BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Buddhaline

Poème
Kinh Tam, la jeune fille qui avait usurpé la robe de moine - Bouddhisme Actualités
Il n’y a rien à faire pour la recherche du bonheur - Lama Guendune Rinpoché
Conte : Les Démons dans le Désert - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le sourire - Jean-Pierre Maradan
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Même rubrique

Maitri, joyau de la vacuité - Sofia Stril-Rever
La notion du temps - Charles Genoud
Following the Path -
Vivre et laisser vivre, ou le développement de la bienveillance - Michel Henri Dufour
La nécessaire réciprocité dans la relation de soin - Frank Ostaseski
Le Bouddha, pionner des droits de l’homme - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Shoyoroku - Maître Olivier Reigen Wang-Genh
Autres textes
Une éducation altruiste pour un monde plus altruiste - Matthieu Ricard
L’attitude extraordinaire de grande compassion - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Comment transformer les peurs - Thich Nhat Hanh
Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion - Lama Denys
Paix interieure, paix universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
La vacuité - Stephen Batchelor
Le boudhisme, les refuges et les préceptes - Ajahn Khemasiri
Patrice Favaro

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Conte de sagesse : Mahakapi, le singe roi

La découverte de la sagesse par le plaisir des contes

Par Patrice Favaro

image 151 x 206
Le manguier de la forêt est chargé de fruits et les singes s’offrent un festin. Malgré les avertissements de Mahakapi, leur roi, ils gaspillent les mangues qu’ils jettent au sol. Les hommes découvrent alors ces fruits délicieux et veulent être seuls à en profiter. Ils décident de tuer les singes... Mahakapi pourra-t-il sauver son peuple ?

Un vieux singe s’écria :- Ils approchent, le roi a raison ! Ne sentez-vous pas le sol trembler sous les pas de leur armée ? - Que faire ? que faire ? que faire ? répétèrent les membres du clan au comble de la terreur.- Écoutez-moi ! ordonna Mahakapi. Montons sur le grand manguier, l’une de ses branches s’étend au-dessus de la rivière. Nous nous en servirons pour passer sur l’autre rive, jamais les hommes ne pourront nous y suivre. Là-bas, nous chercherons un nouveau territoire.- Cette branche ne sera pas assez longue, ricana Déva. - Vous passerez tous, je vous le promets.

(...)

image 183 x 247
Devant ses soldats réunis, Brahmâdatta, oubliant son rang de souverain, se précipita pour porter secours au singe. Il avança dans le lit de la rivière et ne tarda pas à le saisir et à le soulever dans ses bras. Mahakapi ressemblait à un pantin désarticulé. La vie s’en allait, elle le quittait peu à peu.Brahmâdatta demanda :- Tu as fait un pont de ton corps pour que ton peuple ait la vie sauve. Un singe, un simple singe pourrait-il montrer tant de bonté ? Qui es-tu donc ? Mahakapi ouvrit les yeux et parla. Il parla la langue des hommes.- Sous cette forme ou sous une autre, je suis l’ami qui toujours revient. La mort ne peut m¹arrêter, ma tâche est infinie. Pour que chacun se libère de la souffrance et franchisse un jour enfin les portes de la sagesse, je suis l’ami qui toujours revient.

Auteur : Patrice Favaro

Illustrations : Miuriel Kerba

Petits contes de sagesse

Ed. : Albin Michel Jeunesse

Avril 2001








Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling