BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Enfants du Tibet
Stérilisation forcée des femmes tibétaines - Jacques Peret
Chamdon et Dolma, 17 et 13 ans, contraintes de rentrer au Tibet - Takho
Ne pas condamner, mais aider concrètement : entretien avec Véronique Jannot - Sofia Stril-Rever
Manifeste 2000 des parlementaires français pour le Tibet - Groupe d’information sur le Tibet
Le Tibet se meurt -
Merci de tout ce que vous faites pour changer notre maison, la terre - Takho
Pourquoi j’ai dû quitter le Tibet à dix ans… - Tsering Dolkar
Même rubrique

De coeur à coeur avec soeur Emmanuelle - Sofia Stril-Rever
Témoignages tibétains -
Le XIè Panchen Lama, le plus jeune prisonnier politique du monde - Association Solidarité Tibet
Je suis fière que vous ayez sacrifié votre vie pour notre patrie, le Tibet… - Takho
Paroles de jeunes tibétains - Takho
« Je m’appelle Dorjé Tseten » ou des hommes descendus du ciel pour me sauver - Sofia Stril-Rever
Pour ne pas entrer dans le XXIè siècle sans le Tibet - Groupe d’information sur le Tibet
Autres textes
L’énigme birmane - Marie-Hélène Cardinaud-Steyaert
Nirvana - Jean-Yves Leclerc
Prière de l’entraînement de l’esprit en sept points - Jamyang Khyentsé Wangpo
La pureté en trois points - Pema Chödrön
Les quatre étapes de la relation entre le mentor et l’apprenti -
Kalachakra pour la Paix dans le monde - Sofia Stril-Rever
L’art sacré du Sa Che -
Groupe d’information sur le Tibet

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Tibet


Des parlementaires français pour le Tibet

Devant la situation du Tibet occupé depuis un demi siècle, les parlementaires français se déclarent détenteurs d’un message en matière de défense des droits de la personne humaine et du droits des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Par Groupe d’information sur le Tibet

LE GROUPE D’ÉTUDES PARLEMENTAlRE

SUR LES PROBLÈMES DU TIBET

DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

ET

LE GROUPE D’INFORMATION SUR LE TIBET

DU SÉNAT

Des parlementaires français pour le Tibet

Considérant que la disparition d’un pays, d’un peuple et d’une culture, en un mot d’une nation, se réalise actuellement au Tibet dans l’indifférence des grandes puissances et parce que les parlementaires français s’estiment détenteurs d’un message en matière de défense des droits fondamentaux de la personne humaine et de droit des peuples à disposer d’eux mêmes, de nombreux députés et sénateurs oeuvrent de concert en faveur de la cause tibétaine. C’est ainsi qu’ils soutiennent la lutte pacifique de Sa Sainteté le Dalaï-Lama et du Peuple tibétain dans leur volonté de nouer un dialogue ouvert et juste avec les autorités chinoises.

Pionnier en la matière, créé en 1990 à l’Assemblée nationale par MM. Louis de BROISSIA (député de la Côte-d’Or) et Jean-Michel BELORGEY (député de l’Allier), le Groupe d’ Études parlementaire sur les problèmes du Tibet {{}}contribue à faire connaître la cause tibétaine, trop souvent occultée en raison d’impératifs économiques, à alerter les pouvoirs publics, et à soutenir les projets qui ceuvrent réellement en faveur du développement économique, culturel et du respect de la liberté religieuse et politique du Tibet.

Reconduit par la présidence de l’Assemblée nationale en 1993, puis une nouvelle fois en 1997, pour la présente législature, le Groupe d’Études constitue l’un des plus importants de l’Assemblée. Il compte plus de 160 membres. Depuis l’élection de M. Louis de BROISSIA au Sénat en octobre 1998, la présidence en est assurée par M. Richard CAZENAVE, également président du Groupe d’Études sur les droits de l’homme.

En 1994, le Groupe d’Études de l’Assemblée fut rejoint par l’Association des Amitiés parlementaires pour le Tibet du Sénat, {{}}avec laquelle il travailla conjointement pendant 6 ans. Créée à l’initiative de MM. 1acques GOLLIET (sénateur de la Haute-Savoie ; UC) et Claude HURIET (sénateur de Meurthe-et-Moselle, UC), qui la présideront successivement, l’Association affichait pour but de renforcer les liens d’amitié entre les parlementaires français, le Peuple tibétain et ses représentants, et de soutenir leur action pour que soient respectés leurs droits, leur identité et leur avenir. L’un de ses objectifs était également d’obtenir la création d’un Groupe d’Etudes officiel au Sénat.En mars 2000, en réponse à la demande de MM. Claude HURIET et Louis de BROISSIA, le Bureau de la Haute Assemblée, donne à l’unanimité son autorisation pour la constitution d’un Groupe sénatorial d’information sur le Tibet. Succédant à l’Association, le nouveau Groupe sénatorial affiche son double rôle : politique, en tant que partenaire désormais institutionnel, composé de représentants de la nation, et médiatique, en qualité de « haut -parleur » susceptible d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion sur la situation d’un Tibet, lui privé de parole. La réception officielle de Sa Sainteté le Dalaï-Lama au palais du Luxembourg, le 26 septembre 2000, pour une audition solennelle sur le thème « pourquoi aider le Tibet ? » constitue un encouragement important pour le Groupe sénatorial quelques mois après sa constitution officielle.

BUREAU :

Président : M. Claude HURIET (Questeur du Sénat, Union Centriste)

Président délégué : M. Louis de BROISSIA (Côte d’Or, RPR)

Vice-présidents  : MM. Xavier OARCOS (Dordogne, RPR) ; Jean-Louis LORRAIN (Haut-Rhin, UC) ; Georges BERCHET (Haute-Marne, ROSE) ; Jean-François HUMBERT (Doubs, RI) ; Pierre- Yvon TRÉMEL (Côtes-d’Armor, Soc.) ; Hubert DURAND-CHASTEL (Représentant les Français établis hors de France, Non Inscrit)

Secrétaires : MM. Philippe NOGRIX (Ille-et-Vilaine,UC) ; Jean-Pierre PLANCADE (Haute-Garonne, Soc.).

Paris, octobre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling