BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Le compagnonnage - Alexandre Koehler
Monde poubelle ou nature plus belle ? Les dures lois de l’interdépendance - Patrick Shan
Violences de jeunes : violences expressives - Hugues Lagrange
Les impératifs du développement durable - René Passet
Budget participatif - Serge Depaquit
Evolution et liberté - Hans Jonas
Énergie en montagne : la voie solaire - Denis Blamont
Autres textes
The happy monk - Ajahn Amaro
L’esprit vaste est comme l’océan - Maître Moriyama
Quatre chevaux ? - Maître Dogen
La peinture thérapie - Jean-Baptiste Loin
L’association d’idées, fondement de la pensée complexe - Jean-Louis Le Moigne
La pacification de l’esprit - Yongey Mingyour Rinpoché
Le moment le plus heureux de votre vie - Matthieu Ricard
Adels

7 pistes pour demain par Adels
Mondialisation : vers une redécouverte du local ? par Adels
Quelle articulation ? par Adels

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Société > Développement local et durable


Décoder les actions de développement local

Sept clés pour tenter de décoder les actions de développement local... ou plutôt neuf car la démocratie évoque aussitôt l’idée de participation et de citoyenneté

Par Adels

Sept clés pour tenter de décoder les actions de développement local... ou plutôt neuf car la démocratie évoque aussitôt l’idée de participation et de citoyenneté. Sept mots dont le contenu est loin d’être figé et qui ouvrent la porte à de nombreuses initiatives.

De A à Z.

Démocratie  : Mais ce pourrait être citoyenneté ou participation car les trois concepts sont intimement liés et indissociables. La démocratie représentative vit une crise importante et les citoyens ont le sentiment de ne plus pouvoir s’exprimer. Le niveau local peut permettre de combler ce vide et d’ébaucher les contours d’une démocratie participative, par la création d’un vrai tissu social, d’une société civile forte de ses associations et capable, à travers elles, d’assurer une participation au développement.

Pour qu’il soit durable, le développement local doit être pris en main par la population. Le rôle des Organisations non gouvernementales (ONG) et des autres intervenants doit se limiter à révéler et à accompagner les dynamiques d’auto-développement. Enfin, participation signifie pouvoir de définir des objectifs et des méthodes, pouvoir de contrôle, pouvoir d’information...

Dans cette même logique, la citoyenneté apparaît en constante évolution, comme en ont témoigné, en France, les derniers rassemblements anti-Front national. Elle doit être active, afin de sortir l’homme de sa passivité et de sa résignation, pour qu’il soit sujet de sa propre histoire et de l’histoire de sa communauté.

Diversité  : Son contraire, c’est l’uniformisation, imposée par le modèle occidental de développement. Rejetée par de nombreuses sociétés, l’unique voie, l’économie mondialisante est mise en cause par l’émergence de la différence. C’est la découverte et l’acceptation de la diversité qui formeront peut-être demain les bases d’une construction planétaire, à condition que l’homme soit capable d’accepter différences et diversités et de les gérer. Le développement local est un des moyens de les respecter et de les valoriser. Il n’y a pas un modèle local, mais une grande diversité de réponses à des situations toutes particulières.

Endogénéité  : Autre nom du développement local, lorsque celui-ci prend naissance à partir d’une population et d’une réalité locale. Mais son devenir et sa réussite ne se conçoivent qu’à travers une dimension plus large, ouverte sur l’extérieur et sur des espaces plus significatifs : région, nation... Le développement ne peut exister en autarcie, il ne peut vivre en ignorant la mondialisation et la modernité. Pourtant, seuls les projets et les actions qui sont conçus, réalisés par et pour les acteurs locaux (mouvement ascendant, provenant de la base locale : associations, habitants, etc.) auront une chance de satisfaire vraiment les besoins et les aspirations de la population.

État  : Il est incontournable dans le processus de développement local, à condition de revoir son rôle et ses méthodes. Il faudrait trouver les moyens de l’encadrer et de contrôler son activité, dans le respect des intérêts publics. Du côté des collectivités locales, l’instauration d’un véritable espace public apparaît indispensable. Il serait intéressant de déterminer le rôle de chacun (organisations populaires, associations, corps de métiers, municipalités, ONG...) pour ensuite établir des contrats et des conventions, comme des « carnets de bord de l’espace public local ».

Identité  : Quels intérêts communs entre des habitants en milieu rural, dont la culture et l’identité sont enracinées dans le local, dans la région qu’ils habitent et des populations urbaines, déracinées, sans histoire ? Chez les premiers, les initiatives locales s’enracinent dans la culture, la tradition et le refus de voir disparaître la communauté et y trouvent un appui. « Seul un groupe qui a l’intelligence de son passé peut donner une signification à son présent et construire son avenir. Il n’y a pas de territoires condamnés, seulement des territoires sans projets », affirme Paul Houée, vice président du Centre Lebret. Les seconds, sans racines, doivent avant tout se construire une identité et un projet commun. Par exemple, à Villa El Salvador, un bout de désert au sud de Lima (Pérou), des gens ont domestiqué leur environnement pour créer une ville dont ils se sentent aujourd’hui fiers et solidaires.

Intégralité  : Elle va de pair avec le développement local et les multiples transformations qu’il induit (symboles, organisation du pouvoir, amélioration de la qualité de vie ou création d’un marché local alternatif...). Le développement local, c’est de multiples espaces : espaces physiques, espaces social et relationnel, espaces culturels (langue et traditions) et brassage de populations, espaces symboliques, espaces de liberté ou encore espaces publics pour repenser et recréer les rapports entre État et société civile. On comprend alors que tout développement passe obligatoirement par un projet intégral, avec des objectifs clairs pour tous et mobilisateurs.

Pluralité  : Les initiatives locales sont à l’image de la diversité des situations vécues par les communes, les quartiers : plurielles et spécifiques, adaptées aux problèmes locaux. Les initiatives foisonnent au sein des espaces locaux. À la fois politiques, sociales et économiques, elles peuvent être des tentatives pour essayer de redonner un sens, reformuler des repères, des valeurs à des projets de vie collective. Pluralité des initiatives mais aussi réunion dans un projet commun, globalisant et intégrateur.

Mai 1997

Adels
109-110 rue St Maur
75011 Paris
Tél. : 01 543 55 40 05


http://www.adels.org





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling