BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Poème
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Conte de sagesse : Mahakapi, le singe roi - Patrice Favaro
Le garçon et les clous : un conte sur l’importance des amis - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le Chant d’Illusion - Nyoshül Khen Rinpoche
Promets moi - Thich Nhat Hanh
De la pure tranquillité - Maître Wanshi Shokaku
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Poèmes Zen - Khoa Nguyen
Le Sermon sur le Sauvage - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Compassion et responsabilité universelle - Bernie Glassman
Trouver une nouvelle source - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Le savoir et la vertu font l’être supérieur - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La Relation de Maître à Disciple - Thich Tri Sieu
Padmasambhava - Stephen Batchelor
Autres textes
The happy monk - Ajahn Amaro
Notre société fabrique de l’enfermement - Claude Aufort
Les douze voeux du bouddha Médecin - Kalou Rinpoche
Les huit facultés dont dispose un grand homme - Hachi-Dainingaku - Maître Dogen
Le coeur de la mort chez les Innus-Montagnais - André Pikutelekan
Le Bonheur et le bien-être : Définir un nouveau paradigme économique - Matthieu Ricard
Voyage aux sources de l’inspiration - Réseau Cultures
Khoa Nguyen

Forum par Khoa Nguyen , Eric
La porte de la montagne par Khoa Nguyen
Le Yi King : 64 hexagrammes pour exposer la totalité des affaires humaines par Khoa Nguyen
Participer à BuddhaLine par Khoa Nguyen , Webmaster
Principes opératoirs éternels par Khoa Nguyen
Une histoire zen de voleurs père et fils par Khoa Nguyen
Votre avis ! par Khoa Nguyen , Webmaster

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Conte Zen : Le fiancé de la princesse

Un conte illustrant l’esprit de la voie dans le Zen

Par Khoa Nguyen

D’après le recueil « En ramassant des feuilles de l’arbre Bodhi » du moine Thich Thanh Tu

Il était une fois un petit royaume où régnait un vieux roi respecté de ses sujets. Il n’avait pas de prince héritier et voulait chercher un fiancé pour sa fille de dix ans.

Il fit sélectionner un certain nombre d’adolescents, plus doués les uns que les autres, les réunit dans son palais et remit à chacun d’eux un sachet de graines.

L’année suivante, au jour fixé, tous les garçons apportèrent au palais les fleurs qu’ils avaient consciencieusement cultivées.

Dans la grande salle du trône parfumée de verdure, les plantes étaient magnifiques et les fleurs superbes.

Le roi et la reine passèrent lentement en revue les rangées de pots, la mine grave et soucieuse.

Soudain ils s’arrêtèrent devant un adolescent triste et timoré, qui avait les larmes aux yeux.

— Vos Majestés, dit-il, je ne comprends pas ce qui est arrivé. J’ai demandé autour de moi de la meilleure terre et des meilleurs engrais, j’ai suivi tous les bons conseils, j’ai pris le plus grand soin de vos graines, hélas rien n’a poussé. Je suis honteux d’avoir échoué, je suis venu seulement pour ne pas jeter le déshonneur sur ma famille et sur mon village.

Le roi lui annonça gentiment :

— C’est toi le fiancé de la princesse.

Des murmures de surprise, de déception voire même de désapprobation, parcoururent la foule, mais personne n’osa contester la sentence royale.

Depuis ce jour le petit garçon vécut au palais où il reçut l’éducation d’un prince héritier.

Puis il monta sur le trône et régna longtemps.

Au soir de leur vie, la princesse qui était devenue reine lui dévoila enfin le choix de ses parents :

— Avant de mettre les graines en sachets, ma mère les avait cuites à la vapeur. Pour réussir les autres garçons avaient réparé ce qu’ils croyaient être un coup du sort ou une erreur humaine. Ils étaient certainement malins et débrouillards, ils avaient même le sens de l’initiative, ou on les avait trop bien aidés. Mais ils n’avaient pas deviné le problème de mon père : par cette épreuve il voulait trouver un fils honnête, en qui il pourrait mettre toute sa confiance, ni plus ni moins. Ensuite il aurait tout le loisir de le former, pour en faire un prince puis un roi.

Le vieux roi soupira :

— Nos parents étaient bien étranges, j’ai été choisi parce que j’ai bien répondu à la question, alors que je n’avais nulle conscience de l’existence de cette question. C’était donc un coup de dé !

La reine le rassura doucement :

— Ne te tracasse pas vainement, à leurs yeux tu étais le plus digne de tous et jamais ils n’ont eu de doute à ton sujet.

Le zen c’est cela, mystérieux et ordinaire.

De tous temps, il existe sûrement une prime à la vérité et à la sincérité.

Avril 2001

BuddhaLine


http://www.buddhaline.net





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling