BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phakyab Rinpoche

Même rubrique

Les rendez-vous du Larzac... - Germaine Brocchiero
La renaissance selon le bouddhisme ancien - Michel Henri Dufour
Science et bouddhisme : à la croisée des chemins - Trinh Xuan Thuan
Pour l’apprentissage du Pâli et la lecture de l’enseignement du Buddha - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Maitri, joyau de la vacuité - Sofia Stril-Rever
L’oeil divin, ou ce que voit le Bouddha - Michel Henri Dufour
Rencontre au Village des Pruniers - Marc Puissant
Autres textes
Le maître - Ajahn Chah
La non-violence, seule voie de libération pour le Tibet, conférence de Samdhong Rinpoché - Sofia Stril-Rever
Actualités septembre 2009 : Le monastère de Bat Nha au Vietnam -
La compassion et l’individu - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Le Son du Silence - Ajahn Sumedho
La vacuité - Stephen Batchelor
Quelle articulation ? - Adels
Centre Bouddhique International

Conte : L’arbre qui se comportait comme un chasseur par Centre Bouddhique International
Conte : Les oiseaux sages et les oiseaux inconscients par Centre Bouddhique International
Méditation et pratique formelle par Centre Bouddhique International

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Conte : Le Paon Dansant

Si vous laissez la fierté vous monter à la tête, vous risquez de vos comporter de façon stupide.

Par Centre Bouddhique International

Le Paon Dansant

(La fierté et la modestie)

Il y a très, très longtemps, chaque groupe d’animaux devait choisir un roi. Les animaux à quatre pattes décidèrent de choisir le lion. Les poissons décidèrent de choisir la baleine. Quant aux oiseaux, ils décidèrent de choisir le cygne.

Le roi cygne avait une merveilleuse fille et comme il l’aimait énormément, il lui demanda de faire un vœu. La princesse cygne lui expliqua alors qu’elle souhaiterait elle-même choisir son mari, quand elle sera plus grande. Le roi accepta.

Les années passèrent et quand la princesse cygne fut en âge de se marier, le roi demanda à tous les oiseaux de se réunir afin de trouver un bon mari pour la princesse. Des oiseaux arrivèrent du monde entier pour tenter leur chance. Il y avait des oies, des cygnes, des aigles, des pigeons, des coucous, des hiboux et beaucoup, beaucoup d’autres espèces d’oiseaux.

La réunion eut lieu sur un immense rocher au pied de l’Himalaya. Le roi cygne demanda alors à sa fille de choisir lequel de ces oiseaux elle voulait épouser.

La princesse cygne regarda alors chacun des oiseaux présents. Son regard fut attiré par un magnifique paon d’un resplendissant plumage vert émeraude. Elle le montra alors à son père en disant : « Ce magnifique paon là-bas, c’est lui que je veux épouser. »

Le roi annonça alors la décision de la princesse à la foule et les autres oiseaux s’approchèrent aussitôt du paon pour le féliciter : « Tu as tant de chance car parmi tous les oiseaux présents aujourd’hui, c’est toi que la princesse a choisi. »

Le paon était si fier d’entendre tous ces compliments qu’il commença à chanter, à danser, à se donner en spectacle devant tout le monde, tout en montrant son merveilleux plumage. Et il dansait, dansait et dansait encore, jusqu’à en avoir la tête qui tourne. A ce moment-là, il perdit l’équilibre et tomba dans une flaque d’eau ! Il sortit de là couvert de boue.

Les autres oiseaux, surtout les plus jeunes, éclatèrent de rire. Mais le roi cygne n’était pas du tout content. Il était embarrassé que celui que sa fille avait choisi fasse rigoler tout le monde. Il se disait : « Ce paon n’a aucune modestie. Et de plus, il est si fier qu’il s’est ridiculisé devant tout le monde. Ma fille adorée ne peut pas épouser un tel oiseau. »

Debout au milieu de la foule, le roi cygne dit : « Monsieur le paon, vous avez certes une très belle voix, un merveilleux plumage et beaucoup de grâce. Mais votre fierté vous a joué un très mauvais tour. Je ne peux accepter que ma fille bien aimée épouse un oiseau si arrogant ! »

Le roi cygne demanda alors à la princesse de choisir quelqu’un d’autre et ce fut un magnifique cygne qui fut choisi. Le paon, mort de honte, s’envola à toute vitesse pour aller se cacher.

Moralité : Si vous laissez la fierté vous monter à la tête, vous risquez de vos comporter de façon stupide.

Mai 2001



Centre Bouddhique International
7, rue Cité Firmin Bourgeois
93350 LE BOURGET
Tél. : 01 48 35 10 71 - Fax : 01 48 37 63 14


http://www.centrebouddhique.net/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling