponse à la violence - Thich Nhat Hanh
« On peut se passer de religion, mais pas d’amour ni de compassion », dit le Dalaï-Lama - Sofia Stril-Rever
Bernie Glassman, moine zen : sa compassion est dans la rue - Jean-Pierre Chambraud
Compassion - Charles Genoud
Le Chemin de la compassion - Sogyal Rinpoché
Le discours sur l’Amour -
La compassion une energie de guerison - Pema Wangyal Rinpoche
Même rubrique

Développement du bouddhisme ésotérique - Thierry Mollandin
Conte de sagesse : Mahakapi, le singe roi - Patrice Favaro
Rites funéraires : entre angoisse et sérénité - Michel Henri Dufour
L’initiation de Kalachakra - Sa Sainteté le Dalaï Lama
La relation maître et disciple - Roland Rech
Travaillé au corps sur le chemin de la profondeur - Père Benoit Billot
Conte : Le Paon Dansant - Centre Bouddhique International
Autres textes
Je pense aussi avec mon corps - Francis Vendrell
Ethique globale -
Galaxie formation : quelques repères - Laurence Flichy
Approche de la méditation - Michel Henri Dufour
La méditation m’a sauvé - Phakyab Rinpoche et Sofia Stril-Rever
Le Futur est disponible maintenant - Thich Nhat Hanh
Le nirvana derrière les barreaux - Sudip Mazumdar
Jean-François Gantois

Dharma et franc-maçonnerie par Jean-François Gantois
Dharma et nourriture par Jean-François Gantois
L’Acacia et le Lotus : francs-maçons et bouddhistes par Jean-François Gantois
L’ignorance est la cause de tout conflit par Jean-François Gantois
La prière dans le bouddhisme par Jean-François Gantois
Les vertus médicinales des feuilles de thé par Jean-François Gantois
Pardon et réconciliation dans le bouddhisme par Jean-François Gantois

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Foi et compassion dans le bouddhisme

"Apprenez par vous-même" a dit le Bouddha. Dans une religion qui est un chemin d’expérience, comment comprendre une notion telle que la foi ? La vision bouddhiste renouvelle également notre compréhension de la compassion.

Par Jean-François Gantois

Dans le bouddhisme, la foi n’est ni un don de Dieu, il n’en connaît point, ni une révélation. Les textes parlent de confiance sereine et de science intérieure. Une confiance fondée sur une expérience spirituelle réussie, une confiance en les enseignements et en le Bouddha, qui sont indifférenciés : le Dharma (les enseignements) est le Bouddha, le Bouddha est le Dharma. Et cette confiance est sans cesse confortée par la validité de l’expérience. Et cette science intérieure qui est connaissance vécue permet, ultimement, d’éviter toute erreur et d’aller à la certitude.

Le bouddhisme n’exige aucune croyance inconditionnelle, aucune dévotion absolue, c’est pourquoi le Noble Sentier octuple ne débute pas par la foi mais par la vue correcte, qui n’est pas une simple compréhension théorique mais plutôt une constatation, une habileté à voir les choses telles quelles sont.

La foi n’a donc rien dune croyance ni d’une adhésion à un système de croyances.

Le Bouddha a dit : Ne vous laissez pas guider par les discours, les traditions, ou louï-dire ; ne vous laissez pas guider par lautorité des textes religieux, eux-mêmes objets de manipulations ; ne vous laissez pas guider par la seule logique ou dialectique, ni par la considération des apparences, ni par le plaisir de philosopher, ni par la vraisemblance ni par lautorité des maîtres et des supérieurs. Apprenez par vous-mêmes à reconnaître ce qui est mauvais, faux et méchant et, l’ayant observé et approfondi, ayant compris quil génère négativité et souffrance, abandonnez-le. Apprenez par vous-mêmes à reconnaître ce qui est utile, méritoire bon et, l’ayant observé et approfondi, ayant compris quil génère bénéfice et félicité, acceptez-le et suivez-le.

Dans ce soutra, le Bouddha désigne cinq facteurs constituant la base d’une croyance : la foi aveugle, linclination, la tradition, la considération des apparences et la spéculation sur les opinions. Il explique que la véracité dune chose ne peut être prouvée par l’un ou l’autre de ces cinq facteurs.

La bakhti, la vénération envers le maître, n’est pas non plus une foi aveugle, mais la reconnaissance envers celui qui nous offre ce qui est le plus précieux : le moyen de se libérer et d’aider tous les êtres à se libérer de la souffrance dont la cause première est l’ignorance. Cette vénération repose aussi sur l’expérience.

Le Bouddha a parlé de ce qu’il avait compris lui-même correctement par son expérience. Les Ecritures mentionnent ayant compris par lui-même... par ses propres connaissances spécifiques... ou encore, le Bouddha déclare : « Je sais... jai vu... jai compris, » etc. ou « Se sont élevées en moi la vision, la connaissance, la sagesse, la science, la lumière... autant de synonymes de compréhension vécue.

On peut aussi dire que les hommes de foi sont ceux qui ont mené loin l’expérience spirituelle, la compréhension vécue, cest-à-dire les bodhisattvas, ou l’ont mené à terme : les bouddhas.

La compassion a une place fondamentale dans le Dharma. Elle est associée à l’amour, et tous deux se concrétisent dans le don, première vertu transcendante (paramita), à partir de laquelle pourront s’élever les autres vertus et la sagesse.

D’abord quelques définitions : l’amour, cest le souhait que tous les êtres soient heureux ; la compassion, cest celui qu’ils soient délivrés de la souffrance. Il y a trois sortes de dons, de valeur croissante : le don d’argent, de nourriture, de biens matériels ; le don de la protection, prendre en charge, moralement et matériellement, les êtres en leur donnant de soi-même ; le don du Dharma, moyen pour eux de se libérer non pas d’une souffrance momentanée, dans cette existence, mais d’éradiquer définitivement toute possibilité de souffrance. La sagesse, c’est la compréhension vécue, la certitude expérimentale de l’absence d’existence propre des êtres et des phénomènes. Mais il faut de la sagesse pour dispenser le don suprême, celui du Dharma, car on ne peut donner que ce que l’on possède.

Ainsi, le premier pas vers l’éveil est-il le don, cest-à-dire la compassion en action, dont l’intensité et la profondeur s’accroissent avec les autres vertus et avec la sagesse, en lien dialectique.

Le don permet de cultiver le détachement envers ses propres biens et sa propre personne, d’attaquer l’gnorance fondamentale, la croyance en un ego stable, permanent, éternel, base de toutes nos souffrances. Poussé au bout, selon la vision de sagesse, le don n’existe pas (il est dénué d’existence propre), non plus que le donateur ni le bénéficiaire. Cest une simple énergie positive qui circule, elle aussi dénuée dexistence propre, mais moyen habile pour aller vers l’éveil.

La compassion est la grande motivation du bodhisattva, le chevalier courageux de l’éveil. Mais comme elle n’est pas qu’un truc, qu’un moyen habile, elle doit être pratiquée simplement, modestement, comme la seule attitude adaptée à notre situation, la nôtre et celle d’autrui. En ce sens, le bodhisattva vénère également et reconnaît comme frère en spiritualité tous les grands compatissants, quelle que soit leur voie religieuse.

La compassion exige l’attention à autrui et génère la pratique de l’éthique, de la patience, de l’effort soutenu et de la concentration méditative.

Ainsi, au Tibet ancien, où les voyageurs étaient souvent détroussés par des pillards, les religieux leur offraient-ils leurs biens pour éviter à ceux-ci les conséquences douloureuses de leur mauvaise action, s’interdisant du même coup de récupérer ces biens si les pillards venaient à être arrêtés.

Ainsi, le Bouddha Sakyamouni, dans le récit de ses existences antérieures (Jatakas) explique-t-il ses progrès spirituels par une accumulation de mérite due à sa générosité dans les différents modes de renaissance.

Générosité et sagesse se confortent mutuellement. Le développement du don amène à en pratiquer les formes les plus élevées, au point que le bodhisattva oublie sa propre quête vers l’éveil, faisant passer le salut des autres avant le sien. Il n’enseigne pas le Dharma à qui n’en ferait pas la requête car ce ne serait alors qu’une opinion parmi dautres, de peu de valeur. Il permet à autrui de le découvrir lui-même, en faisant un avec cet enseignement, comme le Bouddha. Son but est l’éveil des êtres et son moyen, la compassion universelle.

On dit qu’un être qui aurait parfait l’accumulation de vertu, au premier rang desquelles le don, compassion en action, mais qui n’aurait pas de sagesse, serait comme un aveugle, incapable daller à l’éveil quil ne distinguerait pas. Un être ayant parfait la sagesse, mais n’ayant pas de compassion, serait comme un paralytique : il verrait l’éveil mais serait incapable dy parvenir. En réalité, il n’est pas de compassion parfaite sans sagesse ni de sagesse parfaite sans compassion.

Les Ecritures et l’histoire du bouddhisme regorgent de récits de dons, de l’expression de la compassion universelle. Celle-ci est le grand moteur vers l’éveil. On l’appelle la bodhicitta, l’aspiration à léveil de tous les êtres. Pour un bodhisattva, il n’est de but plus sublime. Il n’en est même aucun autre qui vaille. Aussi je vous dédie pour conclure les quatre vœux incommensurables de l’amour, de la compassion, de la joie et de l’équanimité des bodhisattvas :

- puissent tous les êtres posséder le bonheur et les causes du bonheur !

- puissent tous les êtres être séparés de la souffrance et des causes de la souffrance !

- puissent tous les êtres ne jamais quitter la sainte félicité dépourvue de toute souffrance !

- puissent tous les êtres résider en la grande équanimité dépourvue de tout attachement et de toute aversion !

Septembre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling