BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Même rubrique

Le chant des Dakinis - Sofia Stril-Rever
Le bouddhisme en peu de mots - Michel Henri Dufour
Le Dalaï Lama à Nantes du 15 au 20 août 2008 -
La morale dans le bouddhisme ancien - André Bareau
L’homme qui sculpte des mantras dans la pierre - J.P. Delamarche
Les quatre rencontres - André Bareau
Le Shingon, bouddhisme tantrique du japon - Thierry Mollandin
Autres textes
Attention les yeux - Guy Mercier
La pureté en trois points - Pema Chödrön
Stérilisation forcée des femmes tibétaines - Jacques Peret
L’Homme et la Nature - P.A.Payutto
À la recherche de la citoyenneté - Marc’O
Que font les ONG ? - Claudine Drion
Pour Nourrir Notre Joie - Thich Nhat Hanh
Espace Matthieu Ricard, Matthieu Ricard

De l’abandon par Matthieu Ricard
De la transformation personnelle au changement sociétal par Matthieu Ricard
De la transformation personnelle au changement sociétal par Matthieu Ricard
Entraîner l’humanité vers l’avant par Matthieu Ricard
Etre disciple, rencontre avec Matthieu Ricard par Matthieu Ricard
Gérer le stress et l’anxiété par Matthieu Ricard
Introduction à la pratique et au symbolisme du mandala dans le bouddhisme tibétain par Matthieu Ricard
Espace Matthieu Ricard par Espace Matthieu Ricard
Pourquoi méditer ? par Matthieu Ricard , Espace Matthieu Ricard

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Découverte


Empreinte écologique

Par Espace Matthieu Ricard, Matthieu Ricard

Le blog ci-dessous est un extrait de l’ouvrage de Matthieu Ricard Plaidoyer pour l’altruisme. Si vous souhaitez approfondir votre expérience de lecture nous vous invitons à consulter l’intégralité de ce livre, que vous pouvez acquérir à partir de la page suivante : https://www.matthieuricard.org/books.

Le mode de vie de cette minorité individualiste, souvent la plus riche, est tel que son empreinte écologique est disproportionnée par rapport au reste de la population. L’empreinte écologique d’une personne est définie comme la surface de terre nécessaire pour lui fournir nourriture et habitat, l’énergie nécessaire aux déplacements qu’elle a effectués et qui sont liés à ce qu’elle consomme, comme à la gestion de ses déchets, ainsi que les émissions (gaz à effet de serre et polluants) dont elle est responsable. Si l’on divise la surface totale des sols biologiquement productifs de la Terre par le nombre d’habitants, chaque personne devrait disposer de 1,8 hectare. Or l’empreinte écologique actuelle est en moyenne de 2,7 hectares par personne dans le monde, ce qui confirme que nous vivons globalement au-dessus de nos moyens. Ces empreintes écologiques varient avec le niveau de vie : celle d’un Américain moyen est de 8 hectares  ; elle est de 6 hectares pour un Suédois, de 1,8 hectare pour la plupart des Africains et de 0,4 hectare pour un Indien. Stephen Pacala, de l’université de Princeton, a calculé que les plus nantis, qui représentent 7 % de la population mondiale, sont responsables de la moitié des émissions de CO2, tandis que les 50 % les plus pauvres n’émettent que 7 % de CO2, une proportion infime pour 3,5 milliards de personnes. Les 7 % les plus riches qui ont par ailleurs les meilleurs moyens de se protéger de la pollution, profitent donc du reste du monde.

Il existe certes, parmi les grandes fortunes, des êtres généreux et déterminés à œuvrer pour un monde meilleur, mais ils restent une minorité. Aujourd’hui, le mode de vie des plus nantis compromet la prospérité future de l’humanité et l’intégrité de la biosphère.

Il faut agir mais il ne suffit pas d’économiser en se contentant d’isoler mieux les habitations, d’utiliser de l’énergie d’origine solaire ou géothermique, de se servir d’appareils qui consomment moins d’électricité, etc. On s’aperçoit, en effet, que ceux qui font ce type d’économies dépensent par ailleurs plus d’argent pour voyager, par exemple, ou pour effectuer d’autres activités et achats qui engendrent, directement ou indirectement, des émissions de gaz à effet de serre et diverses autres formes de pollution. Il faut donc non seulement économiser l’énergie, mais aussi vivre plus sobrement, et cesser d’associer sobriété et insatisfaction.

Certains pays ont réussi à relever ce défi. Le Japon, par exemple, consomme deux fois moins d’énergie par habitant que les pays de l’Union européenne et trois fois moins que les États-Unis. Cela est dû au fait qu’il doit importer une bonne partie de son énergie, ce qui en augmente le coût. Le prix élevé de l’énergie a eu un effet salutaire sur la consommation, sans pour autant nuire à la prospérité du pays et à sa compétitivité sur le plan international. Au contraire, ces limitations ont stimulé l’innovation et le développement d’entreprises moins gourmandes en énergie, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies.

Source : https://www.matthieuricard.org/



Le site de Matthieu Ricard
Ses photos, publications, blog ...
http://www.matthieuricard.org

Dilgo Khyentsé Fellowship
La fondation Dilgo Khyentsé Fellowship est dédiée à la poursuite et au développement des activités de Dilgo Khyentsé Rinpoché.
http://www.shechen.org/

KARUNA
L’Association KARUNA a été créée, en France pour accompagner les programmes humanitaires de Matthieu Ricard
http://www.karuna-shechen.org







Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling