BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Dalaï Lama

Autres textes
Dilgo Khyentsé Yangsi Rinpotché à Nyima Dzong (22 - 24 juillet) -
L’experience de Kalachakra avec Jhado Rinpoche & Sungjang Rinpoche (avril - mai 2012) -
Retraite d’été du Temple Zen du Pic Lumineux (3 - 15 juillet) -
La voie des contes, enseignement par Lama Wangmo (28-29 juin) -
Vénérable Khenpo Choyïng à Kagyu Dzong (27 jan. - 12 fév.) -
Conférence signature à la Librairie Kléber à Strasbourg avec Phakyab Rinpoche et Sofia Stril-Rever (10 nov.) - Eric
Son Eminence le XIIIème Kundeling Tatsak Rinpoché à Shedrub Choekhor Ling (14 - 15 mai) -
Sesshin de Printemps au Limousin dirigée par Gérard Chinrei Pilet (27 - 2 mai) - Eric
Le Zen comme mise en pratique de l’esprit de foi, conférence au Centre Bouddhiste International de Genève (28 fév.) -
Enseignement Dzogchen de Chögyal Namkhai Norbu à Paris + Enseignement et présentation de la Danse du Vajra et du Yantra Yoga (23-25 sept.) -
Drubchen de Vajrakilaya avec S.E. Gangteng Tulkou Rimpoché (11 - 21 août) - Eric

IMPRIMER

DVD sur le Yoga Médicinal Tibétain Nejang

Au monastère de Shalu, il y a une fenêtre un peu en hauteur. C’est par là que s’envolaient les moines qui pratiquaient sous la direction de Butön Rinchen Drub à l’aube du premier jour de l’année tibétaine...
C’est l’histoire que racontent encore les villageois des alentours.

Butön, ça veut dire « montre moi ton fils » : au Tibet, on dit que ce nom lui vient que, bébé, il était tellement laid que sa mère ne voulait pas le montrer...réalité ou raillerie populaire ? En tout cas, la mère de Büton a enseigné elle-même à son fils la lecture et l’écriture, ce qui était rare à cette époque. En fait Butön appartenait à une grande famille d’érudits. Butön signifie aussi « bu » le fils et « tön » grand maître, et on disait que son père était un maître spirituel reconnu et que le fils avait hérité des qualités de son père.

Büton aurait compris que le soleil était fixe et que ce n’était pas lui qui tournait autour de la terre mais l’inverse...à la suite de quoi les tankas d’astrologie ont été refait selon cette nouvelle donnée. Ces tankas sont encore au monastère de Shalu.

Büton Rinchen Drub est reconnu comme un très grand maître yogi. Il a enseigné les yogas les plus perfectionnés comme le toummo, (la génération de chaleur interne, le premier des 6 yogas de Naropa) et le lungom, (la maîtrise de l’énergie vitale). L’une des manifestations de cette dernière capacité est le kang gyok, (tib. rkang mgyogs), « les jambes rapides » ou « marche en transe ».

C’est de là que les moines de Shalu tirent leur réputation de « moines volants ».

Aux derniers jours de l’année lunaire, les moines de Shalu se consacraient à une intense méditation, puis à l’aube du premier matin de l’année, au son des tambours, ils sortaient un par un, en volant à travers la fenêtre du monastère. Ils allaient ensuite escalader la butte de grains d’orge qui était dans la cour (sans déranger un seul grain !). Le premier arrivé au sommet décrochait le drapeau et avait gagné l’honneur de partir à pied, en kang gyok, au Potala, (à 300km de là) présenter ses voeux au Dalaï Lama, au moment où le premier rayon du soleil touche le toit du palais du Potala.

Aujourd’hui, à travers une lignée de transmission, le commun des mortels peut bénéficier d’une partie de cet immense savoir grâce à la pratique du Yoga médicinal Nejang.

Le Nejang est issu des enseignements du Tantra de Kalachakra de Büton Rinchen Drub. Il n’est pas réservé à l’élite des yogis, il peut être pratiqué par tout le monde.

En fait, le Nejang était et est toujours utilisé par les médecins tibétains pour leur propre bien-être et celui de leurs patients.

Une session complète de yoga Nejang comporte 24 mouvements. Chaque mouvement a une indication thérapeutique et une indication tantrique bien précise. Les exercices sont très simples et ne demandent pas d’effort physique important. On peut les effectuer quelque soit la condition physique. Pourtant à la fin d’une session, on se sent complètement régénéré.

L’important est de retenir la respiration dans le « vase » càd. dans la partie basse de l’abdomen en abaissant le diaphragme et en fermant la base légèrement.

Quelques exemples de mouvements :

Massez fortement la couronne de la tête avec la paume de la main.
Indications selon le tantra : Réduit la raideur des membres (difficultés de flexion et d’extension).

Indications médicales : Apaise tous les vents, calme l’esprit, traite l’esprit, la suractivité intellectuelle. Aide la respiration, stimule la circulation cérébrale.

Ecarquillez les yeux. Regardez tour à tour dans chacune des quatre directions.

Indications tantriques : Soigne les yeux et rééquilibre la fonction lacrymale.

Indications médicales : Rééquilibre le foie, la vésicule biliaire, le pancréas et l’humeur bile.

Le dr.Nida Chenagtsang qui est à l’origine de la transmission récente du yoga Nejang conseille un ou plusieurs mouvements à ses patients, à faire tous les jours jusqu’à amélioration des symptômes. D’une manière générale, il est conseillé de pratiquer Nejang en prévention, le plus régulièrement possible.

Elise Mandine
Pour plus d’information sur le yoga Nejang de l’IATTM (institut International de Médecine Tibétaine Traditionnelle) :
mttfrance@gmail.com
le site de : www.iattm.net et la newsletter en anglais :
http://www.attmsingapore.org/main/Enews.htm#001




Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling