BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Quelle articulation ? - Adels
7 pistes pour demain - Adels
Place et importance de la spiritualité dans le développement - Forum international de l’environnement
Le développement durable - Michel Mousel
Education à l’environnement - Roland Gérard
Les impératifs du développement durable - René Passet
Une perspective bahá’íe sur la nature et l’environnement -
Autres textes
La médecine au risque de la compassion - Dr Jean-Marc Mantel
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Vesak - Michel Henri Dufour
Danses tibétaines interdites à Katmandou par les Chinois - Sofia Stril-Rever
Du dépassement de la raison dans le soufisme - Eric "Younès" Geoffroy
Shiné ou le calme de l’esprit - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
Pourquoi le Bouddhisme ? - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Hans Jonas

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Développement local et durable


Evolution et liberté

Le Principe responsabilité explore le droit des générations futures et notre devoir de préserver la vie dans toute sa plénitude

Par Hans Jonas

Pour apprendre à résister au stress et à la course qui sont les maîtres mots de nos sociétés malades de peur et d’inattention à autrui, de grands textes nous réapprennent que, face à la pensée dominante, il est des "pensées uniques" qui continuent, par-delà les siècles, à nous faire vivre.

« Nous en arrivons ainsi au mystérieux, à cet au-delà des sciences physiques, à l’immatériel. La subjectivité ou intériorité est une donnée inhérente à l’Etre. L’émergence de la subjectivité dans le domaine de la vie, au sein d’organismes, est un fait empirique. »

« Est-ce que la nouvelle d’une autre vie intelligente au sein de l’univers constituerait une différence morale ? Est-ce que cela changerait quelque chose à notre responsabilité ? Pourrions-nous peut-être nous consoler, si nous gâchons ici la grande oeuvre, en nous disant qu’elle est continuée ailleurs en d’autres mains ? Qu’elle ne dépend donc pas de nous seuls ? Que nous pouvons alors oser un peu plus, s’agissant de la part que nous y prenons ? Absolument pas ! Du destin de l’esprit là où nous régnons, dans l’unique zone de notre puissance, nous sommes seuls responsables - comme ces intelligences hypothétiques, si elles existent, le sont dans la leur. Aucun ne peut en prendre à l’autre une partie, ni eux à nous, ni nous à eux. En ce sens, nous sommes seuls ! Soucions-nous de notre terre. Quoi qu’il puisse y avoir à l’extérieur, c’est bien ici que se décide notre destin, et avec lui tout ce qui, du risque de la Création, se trouve lié à ce lieu, arrive entre nos mains, et peut être traité ou trahi par nous. Ayons-en le souci, comme si nous étions effectivement seuls dans l’univers. »

Hans JONAS, Evolution et liberté,

Après le Principe responsabilité, publié en Allemagne en 1979, les essais de cet ouvrage, Evolution et liberté (1) ont été publiés dans les années 1980 à 1992. Hans Jonas, mort en 1993, a continué à y explorer le droit des générations futures et notre devoir de préserver la vie dans toute sa plénitude.

1. Edité en Allemagne en 1992 (Insel verlag), puis cette année aux éditions Payot et Rivages, pour la traduction française.

Juin 2000

Transversales, Science et Cultures
21 Bd de Grenelle
75005 Paris
Tel : 01 45 78 34 05


http://www.globenet.org/transversales/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling